Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Resources > Comme un goût de révolution -Autobiographie d’une Black Panther

Comme un goût de révolution -Autobiographie d’une Black Panther

Book presentation

vendredi 30 juillet 2021, par siawi3

Source : https://www.syllepse.net/comme-un-gout-de-revolution-_r_21_i_860.html

Comme un goût de révolution -Autobiographie d’une Black Panther

Editions Syllepse - Collection : « Avant-première »

Auteure : Elaine Brown

Parution : octobre 2021
Pages : 400
Format : 150 x 210
ISBN : 978-2-84950-959-3

Dans ce livre, publié la première fois aux États-Unis en 1992, Elaine Brown revient sur sa vie : ce qui l’a conduite à rejoindre le Black Panther Party, à en assumer la direction de 1974 à 1977, et pourquoi elle l’a quitté.

L’autrice, née en 1943, dans un ghetto du nord de Philadelphie, se politise progressivement au contact du mouvement pour les droits civiques. En avril 1968, après l’assassinat de Martin Luther King, elle rejoint le Black Panther Party créé deux ans plus tôt à Oakland. Elle y participe à travers le programme de petits-déjeuners gratuits pour les enfants noir·es, ou encore le programme d’aide juridique pour les prisonnier·es et leurs familles. Artiste, elle enregistre deux albums de chants pour le parti. En 1971, elle entre au comité central comme ministre de l’information, et accepte sa direction en 1974 quand Huey P. Newton part en exil à Cuba. Comme beaucoup d’autres femmes qui faisaient partie du Black Panther Party et y ont joué un rôle important, elle est restée dans l’ombre.

L’histoire du Black Panther Party reste une référence historique parmi les tentatives d’organisation collective faisant de l’autodéfense communautaire et de la survie matérielle les piliers de tout rapport de force conséquent. Une lutte qui combattit non seulement le racisme social et policier profondément ancré dans l’histoire étatsunienne, mais aussi l’offensive libérale de ces années-là.

Ce récit, incarné, nous plonge dans le parcours et l’expérience d’Elaine Brown, en n’omettant ni ses erreurs ni ses trahisons à ses propres promesses. Un récit qui, s’il s’énonce à la première personne, nous tend un miroir et nous invite à contempler les déformations, les exigences et les travers de toute aventure collective. Une manière de raconter ce que signifiait alors se battre et s’aimer, d’imaginer comment une idée surgit, prend forme et devient collective. Comme une invitation à partir de soi pour combattre l’oppression, en partant d’une nécessité et de la réalité concrète de la grande majorité.

Et de là, organiser des structures de survie et de combat pour tous et toutes, pour sortir de la ségrégation, de la domination, de la résignation.