Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Canada : Coup de Jarnac de transactivistes canadiens à un centre d’aide aux (...)

Canada : Coup de Jarnac de transactivistes canadiens à un centre d’aide aux victimes de viol

dimanche 1er mars 2020, par siawi3

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Source : https://tradfem.wordpress.com/2020/02/28/coup-de-jarnac-de-transactivistes-canadiens-a-un-centre-daide-aux-victimes-de-viol/

Coup de Jarnac de transactivistes canadiens à un centre d’aide aux victimes de viol

28.02.20
TRADFEM / Il y a 2 jours

par Anna Slatz,
dans The Post-Millenial, le 27 février 2020

Le 26 février, l’administration municipale de Vancouver (Canada) a décidé par vote de ne pas renouveler une subvention au centre Vancouver Rape Relief & Women’s Shelter — le plus ancien refuge pour victimes d’agression sexuelle au Canada. Ce centre offre depuis 1973 des services post-traumatiques de soutien aux victimes de violence conjugale, d’agression sexuelle, d’inceste et de traite à des fins sexuelles. (NDT : (La subvention annulée finançait un programme MIXTE de prévention du viol.)

Cette décision s’inscrit à la suite d’une campagne acharnée menée depuis 2019 par des transactivistes pour que la ville de Vancouver retire tout financement à VRR, certains qualifiant de “transphobe” ce centre d’aide aux victimes de viol (parce qu’il héberge spécifiquement des femmes).

S’adressant au média The Post Millenial, Karla Gjini, membre de la Collective VRR, a souligné que Vancouver Rape Relief se voulait un espace sûr pour les femmes, où partager leurs vécus et s’organiser contre la violence masculine envers les femmes.

« [Notre travail est basé sur le fait que] les femmes s’assemblent et parlent sincèrement de leurs vécus face à la violence masculine, pour comprendre qu’elles ne sont pas seules et faire cause commune ? », a expliqué madame Gjini. « Il est important d’avoir ce terrain commun et cette expérience partagée. »

Karla Gjini a également réfuté les affirmations selon lesquelles Vancouver Rape Relief aurait rejeté sans ménagement des personnes transidentifiées qui cherchaient à obtenir des services de crise. Me Adrienne Smith, une avocate de la région de Vancouver, qui s’est surtout distinguée en alléguant que l’échec du transactiviste Jessica Yaniv dans ses recours au Tribunal des droits de la personne de Colombie-Britannique constituait ‘un recul pour les droits des trans’, a affirmé avoir des clients trans qui s’étaient vus refusés par l’organisme VRR.

« Si jamais un transfemme nous appelait et qu’il n’y avait plus de place nulle part, nous ferions quelque chose pour y remédier, » a expliqué madame Gjini. « Mais cela n’est jamais, jamais arrivé ? », a-t-elle ajouté, en notant que la sécurité des victimes était la priorité ultime de Vancouver Rape Relief.

« Notre refuge est toujours comble. Tout le temps. Nous avons des femmes et des enfants entassés jusqu’aux bords, et malheureusement nous devons refuser beaucoup de femmes faute d’espace nécessaire pour accueillir toutes celles qui tentent d’échapper à la violence masculine qu’elles ont vécue. »

La position du refuge de préserver la non-mixité de ses locaux a suscité un feu roulant de haine de la part des transactivistes, qui ont à plusieurs reprises vandalisé l’édifice de Vancouver Rape Relief. (photo)

photo kill terfs

photo anna slatz
Autrice : Anna Slatz

Traduit par TRADFEM avec l’accord de Madame Saltz.

Version originale : « Rape Shelter Loses Funding After Trans Rights Activists Complain » – https://www.thepostmillennial.com/rape-shelter-loses-funding-after-trans-rights-activists-complain/

Tous droits réservés à Anna Slatz et The Post-Millenial.