Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > UK : Antisémitisme : Le Labour demande pardon, et indemnisera les lanceurs (...)

UK : Antisémitisme : Le Labour demande pardon, et indemnisera les lanceurs d’alerte

jeudi 23 juillet 2020, par siawi3

Source : https://fr.timesofisrael.com/antisemitisme-le-labour-demande-pardon-et-indemnisera-les-lanceurs-dalerte/

Antisémitisme : Le Labour demande pardon, et indemnisera les lanceurs d’alerte

Le parti d’opposition admet avoir diffamé 7 anciens employés qui tentaient de lutter contre l’antisémitisme du Parti travailliste et qui sont apparus dans un documentaire de la BBC

Par Times of Israel Staff

22 juillet 2020, 18:13 0

Photo : Le dirigeant du Parti travailliste Jeremy Corbyn quitte son domicile à Islington, au nord de Londres, le 16 décembre 2019. (Isabel Infantes/PA via AP)

LONDRES – Le Parti travailliste, parti d’opposition britannique, a présenté des excuses « sans réserve », a retiré ses accusations et a accepté de verser des dommages et intérêts substantiels à sept dénonciateurs qui ont poursuivi le parti en justice pour diffamation dans le cadre d’un litige sur l’antisémitisme.

Les sept anciens employés, qui étaient chargés d’enquêter sur les plaintes pour inconduite au sein du parti, y compris l’antisémitisme, ont participé l’année dernière à une émission d’enquête de la BBC visant à déterminer si le Parti travailliste était antisémite. Ils ont critiqué le traitement des plaintes d’antisémitisme par le parti, et ont poursuivi le parti en justice lorsqu’il a publié une déclaration les décrivant comme ayant « des orientations personnelles et politiques à défendre ».

Les anciens employés ont également été accusés d’avoir tenté de nuire à Jeremy Corbyn, le dirigeant du Parti travailliste à l’époque.

Mark Henderson, représentant du Parti travailliste, a déclaré mercredi à la Haute Cour que le parti a reconnu que « les affirmations concernant les plaignants sont fausses » et s’est excusé auprès du groupe pour les avoir diffamés et avoir diffusé de fausses allégations à leur sujet. « Le Parti travailliste est ici aujourd’hui pour rétablir publiquement les faits et pour présenter ses excuses aux demandeurs pour la détresse et l’embarras qu’il leur a causés », a déclaré le parti dans un communiqué lu au tribunal.

Le Parti travailliste a également accepté de payer des dommages et intérêts au journaliste qui a réalisé l’émission de télévision, et s’est excusé d’avoir prétendu à l’époque qu’il avait « inventé des citations » et « bafoué la déontologie journalistique ».

Le montant total des dommages n’a pas été divulgué. Mais The Guardian a rapporté que le règlement a coûté au Labour quelque 600 000 livres (545 450 euros), avec environ 180 000 livres de dommages et intérêts pour les huit personnes. « Le règlement est considéré comme un cas sans précédent de diffamation d’un parti politique à l’encontre d’un journaliste et d’anciens employés », a-t-il déclaré.

Photo : Le nouveau chef du Labour, Keir Starmer, arrive aux studios de la BBC, à Londres, le 5 avril 2020. (Crédit : Aaron Chown/PA via AP)

Le nouveau chef du parti, Keir Starmer, a déclaré qu’il s’engageait à lutter contre l’antisémitisme dans ses rangs. Il essaie de ramener le parti au centre du terrain après le mandat de Corbyn, son prédécesseur de gauche, qui a semé la discorde.

Corbyn a également fait l’objet d’allégations selon lesquelles il aurait laissé l’antisémitisme s’envenimer au sein du parti. Il est un partisan de longue date des Palestiniens et un critique d’Israël.

The Guardian a déclaré que Corbyn et son ancien chef de la communication, Seumas Milne, avaient « demandé un avis juridique » sur la formulation des excuses, et que « les alliés de Corbyn estimaient que l’affaire aurait pu être contestée avec succès ».

L’une des dénonciatrices, Louise Withers-Green, qui travaillait au service des plaintes du parti, a déclaré au Guardian qu’un chapitre était en train d’être clos avec le retrait de la plainte pour diffamation contre elle et les autres anciens employés, mais que ce n’était « qu’une première étape pour le parti qui commence à s’attaquer à l’antisémitisme ».

« Je ne m’attendais pas à ce que le parti accueille le programme Panorama à bras ouverts. Mais je m’attendais à ce qu’ils assument la responsabilité à long terme de ce qui se passe et qu’ils veuillent vraiment agir. Je ne m’attendais pas à ce qu’on nous traite d’acteurs de mauvaise foi ». Politiquement, « les excuses signifient beaucoup », a-t-elle déclaré, et « personnellement, c’est certainement un tournant ».

« L’antisémitisme a été une tache sur le Parti travailliste ces dernières années », a déclaré le Parti travailliste dans un communiqué mercredi.

« Si nous voulons restaurer la confiance de la communauté juive, nous devons faire preuve d’un changement de comportement ».