Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : « Ils se stigmatisent eux-mêmes » : ce que Mélenchon disait du port du (...)

France : « Ils se stigmatisent eux-mêmes » : ce que Mélenchon disait du port du voile à « Marianne » en 2010

lundi 11 novembre 2019, par siawi3

Source : https://www.marianne.net/politique/ils-se-stigmatisent-eux-memes-ce-que-melenchon-disait-du-port-du-voile-marianne-en-2010?_ope=eyJndWlkIjoiZWU1YTU1MWQyNmQzMmYxMmE0MzMyZDY4NmJjYmFiMmUifQ%3D%3D

« Ils se stigmatisent eux-mêmes » : ce que Mélenchon disait du port du voile à « Marianne » en 2010

Par Magazine Marianne

Publié le 08/11/2019 à 19:29

En 2010, Jean-Luc Mélenchon estimait que les femmes voilées « se stigmatisent eux-mêmes ». Aujourd’hui, il signe un texte rédigé à l’initative d’activistes qui estiment que la loi de 2004 sur l’interdiction des signes religieux à l’école est « liberticide » pour les musulmans.

Bien sûr, certains diront que Mélenchon se prononçait alors sur le cas d’une candidate voilée du Nouveau parti anticapitaliste, que le contexte était bien différent, que les deux positions - celle d’hier et celle d’aujourd’hui - ne sont vraiment pas incompatibles. Mais tout de même, il faut relire ce que disait du voile, en 2010, le dirigeant du Parti du gauche. Et là, le changement de cap paraît manifeste. Car ce dimanche 10 novembre, le député de Marseille participera à une « marche contre l’islamophobie » après avoir paraphé une tribune sur le sujet dans Libération en compagnie de signataires proches des frères musulmans. Il y est question, entre autres de « lois liberticides » contre les musulmans. Les initiateurs n’ont pas caché qu’il s’agissait, dans leur esprit, de la loi contre les signes religieux à l’école de 2004 et de la loi de 2010 interdisant notamment le voile intégral. Sur son blog, Jean-Luc Mélenchon a expliqué qu’il a compris l’expression « lois liberticides » comme renvoyant aux « lois sur l’état d’urgence qui permettent tous les abus ou celle du Sénat contre le seul voile des parents accompagnatrices bénévoles de sorties scolaires ». Certes.

Le 4 février 2010 donc, la sensibilité du fondateur de la France Insoumise était toute autre. Interrogé par Marianne (nous reproduisons l’interview, également disponible ici, en annexe de cet article), il critiquait vertement le parti de Besancenot pour avoir présenté une candidate voilée aux élections régionales. Et développait une pensée orthogonale à celle des initiateurs de la tribune de Libération. Interrogé sur l’« atmosphère d’islamophobie » évoquée par la candidate du NPA, celui qui était alors député européen tapait particulièrement fort : « En ce moment, on a le sentiment que les gens vont au-devant des stigmatisations : ils se stigmatisent eux-mêmes — car qu’est-ce que porter le voile, si ce n’est s’infliger un stigmate — et se plaignent ensuite de la stigmatisation dont ils se sentent victimes. » Et d’ajouter : « Il faut penser à tous ces gens qui n’ont tout simplement aucune religion. » Neuf ans plus tard, Jean-Luc Mélenchon les aurait-il oublié, ceux-là ?

°

Interview parue sur Marianne2.fr le 4 février 2010 :

Marianne2.fr : Peut-on, comme l’aurait affirmé Olivier Besancenot au Figaro, être « féministe, laïque et voilée » (1)

Jean-Luc Mélenchon : Il y a une confusion des rôles. Le débat politique ne doit pas aller sur le terrain religieux. Quelqu’un qui participe à une élection doit représenter tout le monde et pas seulement ceux dont il partage les convictions religieuses. C’est une attitude immature et un peu racoleuse qui dit : « A moi les miens ». Pour en revenir à la phrase d’Olivier Besancenot, je crois qu’il y a mille manières d’être féministe, mais cette manière-là est un peu particulière et constitue une régression. Même dans les pays d’origine, cette pratique est combattue par les milieux progressistes. On ne peut pas se dire féministe en affichant un signe de soumission patriarcale.

La jeune femme en question, Ilhem Moussaïd, explique que « dans l’atmosphère d’islamophobie » actuelle il est « important de s’unir pour une vraie gauche » et que « le sens de [sa] candidature est de donner une voix aux femmes et aux hommes issus des quartiers populaires » ?

C’est une erreur. Le mouvement ouvrier a toujours payé le passage à la religion et à l’ostentation. Ça empêche l’unité. Lors du Forum social qui s’est tenu en Inde, pour la première fois, il avait été question de laïcité. Il avait été évoqué le cas du syndicat des transports. Conducteurs et bagagistes ne parvenaient jamais à faire la grève ensemble parce que les conducteurs étaient brahmanes et les bagagistes des intouchables…

En ce moment, on a le sentiment que les gens vont au-devant des stigmatisations : ils se stigmatisent eux-mêmes — car qu’est-ce que porter le voile, si ce n’est s’infliger un stigmate — et se plaignent ensuite de la stigmatisation dont ils se sentent victimes. Il faut penser à tous ces gens qui n’ont tout simplement aucune religion. Il y a quelque chose d’unilatéral dans le comportement des religieux.
Et si cette jeune femme pense rassembler, elle se trompe : elle divise. Je lui demande de tirer les leçons de l’histoire de France. Non pas parce qu’il s’agit de l’histoire de France, mais parce que nous avons connu trois siècles de guerres de religions. Il ne faut pas être orgueilleux et elle doit apprendre qu’il faut se nourrir des luttes du passé.

[(« Le NPA se saisit de tous les moyens pour se différencier de nous »)]

Certains avanceront que sa religion est seulement plus visible, que des politiques se revendiquent ou se sont revendiqués comme catholiques et catholiques de gauche notamment ?

Pour ma part, je me suis toujours refusé à dire si j’étais croyant ou si je ne l’étais pas. Parce que je ne trouve pas ça respectueux. Il ne faut pas se tromper : elle a le droit de pratiquer, mais pas dans la sphère politique. Là, on a le sentiment qu’elle le fait pour donner à voir. Ce n’est pas acceptable.

La direction du NPA dit se plier à une « décision locale » après « un débat sérieux et complexe ». Au PG, ça ne pourrait pas avoir lieu ?

Ils ont de la chance que ce ne soit pas un intégriste religieux qui ait été désigné ! Ou quelqu’un avec une cornette sur la tête ou qui veuille se promener tout nu ! Au PG, nous en discuterions directement avec l’intéressé. Nous réunirions les instances locales s’il le fallait et nous lui dirions : « C’est inacceptable. Ce n’est pas possible ».
Si ça se trouve, cette jeune femme est une très bonne militante. Mais si elle a une conscience politique, c’est sur le terrain politique que ça doit se jouer, avec des arguments. La religion est du domaine de la vérité révélée. On ne peut pas débattre de ce qui relève de la vérité révélée.

Vous expliquiez que c’était une « attitude un peu racoleuse » ? Faut-il, selon vous, y voir un coup politique du NPA ?

Ils se saisissent de tous les moyens pour creuser le fossé, pour se différencier de nous qui sommes d’une gauche laïque, d’une gauche qu’ils savent à cheval sur les principes. Mais ça n’est franchement pas une bonne idée. Tout ça est régressif et, à l’intérieur du NPA, il n’est pas sûr que les camarades marxistes révolutionnaires apprécient…

Note :
(1) Olivier Besancenot estime, dans un communiqué, que « Le Figaro [lui] a fait tenir des propos caricaturés ».