Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > « Ils devraient être en prison » : Comment le Guardian et le New York Times ont (...)

« Ils devraient être en prison » : Comment le Guardian et le New York Times ont piégé Julian Assange

dimanche 26 avril 2020, par siawi3

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Source : https://www.legrandsoir.info/ils-devraient-etre-en-prison-comment-le-guardian-et-le-new-york-times-ont-piege-julian-assange.html

24 avril 2020

« Ils devraient être en prison » : Comment le Guardian et le New York Times ont piégé Julian Assange

Kit Klarenberg

Le journaliste primé Mark Davis a révélé à quel point le Guardian et le New York Times ont trahi Julian Assange en 2010, et ont joué depuis un rôle central et consciemment malhonnête dans sa diffamation.

S’exprimant lors d’un événement à Sydney, en Australie, le 8 août, M. Davis a rappelé qu’il avait suivi de près les activités de Julian Assange au cours du premier semestre de cette année-là afin de réaliser une série d’émissions sur la vie du fondateur de WikiLeaks pour le service de radiodiffusion spécial australien - il s’est retrouvé avec tellement de matériel qu’il a pu réaliser un documentaire, « Inside WikiLeaks ».

En particulier, M. Davis a eu droit à un aperçu intime de la publication des journaux de guerre afghans - 90 000 rapports d’incidents militaires et de renseignements américains compilés entre janvier 2004 et décembre 2009. Fournis à WikiLeaks par Chelsea Manning, les fichiers offraient des preuves accablantes et précédemment cachées de crimes de guerre perpétrés par les forces alliées dans le pays, y compris un certain nombre d’exécutions extrajudiciaires.

Video ici 21:08

La publication était censée être un effort de collaboration entre WikiLeaks et un certain nombre de grands médias, notamment le Guardian et le New York Times, qui allaient travailler de concert pour conserver les dossiers et les préparer pour la publication. Le Guardian a même créé une salle d’opérations spécialisée, appelée « le bunker », afin de faciliter le projet.

Davis y a passé un certain temps et estime que ses « observations de témoin oculaire » servent à dynamiter deux « insultes persistantes » contre le personnage d’Assange - à savoir, qu’il avait une attitude « cavalière » envers la vie des personnes nommées dans les documents que son organisation a publiés, et son manque de professionnalisme journalistique par rapport aux grands reporters avec lesquels il a collaboré. En fait, il suggère que la réalité est tout à fait l’inverse.

« Toutes les déclarations faites par les journalistes avec lesquels il a travaillé dans les livres et les articles qu’ils ont écrits et dans les émissions de télévision auxquelles ils ont participé sur leur intégrité par rapport au manque d’intégrité de Julian, je peux dire que ce sont des mensonges complets. J’en suis témoin. Nick Davies, le principal contact de Julian au Guardian, a affirmé à plusieurs reprises que Julian avait une attitude cavalière vis-à-vis de la vie humaine - ce n’est tout simplement pas vrai. S’il y avait une attitude cavalière, c’était chez les journalistes du Guardian. Ils méprisaient l’impact de ces documents, une sorte d’ »humour noire« sur ce qui arriverait aux personnes nommées dans les documents s’ils étaient publiés », a déclaré M. Davis.

Il a expliqué qu’à aucun moment dans le bunker, il n’a vu les journalistes du Guardian « exprimer une quelconque inquiétude » quant au fait de mettre la vie des gens en danger, bien qu’Assange l’ait fait à plusieurs reprises. De plus, la question de la révélation de l’identité de milliers de personnes - une conséquence inévitable et évidente de la publication de dizaines de milliers de documents sensibles - n’a « jamais été prise au sérieux » par les journalistes concernés, affirme-t-il.

Video ici 21:48

Il a toutefois affirmé avoir été témoin d’une discussion entre M. Davies et son collègue David Leigh - en l’absence de M. Assange - sur la question de savoir si le nom d’une personne en particulier devait être publié. Davies s’y est fermement opposé, bien que par pure crainte de représailles gouvernementales, plutôt que par angoisse quant à la sécurité de l’individu en question.

« Mais nous ne le publierons pas », aurait répondu Leigh - preuve, selon Davis, qu’Assange n’avait pas été choisi comme partenaire du Guardian, mais en fait comme bouc émissaire.

« C’était très choquant pour moi, et j’en ai parlé avec Julian. C’est un génie, mais il a une certaine naïveté - il avait une haute opinion de ces gars, il pensait qu’ils faisaient partie d’un effort collectif et qu’ils y participaient tous ensemble, plutôt que d’être la source et eux les journalistes. Il ne croyait pas vraiment qu’ils le jetteraient dans la fosse aux lions, puis qu’ils lui diraient »ce n’est pas nous, nous ne sommes que des journalistes« . C’est honteux », a déclaré M. Davis.

