Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Canada : Après les chants islamiques, les hymnes hindous retentissent (...)

Canada : Après les chants islamiques, les hymnes hindous retentissent maintenant à Mississauga

dimanche 30 août 2020, par siawi3

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Source : https://tarekfatahenfrancais.wordpress.com/2020/08/30/apres-les-chants-islamiques-les-hymnes-hindous-retentissent-maintenant-a-mississauga/

Après les chants islamiques, les hymnes hindous retentissent maintenant à Mississauga

Tarek Fatah

30.08.20

La politique identitaire est le fléau de la civilisation humaine depuis des siècles, dressant des groupes de personnes les uns contre les autres sur la seule base de la religion et de la race. Parfois, cela mène même à des massacres, comme le bain de sang rwandais, les génocides du Bangladesh et du Darfuri et, dernièrement, la tentative de la Chine d’anéantir sa population ouïgoure.

À peine deux ans après l’Holocauste, au cours duquel six millions de Juifs ont été tués par les nazis allemands sur une période de cinq ans, une autre extermination massive de personnes innocentes est survenue en 1947 en Inde, lorsqu’un million de musulmans et d’hindous sont morts dans un bain de sang qui est devenu le cadeau d’adieu de la Grande-Bretagne après 200 ans de colonisation fondée sur le principe de « diviser pour régner ».

Ce n’est pas comme si les Canadiens blancs ordinaires ne s’étaient pas alignés sur la religion. En parcourant l’histoire de Toronto, on découvre la division de la rue Queen pendant laquelle les protestants de l’Ordre d’Orange ont dirigé la ville, tandis que les catholiques irlandais et polonais résidaient dans des endroits comme Cabbagetown et devaient faire face à l’agression annuelle des hommes de main qui méprisaient les « immigrants », même s’ils avaient la même couleur de peau.

Cependant, le principe fondamental de notre existence actuelle est que nous avons tenu la race et la religion à l’écart de la politique, alors même que nous faisons face à une guerre religieuse contre notre civilisation par des fanatiques djihadistes de l’État islamique, d’Al-Qaïda, d’Al-Shabab, des talibans et aussi de la Turquie qui jettent de l’huile sur le feu pour… établir le califat ottoman.

Toutefois, on s’inquiète du fait que l’islam au Canada a essayé de faire sentir sa présence en se tournant vers la politique à tous les niveaux, y compris à l’échelon municipal également, où il semble le plus facile de faire sa marque.

Le 6 mai dernier, j’ai écrit au sujet de la façon dont la mairesse de Mississauga, Bonnie Crombie, avait rejeté les conseils de ses administrateurs et avait réussi, au moyen d’un vote au volant, à faire adopter à l’unanimité une résolution modifiant le règlement municipal sur le bruit afin de légaliser l’utilisation des haut-parleurs dans toutes les mosquées de Mississauga.

Lorsque les conseillers municipaux de Mississauga, Sue McFadden et Ron Star, ont tenté d’annuler le premier vote et d’avoir une discussion, la mairesse les a convaincus de changer d’avis. Ils l’ont fait. Le fait est que les détracteurs des haut-parleurs des mosquées étaient qualifiés de racistes et d’islamophobes, une accusation qui a réduit au silence un grand nombre d’entre nous et qui ferait peur aux plus courageux d’entre nous.

La décision de la ville a déclenché une révolte citoyenne dirigée par une personne, Ram Subramanian, qui a annoncé un plan visant à lancer une contestation constitutionnelle contre la modification des règlements sur le bruit de Mississauga. Il a recruté plus de 10 000 personnes et avait l’intention de recueillir 120 000 $ avant de s’adresser aux tribunaux.

Il était accompagné du porte-parole du Congrès musulman canadien, Munir Pervaiz, qui a dit que le haut-parleur n’avait pas grand-chose à voir avec l’islam et qu’il avait tout à voir avec l’islamisme — l’utilisation de l’islam à des fins politiques.

Cependant, les efforts de Subramaniam ont été réduits à néant la semaine dernière lorsqu’un groupe obscur appelé le Hindu Forum Canada n’a pas réussi à défendre la séparation de la religion et de l’État, exigeant plutôt que, tout comme les musulmans avaient gagné le droit d’établir leur présence au moyen de haut-parleurs de mosquée, Mississauga devrait aussi donner aux hindous le droit de diffuser des hymnes hindous sur des haut-parleurs au sommet des temples hindous.

Rao Yenbamuri, chef du groupe hindou de Mississauga, composé de sept membres, avait précédemment qualifié la prière par haut-parleur islamique de « violation de nos valeurs laïques », mais il a changé d’avis. Aujourd’hui, le conflit entre les hindous et les musulmans est enraciné de façon permanente dans les ghettos hindous et musulmans de Mississauga.

J’invite les mollahs musulmans et les prêtres hindous à lire le sermon du puritain anglais du XVIIe siècle Richard Baxter intitulé, The Vain Religion of the Formal Hypocrite, and the Mischief of an Unbridled Tongue.*

Juste lire le titre devrait suffire.

Traduction  : Laurence B

* Explication du titre : Il n’y a pas de titre français officiel, mais d’après mes recherches, le livre de Baxter parle de l’hypocrisie religieuse.