Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Paris- Agression à la tour Eiffel : le parquet retient la (...)

France : Paris- Agression à la tour Eiffel : le parquet retient la circonstance aggravante de racisme

vendredi 23 octobre 2020, par siawi3

Source : https://www.liberation.fr/france/2020/10/21/agression-a-la-tour-eiffel-le-parquet-retient-la-circonstance-aggravante-de-racisme_1803050

violence
Agression à la tour Eiffel : le parquet retient la circonstance aggravante de racisme

Par AFP et Anaïs Condomines

21 octobre 2020 à 16:41

Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire après l’attaque à l’arme blanche dimanche de deux femmes près de la Tour Eiffel à Paris. AFP

Après l’agression de deux musulmanes à Paris dimanche, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire du chef de « violences volontaires » aggravées par plusieurs circonstances, dont celle d’actes ou de propos racistes.

Agression à la tour Eiffel : le parquet retient la circonstance aggravante de racisme

L’enquête évolue dans l’affaire des deux femmes musulmanes blessées à l’arme blanche, au pied de la tour Eiffel, dimanche. Mardi, CheckNews indiquait qu’une enquête était ouverte du chef de « tentative d’homicide volontaire » et qu’une personne, reconnue par l’entourage des victimes, était placée en garde à vue. Le mobile islamophobe n’était alors pas retenu.

Nous indiquions que, d’après les éléments recueillis auprès des pompiers, de la préfecture de police de Paris et d’une des victimes, toujours à l’hôpital, cette agression avait pour origine un différend entre quatre femmes lié à un chien non tenu en laisse. Par ailleurs, Kenza, l’une des femmes agressées, précisait à CheckNews que des insultes racistes - « sales arabes », « rentrez chez vous » - avaient été proférées par les assaillantes. Un voile aurait également été arraché lors de la bagarre, affirmait-elle.

Les deux suspectes interpellées

Ce mercredi, le parquet de Paris indique avoir finalement retenu la circonstance aggravante de racisme, confirmant une information du journaliste Taha Bouhafs. Ainsi, une information judiciaire est désormais ouverte du chef de « violences volontaires » (et non plus « tentative d’homicide ») ayant entraîné une incapacité de travail de plus de huit jours pour l’une et de moins de huit jours pour l’autre. Ces faits sont aggravés de trois circonstances : ils auraient été commis en réunion, avec l’usage ou la menace d’une arme et enfin, ils auraient été - selon les mots du parquet - « précédés, accompagnés ou suivis de propos, écrits, images, objets ou actes de toute nature portant atteinte à l’honneur ou à la considération de la victime ou d’un groupe de personnes dont fait partie la victime en raison de leur appartenance ou non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ». D’après une source proche du dossier, la circonstance aggravante de racisme s’applique notamment à des propos tenus.

L’avocat des deux victimes, Arié Alimi, a par ailleurs annoncé à l’AFP un dépôt de plainte avec constitution de partie civile pour demander de requalifier l’enquête en « tentative de meurtre à raison de l’appartenance de la victime à une race ou à une religion déterminée », une qualification criminelle.

La seconde suspecte ayant été également interpellée, les deux mises en cause seront présentées dans la journée à un magistrat.

AFP , Anaïs Condomines Source