Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Le Rapporteur spécial sur la torture auprès de l’ONU Nils Melzer déclare que (...)

Le Rapporteur spécial sur la torture auprès de l’ONU Nils Melzer déclare que le traitement de Julian le laisse « sans voix ».

dimanche 25 avril 2021, par siawi3

Source : https://www.legrandsoir.info/nils-melzer-declare-que-le-traitement-de-julian-le-laisse-sans-voix-il-fatto-quotidiano.html

19 avril 2021

Nils Melzer déclare que le traitement de Julian le laisse « sans voix ».
(Il Fatto Quotidiano)

Nils MELZER

interviewé par Stefania MAURIZI

Dans une interview détaillée accordée à Il Fatto Quotidiano, Nils Melzer revient sur son enquête sur le fondateur de WikiLeaks, qui l’a poussé à prendre la parole en tant que lanceur d’alerte et à tirer la sonnette d’alarme sur cette affaire et ses implications : « Nous avons déjà créé un monde parallèle de services secrets qui contrôlent tout ».

Il côtoie des victimes de torture au quotidien, il n’est donc pas facilement choqué par les abus. Et pourtant, il se dit « sans voix » face au cas de Julian Assange. Le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, vient de publier un livre en allemand : « Der Fall Julian Assange », qui reconstitue son enquête sur la base de documents exclusifs. Il raconte à Il Fatto Quotidiano ce qu’il a découvert et ce qu’il pense qu’il risque de se passer.

* * *

Qu’est-ce qui a poussé un rapporteur spécial sur la torture à travailler sur le cas Assange et à écrire un livre à ce sujet ?

"Lorsque Julian Assange était encore à l’ambassade en décembre 2018, son équipe juridique a contacté mon bureau. Je me souviens que c’était juste avant Noël, j’ai vu ce message apparaître sur mon écran et je l’ai immédiatement balayé. J’ai eu cette réaction intuitive : que veut ce type ? C’est un violeur, un narcissique, un pirate informatique, ce n’est pas sérieux, alors je l’ai supprimé. J’ai environ 15 demandes par jour, et je peux en traiter une, c’est très habituel pour moi de décider rapidement, mais je me souviens avoir eu des émotions négatives que je n’ai pas d’habitude.

En mars 2019, trois mois plus tard, ses avocats sont revenus vers moi et m’ont également envoyé l’évaluation médicale du Dr Sondra Crosby. Et je savais que le Dr Crosby était un grand nom en tant qu’expert médical indépendant, qui n’était pas associé aux militants d’Assange. J’ai lu les évaluations objectives de la Dre Crosby et du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, ainsi qu’un article de James Goodale (1), l’auteur des Pentagon Papers. J’ai réalisé que j’avais de forts préjugés sur Assange, même si mon métier d’expert en droits de l’homme est d’être objectif. J’ai commencé à enquêter davantage, à gratter la surface de cette affaire. Plus je m’enfonçais dans l’affaire, plus la saleté et les contradictions apparaissaient au grand jour. Je savais également que je ne pouvais pas me fier aux informations diffusées dans les médias et dans la presse, car c’est précisément la source qui m’avait trompé en premier lieu. Pour être objectif, j’ai dû aller lui rendre visite en prison et, pour être sûr, j’ai emmené avec moi non pas un médecin, mais même deux médecins, qui sont indépendants les uns des autres et ne sont pas employés par l’ONU ; ils travaillent comme experts externes pour la Cour pénale internationale, le Comité international de la Croix-Rouge et ainsi de suite.

Nous avons passé 4 heures avec Julian Assange, je lui ai parlé pendant une heure, l’expert médico-légal a eu une heure pour effectuer un examen physique, et le psychiatre a fait un examen psychiatrique de deux heures. Chaque examen médical a été effectué séparément de l’autre, afin qu’ils ne s’influencent pas mutuellement. À la fin, nous avons tous les trois comparé nos conclusions et convenu qu’il présentait tous les signes typiques des victimes de torture psychologique. Je dois admettre que je ne m’attendais pas à un résultat aussi clair.

J’ai fait rapport aux gouvernements concernés à la fin du mois de mai. J’étais convaincu que Julian Assange avait été délibérément persécuté et maintenu dans un flou juridique en Suède, aux États-Unis, au Royaume-Uni et partout ailleurs pour le mettre sous pression et le faire craquer. Cela a été fait très publiquement, afin de faire de lui un exemple et d’effrayer les autres journalistes d’investigation. Le message était le suivant : « Si vous dévoilez nos sordides secrets, voilà ce qui va vous arriver, et personne ne pourra vous protéger. Nous pouvons violer vos droits tous les jours comme nous le voulons et personne ne peut rien y faire ».

