Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : La Nouvelle République, qui a publié une caricature de Mahomet, porte (...)

France : La Nouvelle République, qui a publié une caricature de Mahomet, porte plainte après des menaces

mercredi 21 octobre 2020, par siawi3

Source : https://www.ouest-france.fr/medias/la-nouvelle-republique-qui-a-publie-une-caricature-de-mahomet-porte-plainte-apres-des-menaces-7023707

La Nouvelle République, qui a publié une caricature de Mahomet, porte plainte après des menaces

Au surlendemain de l’assassinat du professeur Samuel Paty, le journal basé à Tours a fait sa une avec une caricature publiée par Charlie Hebdo. Ayant reçu des menaces, la « NR » a décidé de porter plainte.

La Nouvelle République porte plainte après avoir reçu des messages menaçants (illustration). | CHARLES PLATIAU / REUTERS

Ouest-France avec AFP.

Publié le 21/10/2020 à 09h13

La Nouvelle République, quotidien régional diffusé de Niort à Blois en passant par Tours, Châteauroux et Poitiers, a porté plainte après avoir reçu plusieurs menaces à la suite de la publication en première page d’une des caricatures de Mahomet de Charlie Hebdo.

« Cette une choc […] a suscité d’énormes réactions, sur les réseaux sociaux notamment, à 99,99 % des réactions positives mais aussi quelques menaces. C’est quatre ou cinq messages, notamment sur Facebook, sans équivoque, ce qui nous a poussés à porter plainte pour le principe », a déclaré Christophe Hérigault sur l’antenne de BFMTV.

« Pas de volonté de provocation »

Le journal a republié, dimanche 18 octobre, un dessin de Cabu, tué lors de l’attentat du 7 janvier 2015 contre la rédaction de Charlie Hebdo, en hommage à Samuel Paty, l’enseignant décapité vendredi 16 octobre aux abords de son collège de Conflans-Sainte-Honorine, qui avait montré en classe cette caricature dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression.

« Il n’y avait absolument pas de volonté de provocation mais (celle) d’accompagner notre colère » après l’assassinat du professeur, a expliqué Christophe Hérigault.