Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > France : Après l’attaque de Romans-sur-Isère, les propos très déplacés d’un (...)

France : Après l’attaque de Romans-sur-Isère, les propos très déplacés d’un avocat

mardi 14 avril 2020, par siawi3

Source :https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/04/14/apres-l-attaque-de-romans-sur-isere-les-propos-tres-deplaces-d-un-avocat_6036538_3224.html

Après l’attaque de Romans-sur-Isère, les propos très déplacés d’un avocat

Un avocat du barreau de Valence a fustigé, dans un message sur Facebook, les « connards qui veulent défendre des sous-merdes du type de celui qui a tué des personnes » au nom des droits de l’homme.

Par Richard Schittly

Publié aujourd’hui 14.04.20 à 11h30

Des avocats, dont le bâtonnier en personne, niant purement et simplement le droit élémentaire de la défense, et en des termes orduriers… Une très vive polémique a éclaté après des propos échangés dans le cadre d’un groupe Facebook du barreau de Valence qui regroupe 137 membres le jour de l’attentat présumé terroriste de Romans-sur-Isère (Drôme).

Ce samedi 4 avril, Abdallah Ahmed-Osman poignarde mortellement deux personnes et en blesse cinq autres. Rapidement interpellé, l’individu se révèle être un réfugié soudanais, inconnu des services de renseignement, travailleur ponctuel et plutôt intégré socialement. Un document manuscrit à connotation religieuse ainsi que sa façon de prier en se livrant à la police laissent supposer un acte terroriste, a priori solitaire.

Lire aussi Attaque de Romans-sur-Isère : l’auteur de l’attaque au couteau mis en examen

Avocat dans la ville frappée par le drame, Jean-Christophe Quinot envoie dans la foulée ce message dans le groupe Facebook du barreau : « A tous les connards qui veulent défendre les sous-merde [sic] du type de celui qui a tué deux personnes à Romans ce matin continuez à vouloir mettre en avant les droits de l’homme et à déshonorer la profession. Je pèse et j’assume mes propos. » Un petit pouce s’affiche sous le post, en signe d’approbation. Ce « like » est signé de Thierry Chauvin, bâtonnier de l’ordre des avocats de la Drôme.

Plusieurs avocats du groupe s’offusquent de tels propos. M. Quinot persiste et signe : « J’ai dit que j’assumais mes propos et les maintenais envers ceux qui passent leur temps à se prévaloir des droits de l’homme pour défendre ces merdes qui n’ont pas le droit à la vie. » Thierry Chauvin ajoute alors un message : « BFM m’a appelé pour connaître le nom de l’avocat que j’allais lui désigner ! J’ai benoîtement répondu que nous verrions ça à la fin du confinement et encore si j’ai le temps. » Le bâtonnier surenchérit par un autre post, faisant allusion au suspect en garde à vue : « Il peut crever où il veut, rien à… et moi aussi je pèse mes mots. »

« Microcosme de tolérance »

Emotion, ou opinion extrémiste assumée, que penser de ces conceptions livrées entre professionnels du droit ? « Je ne pense rien », rétorque sèchement Jean-Christophe Quinot, contacté vendredi, avant de raccrocher le téléphone. Au Parisien, qui a révélé l’affaire, Thierry Chauvin a plaidé la maladresse informatique, reconnaissant des « propos totalement inappropriés ». Tout en laissant planer l’ambiguïté : « C’est peut-être un peu exagéré, mais cela montre le degré de bienveillance que j’éprouve envers ce genre d’individus. » Contacté par Le Monde, le bâtonnier de la Drôme n’a pas souhaité commenter le contenu des propos échangés. « Il s’agit d’une conversation privée qui reste privée, les avocats lavent leur linge sale en famille », estime simplement Thierry Chauvin, qui préfère s’en prendre à ceux qui ont divulgué les échanges : « Il y a une taupe dans le barreau. »

Lire aussi A Romans-sur-Isère, un effroyable « parcours terroriste »

De nombreux avocats de la région Auvergne-Rhône-Alpes ont condamné les propos de leurs confrères. « Dans notre métier, nous savons la douleur des victimes, elle doit être prise en compte, et puis il y a une exigence philosophique, démocratique, professionnelle, qui consiste à permettre à tout homme d’être assisté devant une juridiction », réagit Alain Fort, avocat à Valence. Pénaliste depuis cinquante ans, Me Fort ajoute : « Le barreau doit être un microcosme de tolérance. Notre métier, c’est respecter la part d’humanité qui reste chez toute personne. Nier notre rôle, c’est retourner vers des heures très sombres. »