Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > France : ’Islamophobie’ et anti racisme

France : ’Islamophobie’ et anti racisme

Veut-on rétablir le délit de blasphème ?

jeudi 10 octobre 2019, par siawi3

Source : https://www.liberation.fr/debats/2019/10/09/raciste-une-calomnie-sur-la-base-d-un-faux_1756275

TRIBUNE

Raciste ? Une calomnie sur la base d’un faux

Par Henri Pena-Ruiz, philosophe, écrivain

9 octobre 2019 à14:52

Le philosophe Henri Peña-Ruiz répond àune tribune parue dans « Libération ». Il rappelle sa position antiraciste.

Tribune. Le 4 octobre, Libération a mis en ligne une tribune collective présentée avec ma photo, assortie d’une citation coupée destinée àme mettre en cause. Quelques remarques en guise de droit de réponse.

Lors de l’Université d’été de la France insoumise, j’ai été invité àprononcer une conférence sur la laïcité le 23 aoà»t. Depuis, une campagne de diffamation publique m’accuse de racisme sur la base d’un faux, fabriqué en découpant une de mes phrases.
Pour information, voici la phrase complète, avant ce découpage : « On a le droit de rejeter l’athéisme ou une religion, donc d’être athéophobe, cathophobe, ou islamophobe ; mais on n’a pas le droit de rejeter des personnes ou des peuples du fait de leur religion ou de leur athéisme. »

En ne citant pas la seconde partie de ma phrase, mes détracteurs omettent sciemment ma position antiraciste. Ils ne veulent pas voir non plus qu’en mentionnant deux autres convictions spirituelles (le catholicisme et l’humanisme athée) j’entends me situer d’un point de vue universaliste, en évitant de ne citer que l’islamophobie.

A rebours du différentialisme raciste de l’extrême droite, je considère en effet que la laïcité n’a pas àhiérarchiser les convictions, qu’elles soient religieuses ou non. Je m’étonne d’ailleurs que la fidélité de la restitution de mes propos n’ait pas été vérifiée avant d’être placée sous ma photo.

Pour toute personne de bonne foi, il est clair que la distinction soulignée entre le rejet d’une croyance (islamophobie ou cathophobie) et le rejet d’une personne ou d’un peuple (musulmanophobie ou arabophobie) est essentielle.

Littéralement l’islamophobie se définit comme la peur de l’islam, assortie de son rejet, mais non comme le rejet des personnes musulmanes comme telles. Cette distinction trace nettement la frontière entre la liberté de critique et l’attitude raciste. Les deux actes ne peuvent être confondus, ni même associés.
D’ailleurs en précisant que l’islamophobie n’est pas un délit, je n’en assure pas pour autant la promotion. Je refuse d’ailleurs de me caractériser comme islamophobe, car pour moi la liberté de critique d’une religion n’a rien de pathologique. Simplement je pense que pour lutter efficacement contre le racisme, il convient d’en donner une définition incontestable.

La jurisprudence des condamnations pour racisme se fonde elle aussi sur la distinction du rejet des personnes, réprimé àjuste titre, et du rejet de leurs croyances, qui relève de la liberté de louer ou de critiquer. Longtemps militant du Mrap [Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples, ndlr], je l’ai quitté en même temps que Jean Ferrat, en 2006, quand Mouloud Aounit a voulu faire de la critique de l’islam un racisme et poursuivre en justice les caricatures reprises par Charlie. Racialiser la religion est intenable. Dans le racisme tourné contre les personnes originaires du Maghreb, la religion n’intervient pas nécessairement.

Voyons maintenant l’objection faite habituellement aux islamophobes. « En rejetant l’islam, vous blessez les personnes de confession musulmane. »

Non. Car ce qui est respectable c’est la personne en sa liberté de croire et pas sa croyance. Nul ne peut exiger le respect de sa conviction. Veut-on rétablir le délit de blasphème ? Distinguons avoir et être. On a une religion, mais on n’est pas sa religion, même si par ferveur on s’identifie àelle.

Les athées peuvent-ils exiger le respect de l’athéisme, les catholiques le respect de leur religion et traîner en justice quiconque s’y refuse ? Evidemment non. Alors pourquoi faire une exception pour une religion particulière ? Prétendre, par compassion, qu’un être humain ne peut avoir aucune distance àl’égard de sa conviction, cela s’apparente àune forme de condescendance. Il faut admettre que tout être humain est capable de distance àsoi, sauf si l’on fatalise le fanatisme. « Ne confondons pas la peau et la chemise » (Montaigne).

Nouvelle objection, par amalgame. « On condamne bien la judéophobie, et l’homophobie  » Oui, et àjuste titre. La judéophobie, littéralement, vise les personnes juives comme telles. Elle est donc un racisme. En revanche la judaïsmophobie, rejet de la religion de nombreux juifs, n’est pas non plus un délit. Comparer l’islamophobie et l’antisémitisme, c’est mettre sur le même plan deux notions qui ne relèvent pas du même registre. L’antisémitisme, ou si l’on veut la judéophobie, est un racisme évident, car il s’en prend au peuple juif comme tel. Quant àl’homophobie, elle rejette les personnes homosexuelles comme telles. Il est donc juste d’y voir aussi un délit.

Il est grand temps d’en finir avec les confusions de vocabulaire, qui n’ont rien d’innocent car elles brouillent la nécessaire clarté du combat contre le racisme. Accordons-nous sur des notions sans équivoque, et luttons concrètement contre toutes les formes réelles de racisme, notamment celles qui nourrissent la discrimination àl’embauche ou au logement. Renonçons àutiliser le terme de race, qui n’est pas pertinent pour différencier les êtres humains. Et sachons conjuguer l’émancipation laïque avec la lutte pour la justice sociale afin d’éradiquer le racisme.

Henri Pena-Ruiz philosophe, écrivain