Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Mohamed Sifaoui : « Il faut montrer et débattre des caricatures avec (...)

France : Mohamed Sifaoui : « Il faut montrer et débattre des caricatures avec tous les élèves »

samedi 17 octobre 2020, par siawi3

Source : https://www.lepoint.fr/societe/mohamed-sifaoui-il-faut-montrer-et-debattre-des-caricatures-avec-tous-les-eleves-17-10-2020-2396811_23.php

Mohamed Sifaoui : « Il faut montrer et débattre des caricatures avec tous les élèves »

Le journaliste et écrivain franco-algérien revient sur la décapitation du professeur d’histoire-géographie qui avait montré des caricatures de Mahomet en classe.

Par Nicolas Bastuck

Publié le 17/10/2020 à 10:00 | Le Point.fr

Photo : Le journaliste et écrivain franco-algérien Mohamed Sifaoui en novembre 2019. © Michel Stoupak /NurPhoto via AFP

« Il faut montrer les caricatures aux élèves, inclure la liberté d’expression et le droit au blasphème dans les programmes et rendre cet enseignement obligatoire, créer des espaces de débat et d’expression. Si l’on croit que l’on s’en sortira avec quelques déclarations de bonnes intentions et en organisant des marches blanches, on se berce d’illusions. Il faut un sursaut culturel et éducatif ; nous devons nous réarmer intellectuellement, réapprendre à nous battre pour défendre nos idées, face au totalitarisme que constitue l’islamisme politique qui veut nous imposer des traditions absolument incompatibles avec nos valeurs », estime le journaliste et écrivain franco-algérien Mohamed Sifaoui.

« Quand la société se tait, quand elle se prend à avoir honte de ce qui la constitue, elle condamne, d’une certaine manière, ceux qui osent braver les islamistes : les journalistes de Charlie Hebdo, cette malheureuse Mila, les enseignants courageux… Les islamistes sont minoritaires, ils ne se renforcent que par les lâchetés qui s’accumulent dans la société, ils se nourrissent de nos renoncements et des appels à ne pas faire de vague », poursuit cet intellectuel, fondateur de la plate-forme islamoscope.tv.

L’a-t-on défendu ou l’a-t-on fait passé pur un provocateur ?

« Plus nous serons nombreux à montrer, publier et défendre les caricatures de Mahomet, plus nous serons forts. La stratégie des islamistes est toujours la même : ils diabolisent, isolent, vulnérabilisent et achèvent. » Mohamed Sifaoui pose la question qui fâche : « Ce malheureux enseignant, sauvagement assassiné vendredi soir, avait-il été soutenu, depuis son cours sur la liberté d’expression ? La ligue de l’enseignement, la FCPE, ses collègues, la direction de son collège l’ont-ils défendu ou, au contraire, l’ont-ils blâmé en le faisant passer pour provocateur ? Qu’a-t-il vécu ces derniers jours ? Et demain, comment l’État va-t-il s’assurer que la minute de silence que l’on nous annonce sera respectée par tous les élèves, dans tous les établissements ? Quelles mesures va-t-on prendre pour que les caricatures puissent être présentées et discutées dans toutes les classes ? Chacun va devoir assumer ses responsabilités. »

Lire aussi Laïcité : ce que l’école ne veut pas savoir
La rédaction vous conseille
Caricatures de Mahomet : le Danemark veut tourner la page
Caricatures de Mahomet : « Il existe en Europe une loi – non écrite – sur le blasphème »