Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > France : Brétignolles-sur-Mer. En plein confinement, les autorités font (...)

France : Brétignolles-sur-Mer. En plein confinement, les autorités font évacuer et incendier (!) la ZAD de la Dune.

vendredi 17 avril 2020, par siawi3

Source : https://la-bas.org/la-bas-magazine/textes-a-l-appui/bretignolles-sur-mer-en-plein-confinement-les-autorites-font-evacuer-et

Balance Ton Port. Une version locale de la « stratégie du choc »

Brétignolles-sur-Mer. En plein confinement, les autorités font évacuer et incendier (!) la ZAD de la Dune.

Le 16 avril 2020

ZAD Brétignolles-sur-Mer – 8 avril 2020 © Photo : DR

C’est ce qu’on appelle un serpent de mer. Le genre de projets qui ne voient jamais le jour, mais qui refont surface tous les quatre matins. Le port de plaisance de Brétignolles-sur-Mer est de ceux-là. Il est avant tout le projet d’un homme, Christophe Chabot, le maire, self-made man à la réussite insolente, PDG des vérandas Akena qui rêve de laisser une trace dans l’histoire.

Sa pyramide du Louvre à lui, un port de plaisance sur les rives de la commune dont il prend les rênes en 2001. Deux années plus tard, les premières esquisses de ce projet à plusieurs millions d’euros sont lancées. Ce dernier doit soulager les ports voisins des Sables-d’Olonne et de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, mais aussi redonner du lustre à ce bout de littoral vendéen populaire, majoritairement fréquenté par des familles populaires. Bien loin de l’image d’Épinal d’une station balnéaire pour gens riches, chaussures bateau aux pieds et petits pulls en V négligemment noués autour d’un cou hâlé.

Depuis 17 ans, le serpent de mer empoisonne la vie de toute une commune, au nom d’une plaisance où les bateaux ne sortent à l’eau à peine quinze jours par an. Après des années rocambolesques, les premiers coups de pelleteuse sont finalement donnés dans la dune le 23 septembre 2019. En toute illégalité puisqu’une pelletée de recours, déposés par les opposants auprès du tribunal administratif de Nantes, n’ont pas encore tous été examinés par la justice. L’entorse de trop, croyait-on encore à l’époque, qui donne un retentissement national à cette histoire locale quand, le 6 octobre suivant, ils sont plus de 2 500 à se réunir sur la plage pour dire « non au port » et son monde.

Ainsi naissait la ZAD de la Dune. Un dimanche funeste pour le PDG-maire qui, depuis, a mis toute son énergie pour la « dégager » de sa commune. L’histoire notera que cela a bien eu lieu, en plein état d’urgence sanitaire. Alors même que 66 millions de Français sont confinés à résidence depuis le 17 mars 2020, Christophe Chabot profite d’une opération de gendarmerie pour lancer un appel à « nettoyer le site ». C’était le 8 avril dernier.

C’est cette histoire et, plus largement celle de cette « stratégie du choc » version locale, que voici, une petite plongée dans la « méthode Chabot » :

2003. Élu il y a tout juste deux ans, le self-made man vendéen drague la commune de Brétignolles-sur-Mer, et ses résidents secondaires, avec son projet de port de plaisance.

Image : Vue d’artiste du futur port de plaisance de Brétignolles-sur-Mer (communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie)

2006. Le dossier est à peine déposé que ce projet de 500 à 700 emplacements pour bateaux, d’un coût de 15 millions d’euros, se fracasse sur le danger de faire disparaître les plages du Sud et des Dunes. Le drapeau des autorités est rouge. En retour, le maire promet la création de deux récifs artificiels positionnés en mer, censés protéger les bassins portuaires des assauts de l’océan.

2008. Christophe Chabot marche sur l’eau. Avec cette idée d’un port en pleine terre, il ambitionne les 1 000 emplacements. Seigneur en son pays, le PDG des vérandas Akena profite du salon nautique de Paris pour faire monter Jean-Louis Borloo dans sa barque. S’assurant, à peu de frais, un beau coup de com’ estampillé « projet soutenu par le ministère de l’Écologie ».

2009 à 2012. Oui, mais voilà. Alors que, non loin de là, la tempête Xynthia a fait 29 morts, les préfets de la Vendée se succèdent et s’opposent tous au projet. L’avis de gros temps arrive par les voix de l’Autorité environnementale et du préfet de région, qui pointent des insuffisances qui « laissent présager, si le projet était autorisé, l’apparition de problèmes de fonctionnement de l’infrastructure (insécurité de navigation, surcoût d’entretien du chenal, déséquilibre financier de l’opération…) [1] ». Échaudé, Chabot retire son projet initial avant d’en soumettre un autre en commission.

