Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Elections présidentielles en Tunisie

Elections présidentielles en Tunisie

mardi 15 octobre 2019, par siawi3

Source : https://www.jeuneafrique.com/842621/politique/en-direct-presidentielle-en-tunisie-vivez-la-soiree-electorale-du-second-tour-avec-jeune-afrique/

Dernière minute
Présidentielle en Tunisie : Kaïs Saïed devance largement Nabil Karoui, selon les deux principaux instituts de sondages

13 octobre 2019 à 19h26

Par Frida Dahmani et Camille Lafrance
- à Tunis

Mis à jour le 14 octobre 2019 à 10h33

Kaïs Saïed devance largement Nabil Karoui au second tour de l’élection présidentielle, selon les premières estimations des instituts de sondage, qui lui accordent entre 72 % et 77 % des voix. Les résultats officiels doivent être proclamés lundi 14 octobre par l’Instance électorale.

• Plus de sept millions d’électeurs tunisiens étaient appelés aux urnes dimanche 13 octobre, afin de départager Kaïs Saïed et Nabil Karoui, les deux candidats qualifiés pour le second tour de l’élection présidentielle. Après le premier round, le 15 septembre, et les législatives du 6 octobre, il s’agissait du troisième scrutin en moins d’un mois. Un calendrier accéléré notamment par la mort prématurée du président en exercice, Béji Caïd Essebsi.

• Les premières estimations réalisées à la sortie des urnes ont donné le constitutionnaliste Kaïs Saïed largement en tête devant le magnat des médias Nabil Karoui, avec, selon les instituts de sondage, entre 72 % et 77 % des suffrages exprimés. La proclamation officielle des résultats par l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) devrait avoir lieu lundi 14 octobre à 12h. L’Isie a déjà livré les chiffres de la participation, qui s’élève à 58,5 %, soit une légère baisse par rapport au scrutin présidentiel de 2014 (64 %).

• La campagne de l’entre-deux tours s’était déroulée dans un climat étrange, les législatives prenant parfois le dessus dans le régime semi-parlementaire qu’est la Tunisie, mais surtout l’un des deux concurrents, Nabil Karoui, étant en détention. Après plusieurs refus de la justice, qui l’a incarcéré le 23 août pour blanchiment d’argent et évasion fiscale, ce dernier avait finalement été libéré mercredi 9 octobre, permettant qu’un débat télévisé se tienne entre les deux prétendants à la magistrature suprême.