Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Home > fundamentalism / shrinking secular space > France: “L’universalisme, seule boussole de l’antiracisme”

France: “L’universalisme, seule boussole de l’antiracisme”

le philosophe Henri Pea-Ruiz rpond Jean-Luc Mlenchon

Saturday 5 September 2020, by siawi3

Source: https://www.marianne.net/debattons/billets/l-universalisme-seule-boussole-de-l-antiracisme-le-philosophe-henri-pena-ruiz

“L’universalisme, seule boussole de l’antiracisme” : le philosophe Henri Pea-Ruiz rpond Jean-Luc Mlenchon

Publi le 31/08/2020 11:55

Henri Pea-Ruiz

Henri Pea-Ruiz rpond l’amalgame de Jean-Luc Mlenchon, entre “Marianne” et “Charlie Hebdo” d’une part, et “Valeurs Actuelles” de l’autre, suite la publication d’un article jug raciste sur Danile Obono par ce magazine.

L’universalisme de la lacit est aujourd’hui pris en tenaille entre deux points de vue diffrentialistes. Usurpe par le Rassemblement National, la lacit est calomnie par le Parti des Indignes de la Rpublique. Le RN la dtourne pour stigmatiser une partie de la population, alors que par ailleurs il dfend le financement public d’coles prives catholiques, privilge anti-laque. Le PIR, pour sa part, veut voir dans la lacit un racisme dtat qui aurait partie lie avec le colonialisme. En fait il confond l’universalisme avec sa caricature ethnocentriste. Et il oublie au passage que l’mancipation laque, en Occident, a t conquise dans le sang et les larmes, rebours des traditions les plus rtrogrades. C’est d’une telle mancipation que doivent bnficier toutes les personnes de notre Rpublique. Au moment o s’ouvre le procs des complices des assassins de Charlie, une mise au point s’impose concernant l’universalisme, qui est la meilleure faon de lutter contre le racisme, comme l’a montr Nelson Mandela.

Jean-Luc Mlenchon, dans un discours tout rcent, a cru bon de raffirmer l’universalisme de la FI : “Il ny a ici que des universalistes. Nous croyons que lhumanit dun bout lautre de la plante est faite dune espce semblable en tous points. Parce quils mourront tous si lair nest plus respirable ! Ils mourront tous si leau nest plus buvable !” Une vidence. Mais il faudrait en ajouter une autre. Sans libert les tres humains ne peuvent pas vivre non plus. La libert est inalinable. Elle signifie qu’on a le droit d’aimer une religion, mais aussi de la dtester, pourvu qu’on ne rejette pas les personnes qui la pratiquent.
La mise au point de Charb

Cette distinction lmentaire, mon ami et camarade regrett Stphane Charbonnier la faisait trs clairement peu de temps avant d’tre assassin par les frres Kouachi. Dans sa Lettre ouverte aux escrocs de lislamophobie qui font le jeu des racistes, il sen prenait alors une confusion devenue hlas trop frquente : tenir pour raciste le rejet dune religion, alors que seul le rejet dune personne du fait de sa religion ou de son origine est raciste. Charb expliquait la chose de faon limpide : Si on laborde dun point de vue purement tymologique, lislamophobie devrait dsigner la peur de lislam . Or les inventeurs, promoteurs et utilisateurs de ce terme lemploient pour dnoncer la haine lgard des musulmans. Il est curieux que ce ne soit pas musulmanophobie et, plus largement, racisme qui laient emport sur islamophobie , non ? Dun point de vue tymologique, ce serait juste un peu moins branlant. Racialiser la religion est d’ailleurs intenable.

Dans le racisme tourn contre les personnes originaires du Maghreb, la religion nintervient pas ncessairement. La mise au point de Charb est doublement dcisive. Elle l’est pour la libert dexpression conquise notamment rebours de l’intolrance religieuse. Elle l’est aussi pour lefficacit de la lutte antiraciste, dont on brouille le sens si on confond le rejet d’une conviction et le rejet d’une personne. Une telle distinction n’est pas difficile expliquer. Elle suppose que l’on distingue la personne de sa conviction. Sinon, on cautionne le fanatisme. Charb refusait juste titre de dfinir l’islamophobie comme un racisme. Mais ceux qui veulent interdire toute critique de l’Islam s’efforcent d’imposer cette dfinition. Il est paradoxal que des insoumis se soumettent eux en considrant que le mot veut bien dire cela, rebours de son sens vritable. Etourdis, ils semblent oublier que souvent la faon de dire le monde reflte plus les prjugs et une idologie fallacieuse que la ralit. S’incliner devant une expression partisane et fausse sous prtexte qu’elle est rpandue c’est renoncer une clarification idologique ncessaire. Pour comparaison, doit-on accepter d’appeler “charges” les cotisations patronales sous prtexte que l’idologie dominante a impos ce terme pjoratif ? On passe ici du domaine socital au domaine social, mais dans les deux cas la justesse des mots employs est essentielle si on ne veut pas participer un mensonge idologique.

Ce qu’est le racisme, et ce qu’il n’est pas

La jurisprudence des condamnations pour racisme se fonde elle aussi sur la distinction du rejet des personnes, rprim juste titre, et du rejet de leurs croyances, qui relve de la libert de louer ou de critiquer. Longtemps militant du Mrap [Mouvement contre le racisme et pour lamiti entre les peuples], je lai quitt en mme temps que Jean Ferrat, en 2006, quand Mouloud Aounit a voulu faire de la critique de lislam un racisme et poursuivre en justice les caricatures reprises par Charlie Hebdo. Je cite ici un extrait de la Lettre ouverte de Jean Ferrat Mouloud Aounit date du mardi 14 mars 2006.

