Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Italie-France : Après la décoration de Sissi, Corrado Augias rend sa Légion (...)

Italie-France : Après la décoration de Sissi, Corrado Augias rend sa Légion d’honneur ? : « ?Je n’avais pas d’autre choix ? »

jeudi 17 décembre 2020, par siawi3

Source : https://www.la-croix.com/Monde/decoration-Sissi-Corrado-Augias-rend-Legion-dhonneur-Je-navais-pas-dautre-choix-2020-12-14-1201130071

Après la décoration de Sissi, Corrado Augias rend sa Légion d’honneur ? : « ?Je n’avais pas d’autre choix ? »

Entretien

Le célèbre journaliste et écrivain de 85 ans Corrado Augias a restitué sa Légion d’honneur à l’ambassade de France à Rome. Son geste intervient à la suite de la remise de cette décoration par le président Macron à son homologue égyptien, Abdel Fattah Al Sissi, lors de sa récente visite à Paris.

Recueilli par Anne Le Nir (à Rome),

le 14/12/2020 à 16:00 Modifié le 14/12/2020 à 17:14

Après la décoration de Sissi, Corrado Augias rend sa Légion d’honneur ? : « ?Je n’avais pas d’autre choix ? »

Photo : Corrado Augias montre la médaille de la Légion d’honneur qu’il va rendre à l’ambassadeur de France, le 14 décembre, en signe de protestation après que le même prix a également été remis au président égyptien. FABIO FRUSTACI/EPA/MAXPPP

La Croix : Vous êtes connu pour votre attachement profond à la France et à sa culture, pourquoi avez-vous rendu votre Légion d’honneur ?

Corrado Augias : C’est un geste douloureux, grave et à la fois purement symbolique. Je pense que le président égyptien, Abdel Fattah Al Sissi pouvait être accueilli selon le protocole réservé au chef d’État mais sans recevoir un tel honneur des mains d’Emmanuel Macron.

 ? EXPLICATION. Avec le président al-Sissi, la légion d’honneur au service de la diplomatie

Objectivement, le président Al Sissi est complice des criminels qui ont effroyablement torturé, puis assassiné au Caire, en 2016, le doctorant Giulio Regeni, âgé de 28 ans. En toute conscience je n’avais pas d’autre choix que de restituer la grand-croix de la Légion d’honneur, dont j’ai été décoré en septembre 2017. Je l’ai fait en mémoire de Giulio Regeni.

Êtes-vous en relation avec la famille de Giulio Regeni qui se bat pour obtenir justice et vérité ?

C. A. : Je ne connais pas de manière intime ses parents, Paola et Claudio. Mais j’admire profondément leur ténacité et leur humilité depuis ces dernières années. Ils m’ont remercié de mon acte en faveur des droits humains. Le parquet de Rome vient de demander le renvoi en justice de quatre membres de haut rang des forces de sécurité égyptiennes. Cependant, le calvaire de cette famille est loin d’être terminé. Nous avons le devoir de la soutenir.

Comment avez-vous été accueilli au Palais Farnèse, siège de l’ambassade de France à Rome ?

C. A. : Contrairement à toute attente, l’ambassadeur, Christian Masset, a souhaité me recevoir. Notre entretien a été à la fois amer et cordial. Je lui ai rappelé que Mouammar Kadhafi avait été accueilli en grande pompe par l’ancien chef de gouvernement Silvio Berlusconi, à Rome en 2009, mais qu’il n’avait pas reçu de décoration.

 ? RELIRE. « Valeurs religieuses » ou « valeur de l’homme », l’étonnant échange Macron-Sissi

L’ambassadeur m’a dit qu’il comprend mon geste, bien qu’il ne le partage pas. Il m’a confirmé que la France sera toujours en première ligne pour la défense des droits de l’homme et il espère qu’il y aura des développements positifs sur les questions que l’Italie a en suspend avec l’Égypte.

Vous sentez-vous rassuré par ses propos ?

C. A. : C’est une question délicate. Ce qui m’a profondément déçu, aussi, c’est que l’Europe n’a pas dit un seul mot à propos de cette affaire qui concerne, il est vrai, un citoyen Italien, mais qui devrait interpeller l’Europe tout entière. D’autant que le cas de Giulio Regeni est loin d’être unique en Égypte. Au moins 90 condamnés à mort y ont été fusillés ou pendus en 2020. Les comportements des pays de l’UE sont révélateurs d’une Europe qui peine à s’unir.

 ? À LIRE. Al-Sissi à Paris, une visite pour renouer avec l’Égypte

Malheureusement, la realpolitik a ses raisons… Même l’Italie n’adopte pas de mesures de condamnations claires contre le régime de ce pays qui est un pont entre l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Si nous interrompons toute relation avec Le Caire, au bout de quelques jours, les Français, les Britanniques ou les Allemands récupéreront nos intérêts en Égypte.