Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Algérie : Les intégristes dans le hirak

Algérie : Les intégristes dans le hirak

samedi 9 novembre 2019, par siawi3

Source : https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2405569176348024&id=100006848949469&sfnsn=mo

Ahmad Brahimi

A quoi joue Al Magharibia ?

Depuis quelques semaines, il semblerait que la chaine de télévision Al Magharibia exhibe son orientation et sa tendance politique. La « Qanat a Cha3b ! » (Media du peuple) est de plus en plus audacieuse à affranchir les fondateurs de l’Ex Front Islamique du Salut – FIS. On ne voit plus les journalistes dans des analyses objectives, mais plutôt des prêches subjectives par des inconnus qui émergent comme des champignons à l’ombre du « Hirak ». Les islamistes sont notoirement connus pour être des opportunistes et leur entrée en force après avoir attendu neuf mois dans cette révolte le prouve bien. Les évènements d’octobre 1988 sont encore une preuve tangible pour dévier les objectifs d’une révolte. Apres l’avoir renommée : « les évènements du 5 octobre 1988 », ils la conduisent à une effusion de sang et précipite la mort de 250 000 innocents algériens. Cette période de l’histoire algérienne fut écrite en sang et ponctuée par la terreur. Historiquement, cette révolte revient aux citoyens de Tazmalt qui l’avait entamée le 26, 28 et 29 septembre 1988. Une révolte pacifiquement assertive des intentions du peuple qui voulaient une réponse aux pénuries constantes qui touchaient les matières de première nécessité.

La présence d’Ali Belhadj, le fondateur du FIS sur l’écran d’Al Magharibia est inquiétante et menace encore une fois le bon déroulement de cette révolte. C’est le retour de l’assassin sur le lieu du crime. Encore plus inquiétant, on tente tant bien que mal d’effacer l’ardoise des crimes commis par les islamistes en les imputant à l’Armée Nationale. On essuie le couteau sur l’uniforme. L’armée et ce pouvoir mafieux ont certainement leur poids de culpabilité, mais de là, à totalement laver les islamistes de ces crimes, j’appellerai cela un complot au détriment de la conscience des algériens. C’était nos enfants en uniforme et nos enfants n’ont assassiné personne.

Al Magharibia insulte indirectement l’intelligence des millions d’algériens qui bravent les rues à travers tout le pays depuis le 16 février 2019. La chaîne fut et reste au centre de cette révolte. Son audience fait rêver les directeurs et ses propriétaires. Cette révolte est une immense opportunité médiatique et A.M a su la saisir jusqu’à devenir presque le « Media unique » de celle-ci. Le danger vient de cette « unicité » qui retransmet les messages d’Ali Belhadj à une audience plus importante que celle d’une mosquée d’Alger. Al Magharibia donne l’impression de prendre cette révolte par les cornes et la conduire à l’enclos de son choix.

Pourtant, Al Magharibia devrait savoir et comprendre que les algériens ne repartiront pas à cette période obscure, anarchique, meurtrière, sanglante où l’autocratie combattait la théocratie sur le dos du peuple algérien. Le seul perdant fut le peuple algérien et principalement l’innocence. Les militaires et les islamistes ont amplement montré leur inaptitude à gouverner. Place aux démocrates !

Si Dieu décidait de se porter candidat aux présidentielles algériennes dans le futur , il lui faudra une excellente compagne électorale pour convaincre le « nouveau » peuple algérien. La mémoire est encore fraîche.