Le chanteur s’indigne du projet du MRAP de porter plainte contre France-Soir et Charlie Hebdo, accuss de racisme du fait qu’ils reproduisent une caricature de Mahomet : “Ce dessin pour moi, ne vise que ceux qui utilisent l’Islam leurs fins politiques : la bombe en forme de turban, ce sont les islamistes radicaux qui l’ont pose sur la tte de Mahomet... Je suis donc absolument oppos la plainte dpose contre”France-Soir“et, videmment contre celle envisage contre”Charlie Hebdo“. Je trouve la position du MRAP extrmement grave pour notre mouvement et au-del pour l’avenir de notre dmocratie laque. Je me vois donc forc de me dsolidariser entirement de cette position et de cette action et de le faire savoir publiquement. A mon trs grand regret. Jean Ferrat.”

L’argumentation rationnelle doit primer sur toute atteinte blessante aux personnes comme telles. C’est pourquoi je ne comprends pas que Jean-Luc Mlenchon, dans un tweet polmique, puisse faire un amalgame totalement arbitraire entre Valeurs Actuelles, Marianne, et Charlie.

Par ailleurs l’actualit nous donne une illustration de ce qu’est un acte tonalit raciste comme mise en cause d’une personne non du fait de sa religion, mais du fait de sa couleur de peau. La scandaleuse image de Danile Obono reprsente en esclave enchane pour illustrer une fiction prtention didactique, publie par Valeurs Actuelles, est une honte. Prtexte : tourner en drision l’idologie dcoloniale. Libert de la presse ? Celle-ci est bien inscrite dans le droit, mais avec pour limite intangible le ncessaire respect des personnes. Or c’est bien cette fois-ci la personne comme telle qui est vise par l’image connotation raciste qui la reprsente. Je tiens apporter ici l’expression de ma totale solidarit Danile Obono, dpute de la France Insoumise. Certes, il y a entre nous des dsaccords, mais leur expression s’inscrit dans un dialogue mutuellement respectueux. La critique de l’idologie dcoloniale fait partie du dbat dmocratique, mais elle ne peut procder selon la modalit abjecte adopte par Valeurs actuelles.

L’argumentation rationnelle doit primer sur toute atteinte blessante aux personnes comme telles. C’est pourquoi je ne comprends pas que Jean-Luc Mlenchon, dans un tweet polmique, puisse faire un amalgame totalement arbitraire entre Valeurs Actuelles, Marianne, et Charlie. Lui-mme, en 2015, rendait un vibrant hommage Charb en des termes trs mouvants. Et la raison de cet hommage n’a pas chang. Jamais Charlie n’a franchi la ligne rouge qui spare la libert d’expression critique de l’insinuation raciste, car jamais il ne s’en est pris aux personnes comme telles. Avec courage et clart, Charlie a toujours trouv les mots justes pour condamner tout fanatisme, quelle que soit la religion dont il prtend s’inspirer. Il est donc insens et profondment injuste de l’attaquer aujourd’hui par un amalgame irrecevable. Il en va de mme pour l’amalgame visant Marianne, journal exemplaire en matire d’antiracisme et de volont d’ducation populaire exigeante, qui ne transige pas avec l’exigence de vrit. Rien de comparable, donc, avec Valeurs actuelles.
“Universalisme” ?

La France Insoumise a mieux faire que de telles polmiques pour rester fidle sa volont affiche d’clairer la politique par la culture. Pour combattre le racisme, il faut cibler ce qui est vraiment raciste au lieu de qualifier de raciste le rejet d’une croyance religieuse. Elle pourrait par exemple s’associer la proposition suivante de rformer la Constitution actuelle, dont le premier article stipule ce qui suit : La France est une Rpublique indivisible, laque, dmocratique et sociale. Elle assure l’galit devant la loi de tous les citoyens sans distinction de sexe, dorigine ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Dj, le 12 avril 2018 lAssemble nationale a propos de substituer le terme origine au terme race , qui n’est pas pertinent pour les tres humains.

Mais la dernire phrase devrait elle aussi tre modifie pour clarifier le droit. La France ne peut pas se contenter de dire qu’elle respecte toutes les croyances . Un respect aussi slectif est doublement contestable. D’une part il laisse en dehors de lui la moiti de la population, qui se dclare athe ou agnostique. D’autre part il se trompe de destination. Quest-ce donc qui est respectable ? Ce nest pas l’option spirituelle d’une personne, croyante ou non, mais la libert qu’elle doit avoir den choisir une. Il convient donc d’affirmer dans la norme la plus fondamentale de la Rpublique, donc dans sa Constitution, que nulle croyance n’est respectable comme telle, mais que c’est bien la libert de la personne et elle seule qui l’est. C’est pourquoi il serait juste de substituer la formulation actuelle la formule suivante : La Rpublique respecte en toute personne la libert de croire ou de ne pas croire . Une proposition authentiquement universaliste que pourrait dfendre la France Insoumise. Le mot “universel” est ici trs facile comprendre. Il signifie ce qui vaut ou peut valoir pour tous. N’en va-t-il pas ainsi de la libert, respiration essentielle de la conscience humaine ?

Lire aussi: Chronique intempestive : le monde en noir et blanc ? Lettre ouverte Danile Obono

Henri Pena-Ruiz est philosophe et crivain. Auteur de Karl Marx penseur de lcologie (Seuil, 2018), de Marx quand mme (Plon, 2012), Entretien avec Marx (Plon, 2012). Egalement auteur de nombreux essais sur la lacit, dont un Dictionnaire amoureux de la lacit (Plon, 2014), qui s’est vu dcerner le Prix national de la lacit 2014.