Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Afrique : La coalition anti-Etat islamique « préoccupée » par la situation au (...)

Afrique : La coalition anti-Etat islamique « préoccupée » par la situation au Sahel

vendredi 5 juin 2020, par siawi3

Source : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/06/05/la-coalition-anti-etat-islamique-preoccupee-par-la-situation-au-sahel_6041848_3212.html

Afrique
International

La coalition anti-Etat islamique « préoccupée » par la situation au Sahel

Les violences djihadistes, mêlées à des conflits intercommunautaires, ont fait 4 000 morts au Mali, au Niger et au Burkina Faso l’an dernier.

Le Monde avec AFP

Publié aujourd’hui 5 juin 20 à 09h29

Des soldats de la force française « Barkhane » au Burkina Faso, en novembre 2019. MICHELE CATTANI / AFP

Les ministres des affaires étrangères des pays de la coalition contre le groupe Etat islamique (EI) ont exprimé leur « préoccupation », jeudi 4 juin, face aux activités des groupes qui lui sont affiliés en Afrique de l’Ouest et au Sahel.

Selon un communiqué du ministère français des affaires étrangères, les ministres ont « pris note avec préoccupation de la menace croissante représentée par les groupes affiliés à Daech et ses ramifications dans le monde, en particulier en Afrique de l’Ouest et au Sahel ». Une réunion sera organisée prochainement, « consacrée au renforcement des capacités en Afrique de l’Ouest et au Sahel, dans le plein respect du droit international », à la demande des pays concernés.

Lire aussi : Massacres en série attribués aux djihadistes au Burkina Faso

La visioconférence était présidée par le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, et son homologue italien, Luigi Di Maio. « Les ministres sont convenus du besoin urgent de poursuivre l’échange d’informations portant sur les membres connus des groupes affiliés à Daech », notamment via Interpol, selon le communiqué. Les ministres réaffirment par ailleurs leur détermination à « créer les conditions d’une défaite durable du groupe terroriste ».

Le dossier des prisons kurdes

Les violences djihadistes, mêlées à des conflits intercommunautaires, ont fait 4 000 morts au Mali, au Niger et au Burkina Faso l’an dernier, cinq fois plus qu’en 2016 selon l’ONU. La France a notamment déployé 5 100 militaires au Sahel dans le cadre de l’opération anti-djihadiste « Barkhane », en coopération avec les pays de la zone.

Lire aussi  : Un légionnaire français tué dans des combats au Mali

Les ministres abordent aussi le dossier des djihadistes détenus dans les prisons sous contrôle kurde, demandant que « les terroristes présumés, y compris ceux de nationalité étrangère, soient traités de manière appropriée et jugés conformément à leurs obligations en vertu du droit international ». Ils demandent « instamment » qu’ils soient traités « humainement en toutes circonstances, dans le respect du droit international, en garantissant en particulier leur droit à un procès équitable ».

Les forces kurdes détiennent toujours quelque 12 000 djihadistes dans plusieurs prisons du nord-est syrien, selon leurs statistiques. Parmi eux se trouvent des Syriens, des Irakiens, mais aussi entre 2 500 et 3 000 étrangers originaires d’une cinquantaine de pays. Les Kurdes se sont résignés à l’idée de devoir les juger en Syrie, en raison des tergiversations des Occidentaux qui rechignent à rapatrier leurs ressortissants.

Le Monde avec AFP