Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Professeur décapité. « Depuis le temps qu’on tire la sonnette (...)

France : Professeur décapité. « Depuis le temps qu’on tire la sonnette d’alarme... »

dimanche 18 octobre 2020, par siawi3

Source : https://www.ouest-france.fr/faits-divers/attentat/professeur-decapite-depuis-le-temps-qu-on-tire-la-sonnette-d-alarme-7019071

Professeur décapité. « Depuis le temps qu’on tire la sonnette d’alarme... »

Samuel Paty, un professeur d’histoire-géographie, a été assassiné vendredi à Conflans-Sainte-Honorine après un cours sur la liberté d’expression. En 2004, Jean-Pierre Obin, alors inspecteur général de l’Éducation nationale, fut le premier à alerter sur les atteintes à la laïcité à l’école. Il propose aujourd’hui un vaste plan de formation des enseignants.

Photo : Un homme tient une pancarte en soutien à Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie assassiné, à proximité du collège du Bois d’Aulne à Conflans Sainte-Honorine, dans les Yvelines, samedi 17 octobre. | BERTRAND GUAY / AFP
Ouest-France

Recueilli par Arnaud BÉLIER.

Publié le 17/10/2020 à 17h45

L’assassinat de Samuel Paty, un professeur d’histoire-géographie de 47 ans, vendredi à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), a glacé d’horreur les 866 500 enseignants du premier et du second degré en France. Le professeur avait montré des caricatures de Mahomet en classe, ce qui avait provoqué une polémique. « L’Éducation nationale a eu les réactions appropriées », »en mettant en place « un travail à la fois de soutien du professeur et de dialogue avec les parents », » a indiqué samedi 17 octobre le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Il faut aller au-delà, en lançant « « un plan de formation massif qui fasse une large place à la laïcité », »estime Jean-Pierre Obin, inspecteur général de l’Éducation nationale honoraire, auteur de Comment on a laissé l’islamisme pénétrer l’école.

Quelle est votre réaction à l’assassinat de Samuel Paty ?

De l’effroi et de la tristesse pour les proches, les collègues de cet enseignant. De la colère aussi. Depuis le temps que des personnes tirent la sonnette d’alarme sur la montée de l’islamisme à l’école… On voit aujourd’hui le résultat de vingt ans d’inaction.

C’est la première fois qu’en enseignant est tué pour avoir simplement exercé son métier…

Hélas, on ne peut pas dire qu’on n’était pas prévenu. Dès 2015, dans la foulée des attentats du Bataclan et des terrasses parisiennes, Daesh appelait explicitement, dans sa revue francophone de propagande Dar-al-Islam, à « tuer » les enseignants français qualifiés « d’ennemis d’Allah » qui « enseignent la laïcité » et seraient donc à ce titre « en guerre ouverte contre la famille musulmane ».

Fallait-il montrer des caricatures de Mahomet en classe ?

Je ne me prononcerai pas sur le fond du dossier. L’enquête dira ce qu’il s’est exactement passé. Mais ce drame provoque évidemment énormément d’inquiétude chez les enseignants, qu’ils soient d’histoire-géographie, d’EPS ou de biologie. Selon les études, 38 % disent avoir déjà été contestés dans leur enseignement ; 37 % reconnaissent s’être déjà auto-censurés, et on imagine bien que s’ils le font, ils ne font pas nécessairement remonter au rectorat toutes les atteintes à la laïcité auxquelles ils ont pu être confrontés.

Comment en est-on arrivé là ?

L’éducation obligatoire, marqueur fort du système éducatif français, est la cible des terroristes, qui entendent soustraire les enfants à l’influence des professeurs dont l’une des mission est d’enseigner la laïcité, au même titre que la liberté, l’égalité et la fraternité. C’est bien cette France, patrie des Lumières qui est visée ici.

Quelle solution ?

Hugo Micheron [enseignant à Science Po, spécialiste de l’Islam radical] estime qu’il n’y a pas de solution à court terme. Marcel Gauchet [philosophe, ancien rédacteur en chef de la revue Le Débat] dit que cela prendra plusieurs siècles, tant cette idéologie obscurantiste, cette perversion de l’islam est aujourd’hui prégnante. Or, il faut dire et redire que ce sont d’abord les musulmans qui en sont victimes : 92 % des victimes des attentats qui ont eu lieu dans le monde entre 1979 et 2019 sont des musulmans.

Vous préconisez dans votre livre de mieux former les enseignants…

Seuls 6 % des enseignants sont aujourd’hui formés à la laïcité, seuls 25 % ont suivi un cours spécifique sur le sujet, et 50 % de ceux-ci affirment qu’il était très mauvais. La plupart des enseignants ne comprennent ni la religion ni l’idéologie de leurs élèves. On est vraiment dans une situation très dangereuse. Ce qu’il faut aujourd’hui, c’est un plan de formation massif qui fasse une large place à la laïcité, à l’histoire des religions. C’est une action de long terme, qui ne doit pas être remise en cause par les alternances politiques. Elle nécessite un accord politique le plus large possible.