2012. Le PDG-maire gratifie de « pieds nickelés » les membres de ladite commission d’enquête publique qu’il a pourtant appelée de ses vœux [2]. Leur principale réserve touche à la non-maîtrise du foncier. Le matelot Chabot lance un SOS au groupe Rousseau Sipo-Philam. L’ami promoteur rachète la ferme de la Normandelière, terrain indispensable au projet. Le ciel se dégage et, quelques jours plus tard, c’est la commune qui rachète la ferme à l’entrepreneur.

Après Borloo, de Rugy à la rescousse du moussaillon Chabot

2012 à 2014. « Vous savez, la définition des pieds nickelés, c’est une bande de petits voleurs qui sont tellement maladroits qu’ils n’arrivent jamais à dépouiller les gens de ce qu’ils veulent dépouiller », déclare sur TV Vendée Christophe Chabot, en parlant des commissaires enquêteurs. « Je trouve que ça correspond bien [3] ». Le préfet de l’époque et l’association La Vigie trouvent que ça correspond bien aussi à Christophe Chabot, et portent plainte contre lui. Dans son rendu, le tribunal administratif de Nantes juge illégale la délibération du conseil municipal autorisant l’achat de la ferme de la Normandelière pour 1,8 million d’euros, alors même que le domaine public maritime l’estime à 996 000 euros.

2015. Dans ce grand Monopoly qu’est la vie en bord de mer, la ferme et ses terres restent toujours propriétés de la commune, le juge judiciaire – saisi il y a seize ans par le tribunal administratif – n’ayant jamais poursuivi l’affaire. Pour bétonner une bonne fois son affaire, le maire transfère la maîtrise d’ouvrage à l’échelle communautaire, embarquant ainsi avec lui les quatorze communes voisines à la sienne. Après tout, Christophe Chabot est également président du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie…

Video : PORT DE PLAISANCE DE BRETIGNOLLES SUR MER par Pays de Saint Gilles Croix de Vie

Pas encore connu comme étant ce fin gourmet amateur de homards et de grands crus français, François de Rugy claque la porte d’Europe Écologie-Les Verts pour fonder le Parti écologiste. Il veut prendre l’air. Direction Brétignolles-sur-Mer où le moussaillon des pontons en profite pour lui glisser deux mots de son projet. Banco, de Rugy tope et, enivré par les embruns vendéens, rugit contre les opposants et « le dogmatisme des écologistes » [4] ».

2016. Pas vraiment connus pour leur « dogmatisme », les jurés du « concours national des ports de plaisance exemplaires » en profitent pour retoquer le projet du Vendéen.

2017. L’élu-entrepreneur tente un coup de poker. Il maintient son territoire sous le régime du règlement national d’urbanisme, lui évitant ainsi de mettre en place le plan local d’urbanisme, outil pourtant indispensable à l’intégration du projet de port sur les terres de Brétignolles-sur-Mer. Un nouveau tour de passe-passe administratif qui lui permet d’obtenir l’ouverture d’une nouvelle enquête publique.

2018. Parmi les 6 000 dépositions recueillies dans le cadre de l’enquête publique, une retient particulièrement l’attention. Comme Là-bas si j’y suis a pu le constater, la déposition n°4 567 relève du soutien du commandant de paquebot au capitaine de pédalo. Elle émane d’Hervé Gastinel, président du directoire du groupe Bénéteau, géant mondial vendéen de l’industrie de la plaisance de luxe. Et, alors que l’avis de l’Autorité environnementale reste inchangé, les nouveaux commissaires enquêteurs changent de cap en donnant un avis favorable au projet.

2019. Le 16 juillet, François de Rugy démissionne du ministère de la Transition écologique et solidaire. Le lendemain, le préfet de la Vendée délivre une déclaration d’utilité publique, autorisant la création d’un bassin portuaire de 900 anneaux. Cette déclaration autorise notamment de creuser un chenal d’enrochement de 500 mètres de long sur 60 mètres de large, ce qui aurait pour effet d’éventrer la dune et de couper la plage en deux.

Les recours en justice déposés n’ayant pas tous été examinés, le projet doit normalement en rester à l’état de projet. C’en est trop pour le matelot Chabot qui passe outre le droit français, le 23 septembre, en lançant ses bulldozers à l’assaut de la dune et de sa végétation.

Devant ce nouveau – mais pas dernier – déni de droit, les opposants doublent le combat judiciaire d’une bataille de l’opinion. Le dimanche 6 octobre, 2 500 personnes investissent la plage de la Normandelière. Toujours beau joueur, Christophe Chabot fait abattre tous les arbres du parking de la plage et prend un arrêté d’interdiction de stationner. En réponse, le soir même, la ZAD de la Dune s’installe sur un terrain privé voisin.

Le capitaine de pédalo a le moral dans les chaussettes. À peine quelques jours qu’ils sont là et les zadistes enracinent leur lutte et engrangent les soutiens. Chaque jour, des citoyens leur livrent paniers de nourriture et palettes pour consolider leurs cabanes. Le 12 octobre, près de 2 000 curieux assistent aux portes ouvertes de la ZAD de la Dune. Une semaine plus tard, ils sont encore près de 1 500 à manifester leur opposition au port, dans les rues de La Roche-sur-Yon. À Brétignolles, les bulldozers sont au point mort.

