Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Des numéros d’identification pour les enfants musulmans : itinéraire d’une (...)

Des numéros d’identification pour les enfants musulmans : itinéraire d’une fake news

lundi 23 novembre 2020, par siawi3

Source : https://www.leparisien.fr/societe/des-numeros-d-identification-pour-les-enfants-musulmans-itineraire-d-une-fake-news-22-11-2020-8409782.php

Des numéros d’identification pour les enfants musulmans : itinéraire d’une fake news

Une ministre pakistanaise a notamment accusé la France de faire « aux musulmans ce que les nazis infligeaient aux Juifs ». Elle a rétropédalé depuis.

Photo : Le gouvernement souhaite étendre l’attribution de l’identifiant national élève aux élèves des écoles hors contrat. LP/Thomas Poupeau

Par Robin Korda

Le 22 novembre 2020 à 17h53, modifié le 22 novembre 2020 à 18h08

La rumeur bruissait depuis deux jours sur les réseaux sociaux. En affirmant que la France projetait d’attribuer des numéros d’identification aux enfants musulmans, la ministre pakistanaise des Droits de l’homme a contribué samedi à la prolifération d’une « fake news » propagée, entre autres, par des sites d’information peu scrupuleux.

En cause : une mauvaise compréhension, sans doute d’abord involontaire, d’articles anglophones exposant le contenu du projet de loi « confortant les principes républicains », anciennement appelé « projet de loi sur le séparatisme ». Car celui-ci mentionne bien l’obligation d’étendre un numéro d’identification, déjà existant, à… tous les élèves du pays.

Ce que contient le projet de loi

Un pan de la stratégie du gouvernement consiste à s’attaquer à la déscolarisation des enfants. C’est notamment dans ce cadre qu’il a décidé de limiter drastiquement la scolarisation à domicile, qui servirait parfois à soustraire des enfants à toute forme d’instruction ou encore à les soumettre à une éducation religieuse radicale.

« Dans certains quartiers, il y a plus de petits garçons que de petites filles (à l’école, NDLR), alors que statistiquement on sait que plus de petites filles naissent, s’inquiétait récemment le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, auprès du Figaro. C’est un scandale de ne pas voir ces petits fantômes de la République. »

VIDÉO ici. L’instruction scolaire à domicile sera « strictement limitée », annonce Macron

Toujours dans cette logique, le gouvernement souhaite généraliser l’attribution d’un numéro d’identification bien connu. En place depuis des années, l’identifiant national élève, plus communément dit « INE », permet à l’Education nationale de suivre les élèves, de leurs trois ans jusqu’à Parcoursup.

Mais les enfants scolarisés à domicile en sont privés, de même que les élèves des écoles privées hors contrat, elles aussi dans le collimateur du gouvernement. En 2018, une mission parlementaire sur la déscolarisation menée par deux députées socialistes, Anne Brugnera et George Pau-Langevin, préconisait déjà de l’étendre à tous les élèves, afin de favoriser leur suivi. Une proposition retenue dans le projet de loi.

Comment la rumeur est née

La présence de cette mention au milieu d’autres concernant plus directement la religion musulmane, à l’image de la réorganisation encouragée des lieux de culte, a semble-t-il nourri une forme de confusion à l’étranger, notamment à travers les comptes-rendus de journaux anglophones.

Jeudi, Alex Tiffin, un journaliste britannique, provoque ainsi près de 12 000 réactions sur Twitter en mêlant, sous un article de la BBC, des affirmations sur les « imams », les « musulmans » et les « numéros d’identification » attribués aux enfants. Dans un autre message partagé depuis, le même journaliste estime que la France est « institutionnellement islamophobe ».

Le lendemain, plusieurs comptes suivis par quelques dizaines de milliers de personnes reprennent plus directement la même fausse information, selon laquelle le numéro d’identification serait uniquement donné aux « enfants musulmans ».

C’est par exemple le cas de Zahra Billoo, une Américaine qui se présente comme une « avocate des droits civils ». Appelée à corriger son erreur par d’autres internautes, celle-ci admet une « mauvaise citation » mais persiste à maintenir son message. « Cette loi s’inscrit dans une campagne islamophobe massive et servira spécifiquement à cibler les familles musulmanes », désigne-t-elle sans autre forme de preuve.

Comment la ministre pakistanaise a partagé cette fausse information à son tour

Samedi, les accusations trompeuses continuent de proliférer sur les réseaux sociaux à travers des relais de plus en plus puissants. Une journaliste du Washington Post, Karen Attiah, affirme à ses 200 000 followers qu’Emmanuel Macron « veut donner un numéro d’identification aux enfants musulmans pour aller à l’école ».

Cette fausse information est bientôt reprise par le média londonien The Muslim Vibe. Sur son site Internet, celui-ci se présente comme « une plateforme pluri-média » visant à « nourrir une identité musulmane occidentale forte, unie et fidèle aux valeurs islamiques ».

Dans son article mis en ligne samedi et modifié depuis, il s’alarme de « nouveaux développements choquants » afférents à « l’islamophobie de plus en plus évidente soutenue par l’État en France ». Le projet de loi « contre le soi-disant islam radical en France » oblige, dit-il, à « donner aux enfants musulmans un numéro d’identification qui permettra de les suivre et de s’assurer qu’ils vont à l’école ».

LIRE AUSSI > Terrorisme et laïcité : cinq minutes pour comprendre la polémique entre Macron et la presse anglo-saxonne

C’est précisément cet article que va partager, le même jour, la ministre pakistanaise des Droits de l’homme. Shireen Mazari fait alors la comparaison avec le régime nazi, où « les Juifs étaient forcés à porter l’étoile jaune sur leurs vêtements pour être identifiés. » Dimanche, sous la pression des autorités françaises, la ministre a fini par retirer son message à la suite de la publication, sur le site The Muslim Vibe, d’un mot d’excuses.

Il faut dire que le Pakistan est le théâtre depuis le mois de septembre de manifestations anti-françaises, souvent houleuses, consécutivement à la republication des caricatures de Charlie Hebdo. Ou comment la mauvaise interprétation, sur les réseaux sociaux, d’une information a encore un peu tendu les relations diplomatiques de deux pays en froid.