Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Affaire Mila - jugements à Malte et en France

France : Affaire Mila - jugements à Malte et en France

vendredi 2 octobre 2020, par siawi3

Source : https://www.lepoint.fr/societe/menaces-de-mort-contre-mila-un-homme-en-garde-a-vue-a-auch-01-10-2020-2394430_23.php

Menaces de mort contre Mila : un homme en garde à vue à Auch

INFO LE POINT. L’individu, qui doit être jugé ce jeudi en comparution immédiate, s’était filmé en train de mimer un égorgement à l’aide d’un couteau de boucher.

Par Nicolas Bastuck

Modifié le 01/10/2020 à 11:02 - Publié le 01/10/2020 à 07:09 | Le Point.fr

Des menaces de mort, Mila, âgée de 17 ans, en reçoit régulièrement. Notamment sur les réseaux sociaux où elle continue à se faire insulter pour avoir osé critiquer l’islam sur son compte Instagram, en janvier dernier. Les dernières en date ont été filmées et se révèlent encore plus inquiétantes que les autres ; sur une vidéo apparaît un individu muni d’une feuille de boucher, mimant un égorgement et proférant à plusieurs reprises des menaces contre l’adolescente et sa mère.

Lire aussi Affaire Mila : « Qu’elle ne compte pas sur nous ! »

L’auteur de cette mise en scène macabre a été identifié et arrêté dans le Gers, où il est en garde à vue depuis mercredi. Il doit être déféré ce jeudi 1er octobre devant le tribunal correctionnel d’Auch, pour y être jugé en comparution immédiate pour « menaces de mort réitérées ». Il encourt trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. Selon les éléments recueillis durant l’enquête, Mila ne le connaissait pas. Ses parents ont déposé une plainte.

Menaces quotidiennes

« Je reçois tous les jours des menaces ; des menaces de mort essentiellement », avait confié il y a un mois la jeune fille à un gendarme de la brigade de recherches de Vienne (Isère). L’adolescente était venue déposer une plainte le 28 août, après avoir été agressée quelques jours plus tôt sur l’île de Malte, où elle effectuait un séjour linguistique. Alors qu’elle dînait avec une amie, un individu l’avait abordée en lui demandant si elle était Mila. Elle avait répondu oui et il s’était déchainé, jurant « sur Allah et le Coran : Je vais te buter, je vais te tuer ! Que je te revoie pas sinon je vais t’étrangler ! On va te violer dans une cave, je vais violer ta mère ! »

Lire aussi FOG – Affaire Mila : la France, nouveau Pakistan ?

Le jeune agresseur, de nationalité algérienne, disposait d’une carte de séjour en France. Il a été condamné deux jours après les faits à un an de prison avec sursis par la justice maltaise, mais la jeune fille redoutait « qu’il vienne jusque chez (elle) pour se venger ou (lui) faire du cyberharcèlement ». « Il y a tellement de gens qui veulent ma mort », avait-elle expliqué au gendarme.

Coupée de ses proches

À Vienne, trois mineurs sont, par ailleurs, toujours mis en examen et sous contrôle judiciaire, pour « menaces de mort », « usurpation d’identité », « envoi réitéré de messages malveillants », « vol et recel de données informatiques ». Ce sont eux qui, en janvier dernier, avaient promis lapidation, viol, attentat à l’acide et une mort certaine à Mila, jetant ses coordonnées en pâture sur les réseaux, après la publication de sa vidéo sur Instagram, dans laquelle elle critiquait la religion musulmane en des termes très crus, en réponse à des insultes sur son homosexualité.

Lire aussi « Tant que Mila sera scolarisée, nous serons là », assure le rectorat

Mila n’a jamais pu remettre les pieds dans son lycée de Villefontaine, d’où elle a été exfiltrée par les autorités après le torrent de haine et d’appels au meurtre déclenché par son « post ». Elle est aujourd’hui interne dans un établissement sécurisé, privée de parole, coupée de sa famille et loin de ses amis. « J’ai peur pour ma sécurité », confiait-elle dans sa plainte du 28 août.

La rédaction vous conseille
Affaire Mila : « face à la terreur », les parents dénoncent l’inertie de l’école

°°°

Source : https://www.ledauphine.com/faits-divers-justice/2020/10/01/menaces-de-mort-contre-mila-un-homme-arrete-dans-le-gers

Justice Menaces de mort contre l’Iséroise Mila : un homme condamné dans le Gers

Hier à 20:17 | mis à jour à 20:45 - Temps de lecture : 1 min

Mila sur le plateau de Quotidien en janvier dernier. Capture d’écran

En janvier dernier, la jeune Mila, une lycéenne iséroise, avait publié une vidéo où elle critiquait avec virulence l’islam. Largement partagée, la publication lui avait valu un déferlement de menaces de mort et avait déclenché les commentaires jusqu’au sommet de l’État.

Aujourd’hui encore, la jeune fille subit des menaces. Ainsi, ce mercredi, un homme a été interpellé et placé en garde à vue dans le Gers, rapporte Le Point. Il a été déféré ce jeudi 1er octobre devant le tribunal correctionnel d’Auch.

A lire aussi
En vacances, la jeune Mila est de nouveau menacée
Affaire Mila : la lycéenne s’explique
« Mila est instrumentalisée par deux groupuscules qui poursuivent leur guerre »
Marlène Schiappa, à propos de Mila : « Rien ne justifie qu’une jeune fille de 16 ans soit menacée de mort »

Trois ans de prison dont la moitié avec sursis

Jugé en comparution immédiate pour « menaces de mort réitérées », il a été condamné à trois ans de prison dont dix-huit mois avec sursis. L’homme de 23 ans, vivant sous curatelle dans un foyer pour adultes handicapés, avait déjà été condamné par le tribunal judiciaire le 10 septembre à 18 mois de prison dont 10 avec sursis pour avoir menacé des jeunes filles dans un bus.

L’individu s’était filmé mimant un égorgement muni d’une feuille de boucher. Il encourait trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

Trois mineurs toujours mis en examen

Dans cette affaire, trois mineurs, originaires de Besançon, du Rhône et de l’Isère, sont par ailleurs toujours mis en examen et sous contrôle judiciaire, pour « menaces de mort », « usurpation d’identité », « envoi réitéré de messages malveillants », « vol et recel de données informatiques ». Ce sont eux qui sont notamment à l’origine de la diffusion d’informations personnelles sur la jeune fille.