Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Retour des talibans : « Je crains une répression encore plus dure qu’entre 1996 (...)

Retour des talibans : « Je crains une répression encore plus dure qu’entre 1996 et 2001 », alerte l’ambassadeur d’Afghanistan sur franceinfo

mercredi 18 août 2021, par siawi3

Source : https://www.francetvinfo.fr/monde/afghanistan/retour-des-talibans-lambassadeur-dafghanistan-en-france-craint-que-la-repression-soit-encore-plus-dure-qu-en-2001_4740451.html

Retour des talibans : « Je crains une répression encore plus dure qu’entre 1996 et 2001 », alerte l’ambassadeur d’Afghanistan sur franceinfo

Mohammad Homayoon Azizi se dit déçu de l’inaction de la France en tant que membre du Conseil de sécurité de l’ONU, malgré ses mises en gardes concernant le danger que représentent les talibans.

Article rédigé par
franceinfo
Radio France

Publié le 17/08/2021 20:15 Mis à jour le 18/08/2021 07:54

Photo : Des combattants talibans à Kaboul, le 17 août 2021. (HOSHANG HASHIMI / AFP)

L’Afghanistan est désormais aux mains des talibans. Pour autant, l’ambassadeur d’Afghanistan en France assure, sur franceinfo mardi 17 août, qu’il garde ses fonctions « tant qu’il n’y a pas un gouvernement légitimement élu ». Mohammad Homayoon Azizi dit « comprendre » le départ du président afghan vers l’étranger et déclare : « Je crains une répression encore plus dure qu’entre 1996 et 2001 ». Il appelle désormais la France à « faire pression sur les autres pays du Conseil de sécurité des Nations unies » pour que des solutions concernant les réfugiés afghans puissent être proposées.

franceinfo : Après la victoire des talibans en Afghanistan et la chute de Kaboul dimanche, êtes-vous, techniquement, toujours ambassadeur ?

Mohammad Homayoon Azizi  : La légitimité de tout gouvernement découle d’élections démocratiques. C’est comme ça que les choses fonctionnent dans un système démocratique. Et si le pouvoir est pris par la force, alors les nouvelles autorités ne peuvent être considérées comme étant légitimes. Donc, en vertu de ça, je suis toujours le représentant à Paris de la République islamique d’Afghanistan. Je vais vous donner un exemple : c’est comme si on vous volait votre maison, mais que le titre de propriété restait à votre nom. C’est exactement la même situation en Afghanistan aujourd’hui. Et nous, nous sommes les représentants d’un gouvernement élu. Par conséquent, nous jouissons de cette légitimité-là. Et moi, tant qu’il n’y a pas un gouvernement légitimement élu, je continuerai mon travail d’ambassadeur à Paris, je continuerai de représenter la République islamique d’Afghanistan. Et dans le contexte actuel, sous l’administration des talibans, moi, je ne retournerai pas en Afghanistan.

Le président afghan Ashraf Ghani est parti dimanche vers l’étranger. Comprenez-vous cette décision ?

Oui, absolument. La manière dont les États-Unis ont traité les talibans ces dernières années, avec ces pourparlers qui finalement n’avaient de pourparlers que le nom, qui se sont déroulés à Doha, et un processus de paix qui avait énormément de failles, tout cela a permis aux talibans de revenir, et de le faire avec une grande brutalité. À cause de cela, nous n’avons pas été en mesure de sauver notre pays, l’Afghanistan. Nous avons commencé par perdre les villes, puis des provinces. Et plus récemment, les talibans ont encerclé Kaboul et c’est là que le président a été mis sous une énorme pression et qu’il a été contraint de quitter ses fonctions. Ces pressions, elles viennent de tous bords et s’expliquent notamment par le fait que certains veulent donner une légitimité aux talibans.

« La situation actuelle résulte de trois ou quatre ans de mensonges dont le seul objectif est de laver les mains ensanglantées des talibans. »
Mohammad Homayoon Azizi
à franceinfo

L’idée, c’est de vendre cette propagande, de dire qu’il y a une solution politique pour le pays. Mais en réalité, ce n’est pas possible parce qu’on l’a bien observé, en pratique, il y a eu des violences. Les droits de l’Homme n’ont pas été respectés. Il y a des actes de guerre qui ont été commis et chaque disposition de la Convention de Genève a été violée. Et ceux qui soutiennent les talibans espèrent qu’ils seront perçus comme étant légitimes. C’est à cause de tout cela que le président a dû partir, parce qu’il n’acceptait pas cet état de fait. Et par conséquent, il a dû quitter ses fonctions ainsi que quitter le pays.

Craignez-vous que le régime des talibans soit encore plus dur que celui qu’ils ont imposé entre 1996 et 2001 ?

Ce que l’on a pu observer ces dernières semaines, c’est plus de violence, plus de répression qu’en 2001. Et puis n’oublions pas la relation historique des talibans avec les groupes terroristes. Et les relations plus récentes, ces vingt dernières années, nouées avec les groupes terroristes. Ajoutez à cela toute la souffrance qui a été endurée par les populations dans les provinces, surtout du sud. Tout cela est très inquiétant. Il y a beaucoup de personnes qui ont subi des exactions, devant leurs familles, devant leurs femmes, leurs enfants. Donc moi, je suis certain que la nature d’un groupe fondamentaliste islamiste ne peut pas changer. En tout cas, elle ne peut pas changer de manière positive. Je crains même l’inverse, que la répression soit encore plus dure qu’entre 1996 et 2001.

« On en attendait beaucoup plus de la France ».
Mohammad Homayoon Azizi
à franceinfo

Emmanuel Macron appelle à protéger les Afghans qui ont aidé la France, mais alerte également contre de possibles « flux migratoires irréguliers importants » venus d’Afghanistan. Comment le prenez-vous ?

Je pense que le message porté par le gouvernement français est un message qui arrive un peu tard. Par le passé, nous avons à de nombreuses reprises expliqué et décrit la menace que représentaient les talibans, on a expliqué plusieurs fois que ce qui se passait en Afghanistan était extrêmement inquiétant. J’en ai parlé avec mes collègues et pour être franc, on en attendait beaucoup plus de la France, notamment parce que la France est un Etat membre du Conseil de sécurité des Nations unies. Et les pays membres du Conseil de sécurité ont pour rôle de protéger les pays qui, précisément, sont confrontés au genre de menaces qui pèsent sur l’Afghanistan. Maintenant, pour ce qui est des « flux migratoires irréguliers », depuis l’Afghanistan vers l’Europe, évidemment, je comprends que cela soit perçu comme un problème par les Européens. Mais moi, ce que j’espère, c’est que la France ne va pas se contenter de prononcer quelques paroles et va réellement agir, c’est-à-dire faire pression sur les autres pays du Conseil de sécurité des Nations unies pour qu’il puisse y avoir un échange et pour que des solutions puissent émerger et être proposées.