Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Attentat de Conflans : les mots de cet ado font le tour des réseaux (...)

France : Attentat de Conflans : les mots de cet ado font le tour des réseaux sociaux, « faut pas lâcher »

dimanche 18 octobre 2020, par siawi3

Source : https://www.lavoixdunord.fr/880884/article/2020-10-18/attentat-de-conflans-les-mots-de-cet-ado-qui-font-le-tour-des-reseaux-sociaux

Attentat de Conflans : les mots de cet ado font le tour des réseaux sociaux, « faut pas lâcher »

L’un des élèves du collège du Bois d’Aulne, où enseignait le professeur qui a été décapité vendredi soir, X a exprimé son incompréhension et des encouragements.

Ju.M. 

18/10/2020

.
L’un des élèves du collège du Bois d’Aulne, où enseignait le professeur qui a été décapité vendredi soir, X a exprimé son incompréhension et des encouragements.

Deux minutes d’interview qui, depuis samedi, font le tour des réseaux sociaux. Et pour cause, au micro du journaliste indépendant Clément Lanot, ce jeune homme trouve les mots justes du haut de ses 14 ans. Élève au collège où enseignant Samuel Paty, l’enseignant qui a été décapité vendredi soir, X (son nom d’après BFMTV) confie qu’il a d’abord pleuré en apprenant la nouvelle. « J’ai pleuré, parce que c’est très grave, c’est très très grave », dit l’adolescent choqué qu’on puisse se faire assassiner pour une caricature.

Le jeune garçon ne comprend pas ce qui a pu mener à cela d’autant que le professeur a usé de bienveillance. « Il a proposé aux élèves de sortir. Il aurait très bien pu mettre la caricature et voilà. Non, au contraire, lui il a dit « je vous propose de sortir car ça peut vous choquer » » L’élève témoigne qu’effectivement « les gens » disaient que c’était « un raciste ». « Je me dis si maintenant on montre une caricature à ses élèves et bim, on devient un raciste alors du coup, on ne peut plus rien dire. Et ça, c’est pas possible en fait »

« On a le droit de parler »

Après cet attentat, l’adolescent confie qu’il n’est pas rassuré. Il ne craint pas un autre attentat mais s’inquiète des suites. « C’est plutôt pour l’ensemble du collège que je suis inquiet. Et je trouve qu’il ne faut pas leur donner ça. Je trouve qu’ils ne méritent pas ça. Il faut au contraire continuer encore à apprendre. Pas qu’ils gagnent sinon eux, les terroristes ils vont gagner ! Ils vont se dire : « voilà, on les a tués et eux, maintenant ils n’apprennent plus. Ils veulent plus revenir. Nan, au contraire, faut continuer à venir. Faut pas lâcher. On a le droit de parler, voilà, on a le droit ».

Vendredi, Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie a été assassiné après avoir montré des caricatures de Mahomet, lors d’un cours sur la liberté d’expression, avec des élèves de 4e.