Outre le fait que Julian Assange a été maltraité lui-même, son cas est également pertinent à deux autres égards. Tout d’abord, Julian Assange a présenté des preuves de torture systématique. Bien sûr, ces actes de torture sont des crimes graves, mais aucun d’entre eux n’a été poursuivi, et cela suffit en soi pour que j’intervienne et dise : vous, les États, violez vos obligations. La deuxième chose, c’est qu’il est menacé d’extradition vers les États-Unis où il sera sans aucun doute exposé à la torture psychologique, simplement en raison des conditions de détention notoirement cruelles auxquelles sont soumis les détenus de la sécurité nationale aux États-Unis. J’avais donc trois raisons d’intervenir pendant mon mandat.”

Lorsque vous lui avez rendu visite, il vous a dit : S’il vous plaît, sauvez-moi la vie. Qu’a-t-il en commun avec les autres victimes de la torture ?

« La torture est utilisée à des fins très diverses. Il y a le contexte classique des interrogatoires, l’autre est la torture pour intimider, comme lorsqu’ils viennent dans un village et qu’ils violent une femme sur la place du village, devant tout le monde, ce n’est pas tant pour la punir que pour intimider la population. C’est un objectif très courant de la torture, encore plus courant que pour les interrogatoires, et c’est ce qu’ils font avec Assange. Dans une société démocratique moderne, ils ne le font pas en le flagellant, mais ils le font en utilisant la méthode psychologique, en l’excluant de la société, en le diffamant, en l’humiliant dans les médias, dans la presse. Pensez aux procès des sorcières au 17e siècle, quand ces femmes étaient déshabillées et défilaient dans la ville et que tout le monde leur crachait dessus, c’est un peu ce qu’ils font avec Assange. Dans l’affaire suédoise, tout le monde est convaincu qu’Assange est un violeur, et pourtant il n’a même pas été inculpé. Il a fallu près de dix ans au ministère public suédois pour découvrir qu’il n’avait aucune preuve non seulement pour le condamner, mais aussi pour l’inculper pour quelque crime que ce soit. Ils l’ont officiellement admis, mais tout le monde continue de parler de l’affaire suédoise comme s’il s’agissait d’un violeur ».

Et ils continuent à lui reprocher d’avoir échappé à la justice suédoise...

« Eh bien, je pense qu’il a échappé à l’injustice suédoise. Mais le fait est qu’en mai 2019, il était emprisonné dans la prison de Belmarsh - il y est toujours - et la Suède a rouvert le dossier. Ils avaient maintenant plus d’un an pour l’interroger avant l’expiration des allégations de viol. Il était à leur disposition. Pendant des années, ils ont dit : il se cache dans l’ambassade, nous ne pouvons pas l’accuser d’un crime, car nous devons d’abord l’interroger. Et lorsqu’ils ont pu le faire, ils ne l’ont pas fait, mais ont classé l’affaire pour manque de preuves sans même l’interroger ».

Pourquoi pensez-vous que la Suède s’est comportée de cette façon ? Ils auraient pu l’interroger dès le début, en 2010 (2).

« Ils ne voulaient pas l’interroger, parce qu’ils savaient qu’une fois que vous avez interrogé un suspect, alors vous devez soit l’inculper, soit rejeter les allégations. Ils savaient qu’une fois qu’ils l’auraient interrogé, ils n’auraient pas assez de preuves pour l’inculper. Ils ont pensé : si nous l’interrogeons, nous devrons abandonner les allégations contre lui, et dire qu’il est innocent, mais ils ne voulaient pas dire cela, ils voulaient le maintenir dans les limbes et, surtout, le discréditer avec ces allégations. Il existe des preuves évidentes de cette tergiversation délibérée du procureur suédois que je détaille point par point dans mon livre. J’ai lu environ 6 000 pages de dossiers d’enquête en suédois ».

Ma demande envers la FOIA (Freedom of Information Act / loi sur la liberté d’information) révèle la manière dont les autorités britanniques ont dit aux Suédois : ne l’interrogez pas à Londres, ne l’interrogez qu’après l’avoir extradé vers la Suède.

