Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Pakistan : à 9 ans, il devient la plus jeune personne accusée de (...)

Pakistan : à 9 ans, il devient la plus jeune personne accusée de blasphème

mardi 10 août 2021, par siawi3

Source : https://www.lepoint.fr/monde/pakistan-a-9-ans-il-devient-la-plus-jeune-personne-accusee-de-blaspheme-09-08-2021-2438347_24.php

Pakistan : à 9 ans, il devient la plus jeune personne accusée de blasphème

Un jeune hindou risque la peine de mort. Il est accusé d’avoir intentionnellement uriné dans la bibliothèque d’une école coranique, raconte le « Guardian ».

Les forces de l’ordre ont été déployées dans la région afin d’éviter tout débordement (photo d’illustration). © SABIR MAZHAR / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

Par LePoint.fr

Publié le 09/08/2021 à 18h56

Les faits se sont déroulés dans l’est du Pakistan. Comme le révèle le Guardian dans un article publié lundi 9 août, un enfant de 9 ans a récemment été placé en garde à vue. Une mesure de protection dans ce cas précis, puisque le garçon est devenu la plus jeune personne à avoir été inculpée de blasphème dans ce pays. En cause : il est accusé d’avoir volontairement uriné sur un tapis dans la bibliothèque d’une école coranique où sont conservés des livres religieux. Les accusations de blasphème peuvent entraîner la peine de mort.

Depuis, la famille de l’enfant est forcée de vivre cachée. Par ailleurs, relève le quotidien britannique, plusieurs membres de la communauté hindoue installée dans le quartier conservateur de Rahim Yar Khan, au Pendjab, se sont vus dans l’obligation de quitter leur domicile. En effet, plusieurs musulmans – réunis en nombre – ont attaqué un temple hindou, au cours de la semaine dernière, après la libération sous caution du garçon.

« Il ne comprend pas quel est son crime »

Les forces de l’ordre ont été déployées dans la région afin d’éviter tout débordement, poursuit le média. Samedi 7 août, 20 personnes ont été arrêtées dans le cadre de l’attaque du temple. S’exprimant depuis un lieu tenu secret, un membre de la famille du garçon a déclaré au Guardian : « Il [l’enfant] n’est même pas au courant de ces problèmes de blasphème et il s’est faussement livré aux questions [qui lui ont été posées]. Il ne comprend toujours pas quel est son crime et pourquoi il a été placé dans une prison pendant une semaine. »

À LIRE AUSSI : « Les réactions violentes donnent encore plus de force à la caricature de Mahomet »

Et l’homme de poursuivre, auprès du même journal : « Nous avons quitté nos magasins et notre travail. Toute la communauté a peur, nous craignons des réactions négatives. Nous ne voulons pas revenir dans cette région. Aucune action concrète et significative ne sera prise pour protéger les minorités vivant ici. »

La peine de mort instaurée en 1986

Les accusations de blasphème déposées contre cet enfant ont choqué les experts juridiques, qui estiment que cette décision est sans précédent. Personne d’aussi jeune n’a auparavant été accusé de blasphème au Pakistan.

À LIRE AUSSI : La liberté d’expression expliquée à nos enfants
Les lois sur le blasphème ont été utilisées de manière disproportionnée dans le passé contre les minorités religieuses, observe le Guardian. Bien qu’aucune exécution pour ce motif n’ait eu lieu dans le pays depuis l’introduction de la peine de mort pour ce crime, en 1986, les suspects sont souvent attaqués et parfois tués par des foules de citoyens.

La rédaction vous conseille

Pourquoi le blasphème est important
« La loi de 1905 n’est pas faible, pourvu qu’on prenne le temps de la relire »
Caricatures en Angleterre : « L’école s’est rangée du côté des religieux »
Affaire Mila : le procès d’une « lapidation numérique »
« Les réactions violentes donnent encore plus de force à la caricature de Mahomet »