Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Hommage à Samuel Paty : plusieurs enquêtes pour « apologie du (...)

France : Hommage à Samuel Paty : plusieurs enquêtes pour « apologie du terrorisme » ouvertes contre des élèves

jeudi 5 novembre 2020, par siawi3

Source :https://www.marianne.net/societe/education/hommage-a-samuel-paty-plusieurs-enquetes-pour-apologie-du-terrorisme-ouvertes-contre-des-eleves?utm_source=nl_quotidienne&utm_medium=email&utm_campaign=20201104&xtor=EPR-1&_ope=eyJndWlkIjoiZWU1YTU1MWQyNmQzMmYxMmE0MzMyZDY4NmJjYmFiMmUifQ%3D%3D

Silence troublé

Hommage à Samuel Paty ? : plusieurs enquêtes pour « apologie du terrorisme » ouvertes contre des élèves

Par Anthony Cortes

Publié le 04/11/2020 à 14:31

L’hommage à Samuel Paty, rendu ce lundi 2 novembre dans les établissements scolaires a été entaché, dans certains d’entre eux, par un certain nombre d’incidents. Plusieurs enquêtes pour apologie du terrorisme ont été ouvertes.

Cette minute devait être consacrée à Samuel Paty, décapité pour un enseignement moral et civique (EMC) autour de la liberté d’expression. Partout, les établissements scolaires devaient se figer, ce lundi 2 novembre, pour lui rendre un hommage solennel. Derrière son portrait, et son souvenir, c’est toute la communauté éducative qui devait se dresser et se rappeler à son combat. Celui d’enseigner, simplement, d’assumer et transmettre les valeurs républicaines. C’était sans compter de multiples incidents, intervenus dans plusieurs départements, qui ont fait cette minute moins silencieuse et respectueuse. Jusqu’à voir plusieurs élèves mis en cause pour « apologie de terrorisme ».

« Positions apologiques »

À Strasbourg (Bas-Rhin), d’abord, une enquête pour apologie du terrorisme visant deux collégiens a été ouverte. L’enquête, confiée à la Direction interrégionale de la Police judiciaire (DIPJ) de Strasbourg et à la Direction départementale de la Sécurité publique (DDSP) du Bas-Rhin, vise deux adolescents de 12 ans, scolarisés dans des collèges publics de l’agglomération strasbourgeoise, selon le parquet, contacté par L’Obs et confirmant des informations du quotidien local Les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Selon le Parquet, lors d’échanges entourant cet hommage, les deux adolescents auraient eu des « positions apologiques », laissant entendre, selon le DNA, que Samuel Paty a « mérité d’être décapité parce qu’il avait montré à ses élèves une caricature de Mahomet ».

Toujours dans le même département, deux autres événements semblables ont été signalés par le rectorat au parquet de Strasbourg. Les faits se sont cette fois déroulés dans deux écoles élémentaires publiques de l’eurométropole de Strasbourg. En cause, cette fois, deux jeunes garçons de 8 et 9 ans. Du fait de leur jeune âge, le Conseil départemental sera chargé de réaliser une évaluation sociale, indique le quotidien.

Par ailleurs, dans un collège de Mutzig, à 30 kilomètres de Strasbourg, deux élèves ont refusé de prendre part à cette minute de silence mais sans adopter de « comportement violent et répréhensible ».

Ordres des parents

Dans les Bouches-du-Rhône, trois jeunes élèves ont aussi été placés en garde à vue pour « apologie du terrorisme », rapporte La Provence. Au collège Chape, dans le quatrième arrondissement de Marseille, un adolescent de 14 ans, « d’origine afghane et récemment arrivé à Marseille », selon le quotidien local, se serait félicité de cet attentat ignoble, ajoutant qu’il « aurait fait pareil ».

D’autre part, au lycée des Alpilles de Miramas, dans le même département, deux autres jeunes hommes de 16 ans ont été interpellés. L’un aurait assuré que Samuel Paty l’avait « bien cherché », et l’autre aurait refusé de retirer son bonnet et d’arrêter la musique qu’il écoutait avec un casque pendant la minute de silence.

Enfin, rapporte BFM TV, dans le Val-de-Marne, à Vitry-sur-Seine, une élève de CM1 aurait refusé de se lever pendant la minute de silence. Elle se serait justifiée auprès de son institutrice en faisant état d’ordres reçus par ses parents.

À LIRE AUSSI >> Entre provocations, renoncements et débats, l’inégal hommage rendu à Samuel Paty