Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Iran-Israel : Assassinat d’un physicien iranien : en Israël, la peur de (...)

Iran-Israel : Assassinat d’un physicien iranien : en Israël, la peur de représailles

mardi 8 décembre 2020, par siawi3

Source : https://www.marianne.net/monde/proche-orient/assassinat-dun-physicien-iranien-en-israel-la-peur-de-represailles?utm_source=nl_quotidienne&utm_medium=email&utm_campaign=20201207&xtor=EPR-1&_ope=eyJndWlkIjoiZWU1YTU1MWQyNmQzMmYxMmE0MzMyZDY4NmJjYmFiMmUifQ%3D%3D

Assassinat d’un physicien iranien : en Israël, la peur de représailles

Nucléaire

Par Julien Lacorie

Publié le 07/12/2020 à 17:49

Après l’assassinat le 27 novembre de Mohsen Fakhrizadeh considéré comme le « père » du programme nucléaire iranien, l’État hébreu prend très au sérieux les menaces de Téhéran qui impute ce meurtre au Mossad.

Quand et où les Iraniens risquent-ils de venger leur humiliation ?? La question taraude les responsables des services de sécurité israéliens sur le qui-vive après l’assassinat le 27 novembre de Mohsen Fakhrizadeh considéré comme le « père » du programme nucléaire iranien. Selon la dernière version en cours à Téhéran, ce physicien a été abattu de quatre balles dans une voiture sur une route près de la capitale à l’aide d’une mitrailleuse montée sur une camionnette actionnée à distance par satellite. Le régime des Ayatollah a aussitôt accusé Israël et promis des représailles tous azimuts. Une menace prise très au sérieux.

Plusieurs anciens responsables de la centrale nucléaire de Dimona, dans le sud d’Israël, considérée par les experts étrangers comme étant au cœur de l’arsenal nucléaire de l’État hébreu, ont reçu comme instructions de « changer leurs habitudes de déplacements » de ne pas ouvrir de paquets cadeaux et de se méfier de mails suspects. Le Conseil pour la sécurité nationale a appelé à la plus grande vigilance les touristes lors de leur séjour en Turquie, en Azerbaïdjan, en Géorgie. Plusieurs milliers de visiteurs, de célébrités, de chefs d’entreprises israéliens impatients de découvrir les charmes des Emirats Arabes Unis et de Bahrein, deux pays proches géographiquement de l’Iran qui viennent de normaliser leurs relations avec l’État hébreu, sont considérés comme de très sérieuses cibles potentielles d’attentats.

Le ministère des Affaires étrangères a aussi appelé ses représentants dans le monde à faire preuve de la plus grande prudence non seulement autour des édifices, mais aussi des domiciles et des membres des familles de diplomates tout en pressant les institutions juives à prendre des précautions.
Drones suicide

Autre signe de nervosité ? : les militaires israéliens et américains ont décidé de renforcer leur coopération pour tenter de repérer et de détruire en vol des missiles ou des drones suicide iraniens qui pourraient viser des objectifs américains dans le Golfe ou sur le territoire israélien à partir de l’Iran ou de la Syrie où des milices armées alliées de Téhéran sont actives. Sur mer, la prudence est tout autant de mise. Hasard du calendrier ? : la semaine dernière, la marine israélienne a acquis une nouvelle frégate de fabrication allemande dont une des missions sera d’assurer la protection de plateformes off-shore d’exploitation de gisements de gaz israélien en Méditerranée.

Selon un responsable du ministère de la Défense, la période qui court jusqu’au 20 janvier - date de la passation de pouvoir de Donald Trump à Joe Biden - s’annonce comme la « plus critique ». « Les Iraniens ont peu de chance de se livrer à une provocation d’entrée de jeu avec le nouveau président. S’ils décident de frapper cela devrait être sous l’ère Trump », estime-t-il. Dans le passé, les Iraniens ont fait la preuve de leur savoir-faire. Un exemple ? : en 1992 et 1994, ils sont accusés d’avoir commandité en sous-main deux attentats contre l’ambassade d’Israël et une institution caritative juive à Buenos Aires qui avaient coûté la vie à plus d’une centaine de victimes.

À LIRE AUSSI ?
 ?:En Iran, les ultraconservateurs visent Trump, Israël et le gouvernement