Leigh - qui aurait « léché les bottes » d’Assange dans le bunker - allait devenir le coauteur de « WikiLeaks 2011 : Inside Julian Assange’s War on Secrecy » avec le célèbre Luke Harding. Soulignant l’approche négligente des journalistes du Guardian en matière de sécurité opérationnelle, les deux hommes ont décidé dans ce livre - contrairement aux avertissements explicites de Julian Assange - d’utiliser le mot de passe confidentiel de cryptage pour l’ensemble des archives non censurées du « Cablegate » comme titre de chapitre, ce qui a entraîné le déversement de centaines de milliers de câbles du Département d’État sur le web sans les rédactions sélectives qu’Assange et d’autres membres du personnel de WikiLeaks avaient préparées pour eux sur une période de huit mois.

Le piège se referme

Davis a poursuivi en rappelant qu’à l’approche de la date limite de publication des journaux de guerre, fixée d’un commun accord, le Times et le Guardian étaient de plus en plus inquiets à l’idée d’être associés à ce matériel. Son film, tourné juste avant la sortie, documente cette transformation en temps réel - dans un segment très éclairant, Assange informe Gavin MacFayden, alors directeur du Centre pour le journalisme d’investigation de l’Université de Londres, que le New York Times a demandé à WikiLeaks de leur offrir « un topo » en publiant d’abord une analyse des journaux de guerre afghans.

La « naïveté » dont parle Davis est palpable : « Ils veulent faire un reportage sur nos reportages, afin de pouvoir prétendre qu’ils ne sont pas impliqués ! Assange bafouille avec stupéfaction, car il est évident qu’un journal ne serait pas prêt à publier une exclusivité sismique. Comme Davis l’a attesté, ces images tournés sont aujourd’hui tout à fait »effrayantes« , étant donné qu’Assange est »maintenant en prison à cause de ce subterfuge".

En même temps, Assange lui-même devenait de plus en plus inquiet, dans son cas sur l’identité des informateurs et des autres personnes figurant dans les révélations - aucun effort n’avait été fait par les journalistes du Guardian pour en retirer un seul, et malgré des demandes répétées, il n’a pas reçu de personnel ou de soutien technique pour les expurger. En conséquence, le chef de WikiLeaks a assumé la « responsabilité morale » des dossiers - ses demandes de publication, qui devaient être retardées afin de lui donner le temps de « nettoyer » les documents de manière adéquate, ont été ignorées, de sorte qu’il a été contraint de « travailler littéralement toute la nuit » pour expurger environ 10 000 noms, a déclaré M. Davis.

Dans une ironie perverse, le documentariste a également exposé comment, bien qu’Assange ait finalement accepté de publier les journaux le dimanche 25 juillet 2010 afin de permettre au Guardian et au Times de « rapporter » l’histoire le lendemain, le plan a été perturbé par des problèmes techniques avec le site web de WikiLeaks.

Video ici 24:28

Alors qu’Assange luttait pour mettre le contenu en ligne, Davis a déclaré qu’il était inondé d’« appels paniqués et hystériques » du Times et du Guardian, qui devenaient de plus en plus hystériques à mesure que la journée avançait. Les deux journaux étaient littéralement sur le point d’« arrêter les presses », car les articles de la première page des journaux de guerre afghans étaient entièrement basés sur l’idée que WikiLeaks avait publié les documents la veille.

Il a fallu plusieurs jours à WikiLeaks pour publier les journaux de guerre - Le Guardian et le Times ont néanmoins publié leurs articles prévus le 26 juillet 2010, rendant compte de la publication des journaux, malgré le fait qu’ils n’aient pas réellement été publiés sur le site web de WikiLeaks.

« Julian était leur bouc émissaire. Ils ont imprimé un mensonge. Ces deux grands prêtres de l’intégrité journalistique se sont joyeusement entendus pour faire un reportage sur quelque chose qui n’était pas encore arrivé. L’interface de recherche des journaux de guerre afghans était la seule création du Guardian, ils en ont fait la promotion sur leur site web et dans le journal, mais ils se sont ensuite retournés et ont dit »nous n’avons pas publié ça, c’est Julian qui l’a fait« . Ils l’ont mis en place dès le début. Ils devraient être en prison eux aussi », a conclu M. Davis.

Kit Klarenberg

Traduction « chaque accusation contre Assange s’inverse dès qu’on s’y attarde » par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles
Source : https://sputniknews.com/military/201908121076533649-assange-set-up-dav...