"Exactement. Le tableau d’ensemble est le suivant : les services secrets des États occidentaux agissent tous comme un seul homme, il y a les États-Unis, il y a le Royaume-Uni, la Suède, ils sont tous alliés, depuis la guerre contre le terrorisme, il n’y a pas de différenciation. Évidemment, les États-Unis et le Royaume-Uni sont très dominants, mais de petits pays comme la Suède n’ont pas la capacité de laisser leurs services secrets collecter des informations en Afghanistan, etc. Ils coopèrent tous avec la CIA et les services de renseignement locaux dans ces pays. Ce n’est pas parce que leurs intentions sont criminelles, mais parce qu’ils ne peuvent pas coopérer différemment dans leurs efforts de lutte contre le terrorisme. De même : Ce n’est pas que les services de renseignement suédois, américains et britanniques coopèrent parfois ; ils le font systématiquement, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et sur tellement de fronts qu’il n’est plus possible de les démêler ; ils sont profondément complices les uns avec les autres.

Pour l’affaire Assange, tout cela est décrit dans le livre dans un ordre très clair, avec les preuves pertinentes. Pourquoi les Suédois ont agi comme ils l’ont fait, - et que les Britanniques les ont mis sous pression - car ils sont des alliés très proches des États-Unis. Mais il n’y a pas que ces pays qui servent les intérêts américains. En fait, tous ces pays ont le même intérêt : ils ne veulent pas que quelqu’un comme Julian Assange se promène et divulgue des secrets, parce qu’ils fonctionnent tous de la même manière. Pas seulement en Occident, mais essentiellement dans tous les pays du monde entier. C’est pourquoi Assange ne reçoit aucun soutien franc, même de la part de la Russie ou de la Chine, ils ne veulent pas non plus voir quelqu’un comme lui en liberté".

Toutes mes tentatives pour accéder à la correspondance entre les États-Unis, le Royaume-Uni, la Suède et l’Australie sur l’affaire Assange ont été bloquées depuis six ans et les autorités britanniques ont même détruit les documents...”

« La raison est évidente : s’il s’agissait d’une correspondance légale normale, vous l’auriez déjà, mais parce que c’est une preuve de corruption, ils ne vous la donnent pas. Une fois que vous observez les États, et que vous regardez comment ils se comportent, c’est absolument clair : quand ils reçoivent des preuves de crimes de guerre, ils ne poursuivent personne, mais ne poursuivent que la personne qui a donné la preuve. Ce n’est pas à cela que ressemble l’État de droit dans une démocratie constitutionnelle, c’est à cela que ressemble une dictature ».

Que pensez-vous qu’il va se passer maintenant ? L’extradition a été refusée par la juge britannique Vanessa Baraitser.

“Qu’est-ce qui a changé pour Assange ? Rien. Il est toujours en prison. Il est toujours isolé et c’est exactement ce qu’ils veulent. Personne ne veut le libérer. Je pense que ce jugement était très intelligent de leur point de vue. J’ai été surpris de voir à quel point cette décision sert intelligemment les intérêts de ces États, car s’ils avaient confirmé l’extradition, comme tout le monde s’y attendait, les gens auraient commencé à se demander s’il s’agissait ou non d’un procès équitable. L’équipe juridique d’Assange aurait immédiatement fait appel de la décision et la Haute Cour britannique aurait examiné tous les arguments juridiques avancés par la défense d’Assange : les accusations sont des délits politiques, la loi sur l’espionnage et les préoccupations relatives à la liberté de la presse, voire les violations des droits de l’homme dans cette affaire. Toutes ces questions auraient été abordées par la Haute Cour, qui est beaucoup plus indépendante que la Magistrate’s Court [qui a refusé l’extradition en première instance].

La juge Baraitser a confirmé tout ce que les États-Unis voulaient, sauf l’extradition. Elle a créé un précédent juridique et ce précédent juridique confirme que ce qu’Assange a fait est de l’espionnage, en vertu de la loi américaine sur l’espionnage, et que c’est un crime même au Royaume-Uni, en vertu de la loi sur les secrets officiels, et que dans les deux cas il n’y a pas de défense d’intérêt public, et qu’il n’y a pas d’exception d’infraction politique pour l’extradition. Toutes ces choses ont été confirmées, étape par étape. Mais à la fin, elle a déclaré : nous pourrions l’extrader, mais nous ne le ferons pas parce que la perspective des conditions de détention aux États-Unis le pousserait probablement au suicide et que cela serait oppressant. Mais elle a rendu un jugement de précédent établissant que vous, en tant que journalistes d’investigation, pouvez être poursuivis à l’avenir comme espions simplement pour avoir fait votre travail et informé le public sur les crimes des puissants.