2020. Après trois mandats, le magnat des vérandas laisse le soin à son adjoint aux sports et aux associations de maintenir le cap pour les six prochaines années. Lui a décidé de rétrograder à la 5e place de la liste « Réussir Brétignolles ». On le dit fatigué, obnubilé par la ZAD et son évacuation. Lors d’une réunion publique, Frédéric Fouquet, son dauphin, décrit des zadistes qui « n’en ont rien à foutre de ce projet. Leur seule motivation, c’est d’être hébergés gratos, nourris gratos et de défendre leur idéal politique qui, en gros, est le rejet de la totalité de la société française dont ils profitent par ailleurs puisqu’ils sont tous enregistrés au niveau de la CAF [5] ». Les partisans applaudissent à tout rompre et demandent : « quand est-ce qu’on va l’évacuer, cette zone à détruire ? » Élu avec 60,4 % des suffrages, mais pas encore désigné maire du fait de la suspension des municipales, Fouquet promet « que tout ce qui peut être fait pour que cette ZAD dégage est fait. Dans la salle, je suis sûr que je peux identifier une cinquantaine de personnes qui m’ont tous dit, individuellement : “Quand tu veux qu’on y aille, on y va.” Si ça bouge avec l’État, on sera là pour bosser avec et si ça ne bouge pas, c’est nous qu’allons le faire, voilà. »

Voilà. Le 8 avril au matin, un couple d’automobilistes, qui emprunte la « route des chicanes », est pris à partie par des zadistes qui l’accusent d’avoir écraser un de leur chiots. La situation s’envenime durement. Une vaste opération d’interpellation est menée sur instruction de la procureure des Sables-d’Olonne. Le matin, puis l’après-midi, un hélicoptère et des drones survolent la ZAD de la Dune pendant qu’une cinquantaine de gendarmes mènent l’opération, au sol. L’occasion est trop belle.

À 17h, le PDG-encore maire lance un appel aux troupes. 70 « bénévoles » arrivent en fin d’après-midi pour jouer de la pioche et du briquet. En plein confinement, sous un régime d’état d’urgence sanitaire, l’élu de la République profite de la disposition du 25 mars 2020 prise par Christophe Castaner pour « nettoyer le site ». Le ministre de l’Intérieur a fait ajouter sur les nouvelles attestations de sortie dérogatoires la case : « participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative ». Case que les 70 « bénévoles » de l’édile n’ont pas manqué de cocher sous l’œil passif des forces de l’ordre et « la compréhension complice de la préfecture de la Vendée », s’étrangle-t-on chez les opposants et au-delà.

Video : Démantèlement de la zad de Bretignolles-sur-Mer par Journal des Sables

Les suites de l’affaire

Dépôt de plainte contre X. Voilà comment la ZAD de la Dune a été incendiée, alors même que les zadistes affirment, par la voix de leur avocat David Potier, « n’avoir jamais eu de copie d’ordonnance d’expulsion ». Contre ce « coup de force », certains envisagent de déposer plainte contre X pour dégradation vraisemblablement en bande organisée, vol et mise en danger de la vie d’autrui.

Prison ferme pour deux des zadistes. Dans le cadre de l’altercation autour de la mort du chiot, les deux zadistes interpellés sont passés en comparution immédiate devant le tribunal des Sables-d’Olonne, le 10 avril. Ils ont été reconnus coupables de « dégradations de véhicules en réunion » ainsi que de « violences ayant entraîné un choc émotif, outrages à des dépositaires de l’autorité publique ». Ils ont respectivement été condamnés à 8 et 10 mois de prison ferme, avec mandat de dépôt. Les deux zadistes ont immédiatement été incarcérés.

Solidarité de Brétignollais. Choqués et ulcérés par l’expédition punitive qui a eu lieu, mercredi dernier, bon nombre d’habitants de Brétignolles et de militants ont remué leurs réseaux pour venir en aide à la vingtaine de zadistes laissés sur le carreau, depuis près d’une semaine. À l’heure où nous écrivons ces lignes, ils ont tous pu être provisoirement relogés.
Pierre-Yves Bulteau

Video : PROJET DE PORT À BRÉTIGNOLLES-SUR-MER : INTÉRÊTS PRIVÉS SUR FONDS PUBLICS par Le Vent Se Lève

°
Notes

[1] Préfet de la région Pays de la Loire, « Avis de l’autorité environnementale sur le projet de création d’un port de plaisance sur le site de la Normandelière à Brétignolles-sur-Mer », 9 mai 2011.

[2] Ouest France, 19 décembre 2011.

[3] La Grande émission, TV Vendée, 20 décembre 2011.

[4] Cité par Christophe Chabot dans Nouvel Ouest, juillet-août 2017.

[5] Frédéric Fouquet, le 21 février 2020, à Brétignolles.