Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Surveillance : Edward Snowden conseille aux Français d’éviter (...)

Surveillance : Edward Snowden conseille aux Français d’éviter Whatsapp

lundi 23 septembre 2019, par siawi3

Source : http://www.francesoir.fr/societe-science-tech/surveillance-edward-snowden-conseille-aux-francais-deviter-whatsapp

Surveillance : Edward Snowden conseille aux Français d’éviter Whatsapp

Publié le : Vendredi 20 Septembre 2019 - 16:37
Mise àjour : Vendredi 20 Septembre 2019 - 17:41

Photo : Edward Snowden, invité àFrance Inter conseille d’éviter WhatsApp
Phillip Faraone / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

France-Soir rédaction - X.A

Le SMS est devenu ringard, et les Français sont toujours plus nombreux àutiliser les services de messageries comme WhatsApp. Très utiles grâce aux fonctions de discussions en groupe et en privé, elle permettent aussi de transférer des messages àla chaîne et tous types de contenus, photos, vidéos ou enregistrements vocaux. Tellement efficaces, que ces messageries n’ont pas seulement convaincu les citoyens, mais sont aussi devenues un outil de communication des dirigeants politiques. Pourtant Edward Snowden recommande d’utiliser d’autres outils.

Pourquoi faut-il éviter WhatsApp ?

Invité de France Inter pour présenter ses mémoires publiées àla rentrée, Edward Snowden parle depuis son exil Russe par vidéoconférence. Celui qui avait averti de la surveillance de masse du gouvernement américain en 2013 en connaît un rayon en matière de sécurité informatique.

Interrogé sur le danger représenté par Google et Facebook (propriétaire de WhatsApp), il déplore qu’il soit difficile d’éviter leurs services, alors que le citoyen n’a même pas la possibilité de donner un consentement éclairé concernant l’accès et l’utilisation de ses données. Mais que faire alors si nous sommes déjàtous sur cette plateforme, hommes politiques inclus ? À commencer par le Premier ministre Edouard Philippe lui-même, qui continue àéchanger avec ses ministres sur WhatsApp parce que « c’est le canal officiel des juppéistes  » selon un article du Parisien

En apprenant cela, Snowden manque de s’étrangler et déclare « Si quelqu’un au gouvernement s’occupe de questions sensibles et utilise WhatsApp, c’est une erreur ». Il y a déjàeu des cas de “raisons de sécurité nationale†invoqués pour saisir et écouter des informations transmises sur Facebook, propriétaire de WhatsApp.

Signal, Wire… des messageries plus sà»res ?

Quelle alternative choisir ? Le spécialiste de la surveillance de masse suggère plutôt l’utilisation de deux autres messageries : Signal et Wire, parce qu’elles ont pour l’instant le meilleur cryptage possible.

Snowden lui-même utilise la messagerie Signal. Elle est plus répandue parmi le public jeune, permet d’envoyer des messages écrits et vocaux, de passer des appels, mais aussi d’envoyer des SMS. Et côté sécurité, le chiffrement des messages se fait de bout en bout, c’est-à-dire que seuls les participants àune discussion peuvent lire les messages échangés.

L’application Wire est moins connue, il sera donc plus difficile pour vous de convaincre votre cercle d’amis de commencer àl’utiliser... Mais elle est tout aussi sécurisée, et présente les mêmes fonctionnalités que Signal.

Alors si vous êtes sà»rs à100% de n’avoir rien àvous reprocher, vous pouvez rester sur WhatsApp. Mais comme on dit aux Etats-Unis, “Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous !â€

°°°

Source : https://www.nextinpact.com/brief/edward-snowden-parle-de-la-securite-et-de-son-usage-des-smartphones-9752.htm


Edward Snowden parle de la sécurité et de son usage des smartphones

Après quelques tweets consacrés àson livre Mémoires Vives et àla plainte du gouvernement américain, le lanceur d’alertes a évoqué la sécurité des smartphones de manière générale, fournissant une liste de conseils. Il indique recevoir de nombreuses questions sur sa propre utilisation de ces appareils.

Globalement, Snowden n’a aucune confiance dans les smartphones. Android et iOS « dissimulent un nombre incalculable de failles de sécurité  ». Les applications intégrées sont donc autant de moyens de se faire pirater son téléphone.

Il rappelle que même en bloquant de nombreux réglages, dont tout ce qui touche àla géolocalisation, le téléphone va dans tous les cas se connecter àun point d’accès, cellulaire ou Wi-Fi le plus souvent. C’est suffisant pour indiquer de manière indélébile où se trouve l’appareil.

Il fournit ensuite quelques conseils généraux : pas de Wi-Fi àdomicile, bloquer via un pare-feu tout ce qui n’est pas strictement nécessaire, bloquer les publicités, passer par un gestionnaire de mots de passe, bloquer les cookies tiers, JavaScript, les traqueurs et le fingerprinting, ne pas utiliser les emails (il se sert de Signal et Wire pour communiquer) et autres recommandations du même acabit.

Ces conseils de base ne sauraient en revanche garantir une véritable sà»reté dans l’utilisation d’un smartphone, un état impossible àatteindre selon lui d’ailleurs.

Il précise sa pensée : « Mon avis n’est pas que vous devriez utiliser un smartphone comme moi, mais que vous ne devriez pas en avoir besoin. La vie privée ne devrait pas être un privilège, mais àcause d’un système juridique brisé, l’individu moyen se tient aujourd’hui, àn’importe quel moment de sa vie, nu devant les yeux des multinationales et gouvernements  ».

Il évoque un « système de prédation  » ayant survécu longtemps en se cachant « derrière l’illusion du consentement  ». Selon lui, « le mensonge réside dans tout ce qui se produit aujourd’hui […] parce que vous avez cliqué sur un bouton « J’accepte  » il y a dix ans  ».