Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Resources > Film : Z , de Costa Gavras (1969)

Film : Z , de Costa Gavras (1969)

Video

samedi 24 avril 2021, par siawi3

Source : http://mainstreamweekly.net/article10739.html

Mainstream, VOL LIX No 18, New Delhi, April 17, 2021

Friday 16 April 2021

Z (1969) Costa-Gavras

Ölümsüz Türkçe Altyaz ?l ? and English, Français Subtitles
by Her Gün Bir Sanat Filmi

Video ici 2:01:54

Z est un film franco-algérien coécrit avec Jorge Semprún, et réalisé par Costa-Gavras, filmé à Alger après l’indépendance, sorti en 1969. C’est l’adaptation cinématographique du roman du même nom de Vassílis Vassilikós, écrit à la suite de l’assassinat du député grec Grigóris Lambrákis à Thessalonique en mai 1963, avec comme juge d’instruction dans cette affaire Khrístos Sartzetákis, qui deviendra Président de la République de Grèce de 1985 à 1990.

Au festival de Cannes 1969, Z reçoit le prix du jury et le prix d’interprétation masculine (pour Jean-Louis Trintignant). Le film obtient ensuite, en 1970, l’Oscar du meilleur film en langue étrangère pour le compte de l’Algérie et le Golden Globe du meilleur film étranger.

°

SYNOPSIS
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Z_(film,_1969)

Dans les années 1960, dans un pays méditerranéen (il est suggéré de manière allusive qu’il s’agit de la Grèce), dans le contexte de la Guerre froide, les corps de la gendarmerie et de la police estiment qu’il est de leur devoir de s’opposer, par tous les moyens, aux mouvements considérés comme subversifs, qu’il s’agisse du communisme, de l’anarchisme ou du pacifisme.

Le nouveau et charismatique chef de l’opposition parlementaire, surnommé le Docteur, quitte la capitale et arrive dans la grande ville du nord du pays pour tenir une conférence en faveur du désarmement. Avant même le début de la conférence, une contre-manifestation commence. Des heurts ont lieu entre les partisans du Docteur et les contre-manifestants, tandis que les forces de l’ordre font preuve d’une passivité évidente. Un député, membre du même parti que le Docteur, est tabassé. Lorsque le Docteur, après son allocution, traverse la place au milieu de la confusion, un triporteur surgit. Au moment du choc, le Docteur s’écroule. Il va décéder à l’hôpital de ses blessures. La préfecture publie immédiatement un communiqué officiel : il s’agirait d’un malheureux accident, causé par deux ivrognes.

Un jeune juge d’instruction est chargé de l’enquête. Le jeune magistrat n’éprouve aucune sympathie pour la gauche politique, ni pour le communisme, ni même pour le parti du Docteur. Mais, intègre, il tient à faire toute la lumière sur l’incident. Il découvre rapidement des indices et des contradictions qui lui font conclure qu’il s’agit en fait d’un assassinat, exécuté par des membres d’une organisation d’extrême droite, les CROC (Combattants royalistes de l’Occident chrétien). Surtout, alors que, dans son entourage, tous lui demandent de s’en tenir à la thèse de l’accident, il comprend que toute l’affaire a été préméditée, montée et planifiée par les commandants de la gendarmerie de la région. Au cours de l’enquête, il s’avère que même les plus hautes autorités de l’État sont impliquées. Malgré tous les obstacles, le jeune magistrat ne renonce pas à poursuivre son enquête.

Les résultats de celle-ci obligent bientôt le pouvoir politique à reconnaître les faits. La hiérarchie militaire est accusée d’avoir organisé, puis couvert, l’assassinat. Le procès a lieu, mais le jugement se révèle très clément envers les prévenus. Surtout, les sanctions touchant les officiers supérieurs ne sont pas rendues publiques. Ce verdict déclenche une vague d’indignation générale et le gouvernement démissionne. Mais, alors que les sondages prévoient une large victoire de l’opposition aux élections, les militaires prennent le pouvoir.