Les États-Unis ont fait appel de cette décision devant la Haute Cour. Ils peuvent dire : le juge de première instance a décidé à tort que nos conditions de détention sont inhumaines, et ils peuvent donner des assurances diplomatiques qu’ils ne le placeront pas en Mesures administratives spéciales (MAS). Ils appelleront ça autrement, mais ce sera la même chose, et ils peuvent aussi promettre de lui donner accès toutes les six semaines à un médecin spécial ou autre. Ils argumenteront donc que la seule raison pour laquelle l’extradition a été refusée a maintenant été supprimée. Et la Haute Cour pourrait accepter de l’extrader, car les États-Unis ont donné des « garanties » qui lèvent les inquiétudes de la Magistrates Court.

C’est une possibilité. La Haute Cour pourrait également se pencher sur la première procédure, qui a été marquée par de nombreuses erreurs de procédure, et dire qu’elle ne peut pas statuer sur cette affaire, mais qu’elle doit la renvoyer à la première instance pour réexamen, ce qui signifie qu’elle devra reprendre une nouvelle procédure d’extradition depuis le début, ce qui prendra encore un an ou deux. Les États-Unis ne sont pas pressés de mettre Assange en prison chez eux, ils veulent simplement qu’il soit en prison quelque part".

Et ils veulent le faire craquer...

"Oui, bien sûr, ils espèrent qu’à un moment donné, il se suicidera ou aura une défaillance mentale qui l’obligera à être interné dans un hôpital psychiatrique clos. C’est une possibilité, ou bien ils retourneront en première instance, puis les États-Unis présenteront un nouvel acte d’accusation, ce qui maintiendra Julian Assange dans un cycle permanent de procédures pendant encore cinq ou dix ans. Ils peuvent facilement faire ça s’ils le veulent.

Durant la procédure actuelle, il ne devrait pas resté emprisonné à Belmarsh. En fait, il devrait tout au plus être assigné à résidence, parce qu’il ne purge aucune peine, il est seulement gardé là pour qu’il n’échappe pas à l’extradition, si finalement il y a extradition. Augusto Pinochet était également en détention pour extradition au Royaume-Uni, mais il était logé dans une villa en résidence surveillée, Margaret Thatcher lui apportait du whisky et il avait des visites illimitées. Soyons clairs, il n’y a absolument aucune base légale pour maintenir Julian Assange dans la prison de Belmarsh et il n’y en a jamais eu. Même pour une violation de caution, on ne garde pas quelqu’un à Belmarsh. Mais maintenant, cela fait plus de 18 mois qu’il a fini de purger sa peine pour violation de la liberté sous caution et il n’y a aucune base légale pour le garder là-bas, car la détention préventive doit être utilisée en dernier recours, s’il n’y a pas d’autres moyens moins intrusifs d’empêcher sa fuite, comme l’assignation à résidence.

Même si, en fin de compte, ils libèrent Assange au Royaume-Uni, n’oubliez pas que, selon l’arrêt actuel de la Cour, il restera extradable vers les États-Unis. La seule raison pour laquelle il n’est pas extradé est sa santé mentale. S’il recommence à travailler pour WikiLeaks, ils peuvent facilement dire, et ils le lui feront savoir : si vous recommencez à travailler pour WikiLeaks, nous considérerons que vous n’avez plus de problème mental et nous vous arrêterons à nouveau et les États-Unis demanderont à nouveau son extradition - et alors toute cette procédure judiciaire recommencera, avec Assange en prison pendant plusieurs années.

S’il quitte le Royaume-Uni et se rend en France, les États-Unis peuvent demander à la france son extradition, car la décision du tribunal britannique rejetant cette dernière ne lie que les autorités britanniques. En fait, à moins que les États-Unis n’abandonnent les charges ou ne le gracient, ils peuvent continuer à le punir par procédure pour le reste de sa vie. Je soupçonne que c’est exactement ce qu’ils veulent. Ils veulent qu’il reste coinçé et réduit au silence. C’est aussi pour le punir personnellement, mais ils le punissent surtout pour effrayer tout le monde, pour s’assurer que vous ne voulez pas utiliser Wikileaks et divulguer tous ces secrets. Le message est le suivant : « Si jamais vous avez des preuves de crimes atroces, ne les divulguez pas, car c’est ce qui vous arrivera »".

