Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Caricatures de Mahomet : un boycott des produits français lancé dans plusieurs (...)

Caricatures de Mahomet : un boycott des produits français lancé dans plusieurs pays du monde arabe

dimanche 25 octobre 2020, par siawi3

Source : https://www.ladepeche.fr/2020/10/24/un-boycott-des-produits-francais-lance-dans-plusieurs-pays-du-monde-arabe-9161057.php

Caricatures de Mahomet : un boycott des produits français lancé dans plusieurs pays du monde arabe

Photo : Rayons de supermarchés vides de produits français à Koweït le 23 octobre 2020. AFP - YASSER AL-ZAYYAT

International, Société, France - Monde
Publié le 24/10/2020 à 16:54 , mis à jour à 17:50

Des rayons de supermarchés se vident des produits français dans plusieurs pays du monde arabe suite à un appel au boycott lancé sur les réseaux sociaux. La raison : l’attitude jugée « anti-islam » de la France suite au discours d’Emmanuel Macron et aux décisions du gouvernement après l’assassinat de Samuel Paty, professeur à Conflans-Sainte-Honorine.

Les mesures fortes prises par le gouvernement français suite à l’assassinat de Samuel Paty, cet enseignant décapité par un terroriste islamiste tchétchène le vendredi 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine, notamment contre certaines organisations musulmanes en France, suscitent de vives réactions dans le monde arabe. Emmanuel Macron, qui a promis de ne pas « renoncer aux caricatures » du Prophète Mahomet interdites dans la religion musulmane, est particulièrement visé tout comme les entreprises françaises.

Un appel au boycott des produits français a été lancé dans plusieurs pays du monde arabe, largement relayé par les réseaux sociaux. Des hashtags en anglais et français (#Boycott_French_Products #BoycottezLesProduitsFrançais) ainsi qu’en langue arabe circulent activement sur internet.

Au Qatar, les chaînes de supermarchés Al Meera et Souq al-Baladi ont, elles, commencé à retirer les produits français de leurs rayons. Al Meera a justifié sa décision dans un communiqué, vendredi 23 octobre, suite à cet appel au boycott lancé sur les réseaux sociaux. « Nous affirmons, en tant qu’entreprise nationale, que nous travaillons selon une vision conforme à notre religion, à nos coutumes et traditions établies, et d’une manière qui sert notre pays et notre foi et répond aux aspirations de nos clients », a écrit l’entreprise qatarie.

Au Koweït, on peut voir des rayons de supermarchés vidés de produits importés de France comme le Kiri ou la Vache qui rit.

Les pays du Golfe, notamment le Qatar, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, représentent un marché de plus en plus important pour les exportations de l’industrie agroalimentaire française.

L’Université du Qatar a annoncé vendredi sur Twitter le report de la semaine culturelle française à la suite de « l’atteinte délibérée à l’islam et ses symboles ».

Quelque 430 agences de voyages du Koweït ont par ailleurs suspendu les réservations de vols vers la France, a indiqué à l’AFP le chef de la Fédération des agences de voyages koweïtiennes, Mohammad al-Motairi.

Projet de loi sur le séparatisme et la laïcité

Les personnes qui appellent à ce boycott condamnent l’attitude jugée « anti-islam » en France suite au meurtre de Samuel Paty. Ce dernier avait montré des caricatures de Mahomet lors d’un cours d’éducation civique sur la liberté d’expression en classe de 4e. Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, avait dès lundi annoncé des arrestations, des fermetures de lieux de culte, et des interdictions d’associations dont le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) et l’association humanitaire BarakaCity.

A lire aussi : Erdogan à Macron : « Allez faire des examens de santé mentale », l’Elysée dénonce des propos « inacceptables »

La Turquie, l’Iran, la Jordanie ou encore le Koweït ont dénoncé la publication des caricatures du Prophète. L’Organisation de coopération islamique, qui réunit les pays musulmans, a déploré « les propos de certains responsables français (...) susceptibles de nuire aux relations franco-musulmanes ».

Ces récentes mesures ont été prises cette semaine alors qu’un projet de loi sur le séparatisme et la laïcité, qui vise à lutter contre l’islam radical en France, doit être présenté en conseil des ministres le 9 décembre.