Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : En défense de la laïcité

France : En défense de la laïcité

Les cultes ne doivent et ne peuvent bénéficier d’aucun passe-droit.

lundi 11 mai 2020, par siawi3

Source : COMMUNIQUE ? DU COMITE ? LAI ?CITE ? RE ?PUBLIQUE

10 mai 2020

En défense de la laïcité

Le Comite ? Lai ?cite ? Re ?publique, depuis trente ans, de ?fend et promeut sans concession et dans le cadre du dialogue de ?mocratique et re ?publicain, le principe de lai ?cite ?. C’est a ? ce titre qu’il est entendu et respecte ? par les pouvoirs publics.

Le Comite ? Lai ?cite ? Re ?publique regrette et conteste que le gouvernement ait modifie ? la date d’autorisation des rassemblements cultuels et qu’il envisage de le faire a ? nouveau, sous la pression des responsables du culte catholique.
La date initialement pre ?vue et annonce ?e par le pre ?sident de la Re ?publique et par le ministre de l’Inte ?rieur pour la reprise des re ?unions publiques e ?tait fixe ?e au 11 juin 2020. Elle a e ?te ? ramene ?e au 2 juin, pour les cultes uniquement, sans que quelque e ?le ?ment nouveau de sante ? publique ne soit apparu pour justifier cette modification. Il a e ?te ? annonce ? qu’elle pourrait e ?tre avance ?e au 29 mai, pour permettre aux catholiques de ce ?le ?brer la penteco ?te.
Ces he ?sitations ne permettent pas de respecter la seule re ?gle que devrait s’imposer l’E ?tat en ce domaine, la se ?curite ? sanitaire des citoyens.

L’interdiction de tout rassemblement avant une date donne ?e ne peut concerner certains d’entre eux qui seraient privile ?gie ?s – et en me ?me temps soumis a ? un risque sanitaire – en fonction de leurs opinions philosophiques. En outre, une telle de ?cision ne pourrait que cre ?er la discorde entre Franc ?ais, croyants ou non ; nos concitoyens de religion musulmane s’e ?tonnent de ?ja ? d’un « deux poids-deux mesures » qui leur interdit actuellement de fe ?ter la fin du ramadan mais qui ferait une politesse au culte catholique, remettant en cause le principe constitutionnel d’e ?galite ? devant la loi.

Enfin, le CLR signale avec fermete ? que ce n’est pas ici la lai ?cite ? qui est en cause mais le refus des responsables d’un culte de respecter la re ?gle commune et la sante ? des Franc ?ais au nom de leurs croyances, qui ne sauraient e ?tre impose ?es au pays. On a pu constater les effets catastrophiques du rassemblement e ?vange ?lique de Mulhouse pour e ?viter, de ?sormais en connaissance de cause, de re ?pe ?ter une telle erreur.

Les cultes ne doivent et ne peuvent be ?ne ?ficier d’aucun passe-droit. La liberte ? de leur exercice est soumise, par l’article premier de la Loi de Se ?paration des E ?glises et de l’E ?tat du 9 de ?cembre 1905, aux mesures d’ordre public et tombe donc, comme toutes les re ?unions publiques, sous le coup des mesures prises au nom de l’e ?tat d’urgence sanitaire.
L’exercice du culte est libre. Il n’est pas un privile ?ge.