Avez-vous été surpris que le pape François lui envoie un message ? C’est un leader politique mondial et il l’a fait.

"Peut-être parce que ce n’est pas un État qui mène des opérations militaires au sens classique du terme, plus maintenant du moins, parce que dans le passé, ils en menaient. Mais peut-être est-ce parce que, aujourd’hui, le Vatican est l’un des rares États qui, d’une certaine manière, fonctionne différemment. Ils ont leurs propres secrets, évidemment, et ils n’apprécieraient pas que WikiLeaks les dévoile. Honnêtement, je ne sais pas. J’espère que c’est un véritable geste spirituel d’humanité, comme cela devrait être le cas avec le Pape. Ce serait un bon exemple pour les autres chefs d’État.

La raison pour laquelle j’ai écrit ce livre, parce que vous me l’avez demandé, est que j’ai utilisé tous les outils officiels à ma disposition : J’ai le mandat d’enquêter sur la torture, de transmettre des allégations aux États, de demander des explications et de rendre compte de mes observations à l’ONU (?4). J’ai fait tout cela, mais les États ont refusé de coopérer. Et ce n’est pas une dictature, où l’on attendrait rien d’autre, il s’agit de la Suède et de la Grande-Bretagne, qui parcourent le monde en prétendant qu’elles sont une force du bien, qu’elles sont un exemple en matière de droits de l’homme, mais quand vous les confrontez à leurs propres violations, elles ferment les yeux. Ils sont heureux de soutenir l’activisme anti-torture dans d’autres parties du monde, mais pas dans leur propre jardin. Si j’ai utilisé tous les outils de mon système mais qu’ils ne fonctionnent pas, alors je dois informer le public. En fait, je suis moi-même devenu un lanceur d’alerte.

Lorsque Navalny est venu en Allemagne, nous n’avons pas dit qu’il violait sa caution, et lorsqu’il est rentré volontairement en Russie et qu’il a été arrêté et condamné pour violation de caution, tout le monde a immédiatement crié au scandale et imposé des sanctions contre la Russie. Mais ensuite j’ai pensé : Attendez, vous avez votre propre homme que vous avez sanctionné pour violation de la liberté sous caution, qui a fini sa peine il y a plus d’un an, et il est toujours en prison sans aucune base légale. Quand je vois l’hypocrisie de l’Occident, je suis sans voix, je suis honnêtement sans voix.

Nous avons déjà créé un monde parallèle de services secrets qui contrôlent tout, et cela empire chaque année. Quand on s’endort en démocratie, on se réveille en tyrannie. C’est la devise de mon livre, tirée d’un avocat allemand, commentant le Troisième Reich. C’est précisément la situation dans laquelle nous nous trouvons, nous avons une population mondiale qui dans l’ensemble dort. Nous sommes encore en démocratie, mais en arrière-plan, les structures de la tyrannie sont déjà construites, et elles sont déjà avancées. Mon livre tire la sonnette d’alarme, c’est un appel au réveil, car ma plus grande crainte est que, lorsque la population mondiale se réveillera de son sommeil, nous vivrons tous dans une tyrannie".
 » » https://www.facebook.com/notes/toute-la-avec-assange-french-action-4-a...

Traduction automatique revue et corrigée + Illustrations + Rajouts : “Toute la France Avec Assange” Unity4JFrance : https://www.facebook.com/groups/1662956313803099

Notes :

(1) - Autre article de James Goodale : « La chasse aux sorcières internationale de Julian Assange » - 16 janvier 2020 - https://www.facebook.com/groups/1662956313803099/permalink/2519533111478744

(2) - “Le Grand Soir” : « Accusations suédoises » : Déposition de Julian Assange - 14/15 novembre 2016 (texte complet)” : https://www.legrandsoir.info/accusation-suedoises-deposition-de-julian...

(3) - “Comment la presse libre est menacée dans le monde entier.” : https://www.facebook.com/notes/toute-la-avec-assange-french-action-4-a...

(4) - “Nils Melzer : démasquer la torture de Julian Assange.” : https://www.facebook.com/notes/toute-la-avec-assange-french-action-4-a...