Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Des livres de Zineb el Rhazoui déchirés à Bruxelles

Des livres de Zineb el Rhazoui déchirés à Bruxelles

samedi 12 octobre 2019, par siawi3

Source : https://www.huffingtonpost.fr/2019/02/15/des-livres-de-zineb-el-rhazoui-dechires-a-bruxelles_a_23670508/

15/02/2019 17:20 CET | Actualisé 16/02/2019 12:55 CET

Des livres de Zineb el Rhazoui déchirés à Bruxelles

Cette ancienne de « Charlie Hebdo » avait porté plainte pour « menaces de mort » en 2018 suite à ses prises de position contre l’islam radical.

Par Julien Harel

La journaliste Franco-marocaine Zineb el Rhazoui, ancienne journaliste de Charlie
JOEL SAGET via Getty Images

ACTUALITÉS - Le stand de la maison d’édition Ring, à la Foire du livre de Bruxelles, a été vandalisé mercredi 13 février au soir. Les livres de Zineb el Rhazoui ont notamment été déchirés, tandis qu’un message était déposé sur le stand.

« Sales fachos », peut-on lire sur le message, comme le montre une photo publiée par la maison d’édition au lendemain de la découverte des dégradations. La photo montre également les livres déchirés de Zineb el Rahzaoui, connue pour ses critiques de l’islam radical. Des témoins évoqués par Ring auraient vu un homme muni d’un sac à dos s’introduire dans la foire aux alentours de 23h45, la veille. Ring met également en cause le collectif « Lignes de crête », mentionnant directement son directeur de la publication :

Ring
14 février ·

Un enième acharnement diffamatoire du groupuscule antifa, féministe intersectionnel, indigéniste et frèriste Lignes de Crêtes [aka Antoine Gregoire, Nad iam (Nadia Meziane), la dessinatrice sataniste Tanxxx, Marie Peltier], a placé une nouvelle cible dans notre dos en lançant des appels à notre expulsion de la foire du livre de Bruxelles, située à côté de Molenbeek. Hier soir, autour de 23h45, un jeune activiste à sac à dos (récit de témoin) a réussi a déjouer la sécurité malgré les RG belges présents et prévenus depuis deux mois de la présence de Zineb.

Ce matin, nous découvrons le stand ravagé, des livres de Zineb El Rhazoui dégradés, des pages de Zineb déchirées, un policier des RG belges accroupi qui vérifie la présence de colis suspects, le renseignement français qui passe constater et recueillir la moindre information, les autres éditeurs alentours silencieux qui baissent les yeux. Une fois le stand réinstallé, des femmes voilées et des mineures voilées viendront nous demander le pourquoi de la présence de Zineb. La foire avait déjà été ciblée par des messages de l’infâme groupuscule Lignes de Crête avant que la direction ne comprennne à qui ils avaient affaire. Après cette mise en danger de Zineb par cette officine qui l’avait qualifié de « femme d’extrême droite ») et pour le staff de Ring, la foire du livre a réagit positivement en quadruplant la sécurité. Plusieurs plaintes pénales tomberont lundi matin.

Finalement nous avons réussi a rencontrer nos lecteurs et a passer un bon moment en leur compagnie. Zineb ne reculera devant aucune intimidation ni calomnie, envers elle et son éditeur. RDV demain pour le vrai lancement de La Foire du livre de Bruxelles 2019 !

MàJ : nous rappelons que le logo du groupe action « antifa BXL » a été retrouvé sur les livres dégradés et que « Antifa BXL » était co-signataire direct de la tribune du groupuscule Lignes de Crête avec qui leur proximité directe est avérée
°
« Ce matin, nous découvrons le stand ravagé, des livres de Zineb El Rhazoui dégradés, des pages de Zineb déchirées », décrit le communiqué de Ring. Il dénonce également un « énième acharnement diffamatoire du groupuscule antifa, féministe intersectionnel, indigéniste et frèriste Lignes de Crêtes », responsable selon la maison d’édition d’avoir « placé une nouvelle cible dans [leur] dos en lançant des appels à [leur] expulsion de la foire du livre de Bruxelles ». Lignes de crête avait publié sur son site, le 13 février, une copie de la lettre envoyée aux organisateurs de la Foire du livre de Bruxelles ; s’opposant « à la participation, jamais remise en question, d’une maison dont les auteurs principaux sont des acteurs phares de l’extrême-droite culturelle ».

Dans un communiqué, le collectif a répondu aux accusations de Ring, niant toute implication « dans une altercation qui serait survenue à la foire du livre » Nous n’accepterons pas d’être désignés comme des complices des attaques et des menaces terribles et inqualifiables qui pèsent sur Zineb El Rhazoui, cible de Daech et d’autres groupes terroristes« , écrit Lignes de Crêtes tout en estimant que cette dernière »soutient clairement des auteurs d’extrême droite comme Laurent Obertone ou Marsault« et que »c’est son choix".

De son côté, la foire du livre de Bruxelles écrit dans un communiqué que le stand de Ring « aurait fait l’objet d’un acte de vandalisme ce mercredi soir » et que « des dispositions ont directement été prises pour éviter que de tels incidents puissent se reproduire ». Selon son conseil d’administration, « la Foire a toujours voulu être un lieu de libre expression et de dialogue, dans le strict respect des lois nationales et internationales ».

Zineb el Rhazaoui, cible privilégiée
L’auteure, ancienne journaliste de Charlie Hebdo, est sous protection policière permanente depuis les attentats du 7 janvier 2015. Fréquemment menacée à cause de ses prises de position contre l’islam radical et ses appels à une « remise en question » de la religion, la journaliste était tout de même présente le lendemain sur le stand pour y dédicacer deux de ses livres : « 13 » et « Détruire le fascisme islamique ». L’essayiste Raphaël Enthoven a apporté son soutien à la journaliste après les événements, via son compte Twitter :


Raphaël Enthoven

@Enthoven_R

La #censure, au nom de la #tolérance...
A quand les autodafés, au nom du Bien ?
Soutien sans limite à @ZinebElRhazoui contre les incultes qui l’agressent, et surtout les collabos qui leur trouvent des raisons. 💪🏽 https://twitter.com/espritlaique2/status/1096053221213290497
Marie France Blin @espritlaique2

Hier au salon du livre de Bruxelles le stand de l’éditeur de @ZinebElRhazoui a été saccagé par 1 jeune mec en sac à dos qui aurait déjoué la sécurité : livres de Zineb déchirés parmi ceux des autres auteurs, femmes voilées questionnants la présence de Zineb. #toutvabien

En décembre 2018, Zineb el Rhazoui a porté plainte pour « menaces de mort » après avoir été la cible de nombreux messages sur les réseaux sociaux, suite à une intervention sur C News où elle affirmait que l’islam « devait se soumettre à la critique ». Sollicités par Le HuffPost, ni la maison d’édition Ring ni le collectif « Lignes de crête » n’ont encore répondu.

LIRE AUSSI
Zineb El Rhazoui raconte « l’explosion de joie » avec des « collègues de Charlie » après l’arrestation de Peter Cherif
Charlie Hebdo : Zineb El Rhazoui annonce de nouveaux départs et s’en prend à la direction « bureaucratique »