Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Kamel Daoud en vérité

Kamel Daoud en vérité

vendredi 2 octobre 2020, par siawi3

Source : https://www.franceinter.fr/emissions/boomerang/boomerang-01-octobre-2020

jeudi 1 octobre 2020

par Augustin Trapenard

Kamel Daoud en vérité

Ecoutez ici 31 minutes

Il est une incarnation de la liberté d’expression. Journaliste, écrivain, il recevait il y a cinq ans le Goncourt du Premier Roman pour « Meursault, contre-enquête". Kamel Daoud est l’invité d’Augustin Trapenard.

Photo : Kamel Daoud en 2017 à Paris © Getty / Eric Fougere - Corbis

Depuis Meursault, contre-enquête, son premier roman, il est devenu l’une des grandes voix de la liberté d’expression dans le monde. Son regard aiguisé fait de lui un observateur avisé des grandes mutations de notre époque. À l’occasion de cette journée consacrée aux 50 ans de Charlie Hebdo, il vient nous parler de liberté, de démocratie, de regard, de livre, de sacré et de vérité. Kamel Daoud est dans Boomerang.

Extraits de l’émission

« Bien sûr qu’il fallait republier ces caricatures. Dessiner n’est pas un crime, c’est un plaisir, un droit, une joie ; tuer est un crime, il faut être clair là-dessus. Si le feu existe, ce n’est pas la faute de l’huile. »

« La religion n’appartient à personne. C’est quelque chose que l’on peut assumer, refuser, offenser, mais personne ne peut dire qu’il est, lui-même, dieu. »

« La colonisation a été un crime, un désastre, mais nous devons revenir au présent, et arrêter d’accuser les autres pour nos malheurs. Je rêve d’un rapport d’égalité : il en va de la guérison, en France et en Algérie. »

« Le pessimisme nous appelle à l’oisiveté : puisque tout va mal finir, autant ne rien faire. Mais alors on va s’ennuyer entretemps. Moi, je sais que, dans toute situation, je conserverai ma dignité : quoi qu’il arrive, si je me noie, je serai un noyé digne. »

Boomerang
@BoomerangInter
« Ce qui menace la liberté d’expression, c’est la radicalité, la culpabilité, mais aussi la vérité : la vanité de croire qu’on la possède et qu’on la soumet à sa propre volonté. » @daoud_kamel #CharlieHebdo @franceinter

« Le réel n’existe plus sur Internet : le plus important n’est plus de dire vrai, mais de dire quelque chose. Les réseaux sociaux introduisent l’impunité de l’anonymat. Nous devons nous battre pour la mesure, la tempérance et la possibilité de l’altérité. »

« L’Occident est une sorte de monstre magnifique, de barbarie lumineuse : c’est un endroit qu’on critique, mais c’est aussi l’endroit où l’on peut fuir. Je ne suis pas dupe, ni naïf sur son histoire, mais j’aime la liberté qu’il m’offre : elle est nécessaire. »

« Les islamistes trafiquent le langage, comme tous les fascismes avant eux. C’est la raison pour laquelle il faut défendre le sens des mots : si on cède sur la langue, on cède sur le reste... »