Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > France : Solidarité avec les Afghanes et Afghans

France : Solidarité avec les Afghanes et Afghans

mardi 24 août 2021, par siawi3

Source : https://www.amnesty.fr/conflits-armes-et-populations/actualites/afghanistan-la-france-doit-agir-rapidement-pour-sauver-des-vies

Afghanistan : La France doit agir rapidement pour sauver des vies

lundi 16 août 2021,

par Amnesty International France

Droit d’asile

Alors que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan, des milliers de personnes tentent de fuir le pays. Face à cette tragédie, la France doit apporter des réponses urgentes et dignes de ses engagements internationaux en protégeant la population civile.

Le bilan des années au pouvoir des talibans en Afghanistan est connu et désastreux. Malgré les déclarations récentes de leurs chefs, on ne peut que craindre le pire pour les populations civiles, c’est-à-dire des violations très graves et systématiques des droits humains, notamment des châtiments cruels, inhumains et dégradants liés à l’application de la charia, et une épuration brutale de tous ceux et de toutes celles soupçonnés de ne pas adhérer à leur idéologie.

Il y a donc urgence absolue. Au-delà du plan d’évacuation des ressortissants français, nous attendons du président Macron qu’il annonce que la France et l’Europe vont tenter de sauver le plus de vies possible parmi toutes les personnes aujourd’hui directement menacées  : toutes celles qui seront immanquablement soupçonnées d’avoir «  collaboré  » avec l’Occident, comme les interprètes, mais aussi des défenseurs des droits humains, des journalistes, des universitaires, des femmes qui ont pris des responsabilités, des personnels du monde de la culture et des personnes LGBTI+. Il faut mettre en place un plan d’évacuation immédiat à la hauteur de la situation actuelle, dramatique et urgente pour ces personnes.

Nous saluons la décision de la France d’avoir cessé de renvoyer des ressortissants afghans dans leur pays depuis plusieurs semaines. Mais nous demandons aujourd’hui au président Macron et au gouvernement français de mettre en œuvre une politique d’accueil adaptée à la gravité de la situation, avec l’octroi de visas humanitaires, l’admission temporaire des demandeurs et demandeuses d’asile afghans et un réexamen des demandes précédemment rejetées. Les États doivent accélérer la réinstallation des Afghans en attente d’un asile sûr et durable. D’autres pays européens comme la Belgique, le Danemark ou l’Autriche continuaient à renvoyer des Afghans vers leur pays ces derniers jours, malgré l’aggravation rapide de la situation. La France doit peser de tout son poids pour qu’une position claire et commune à tous les États de l’Union européenne soit adoptée. Cette position doit inclure l’instauration d’un moratoire sur les renvois vers l’Afghanistan et vers des pays tiers comme la Turquie qui risqueraient de poursuivre ces renvois.

Plus que jamais, la politique d’accueil de la France et de l’Europe doit être digne de leurs engagements en matière de droits humains.

Amnesty International (France)

°°°

Source : https://agir.lacimade.org/afghanistan

URGENCE : Protégeons la vie des Afghans et Afghanes !
Pétition adressée à Emmanuel Macron

vendredi 20 août 2021,

par Cimade, Pétition

Alors que les Talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan le 15 août dernier, des milliers de civil·e·s en danger cherchent à être évacué·e·s. De nombreuses personnes afghanes présentes en France s’alarment pour leurs proches bloqué·e·s dans leur pays. Certaines craignent aussi d’être expulsées vers l’Afghanistan dans la mesure où la France continue de renvoyer, dans le cadre du règlement Dublin, des personnes afghanes vers d’autres pays européens comme la Belgique, le Danemark, l’Autriche et la Roumanie qui procèdent à des renvois forcés vers l’Afghanistan. La France les expose donc à un possible refoulement vers leur pays où ils et elles risquent leur vie.

Face au drame humanitaire qui s’annonce, la France a le devoir légal et moral d’agir pour protéger l’ensemble des ressortissants et ressortissantes afghan·e·s. Ne nous trompons pas de menace : la réelle menace est bien celle qui pèse sur la vie et la liberté du peuple afghan. Il y a urgence !

Demandez au président de la République, Emmanuel Macron, des actions urgentes pour garantir la protection et l’accueil des personnes afghanes qui les sollicitent sur le territoire français ainsi que l’arrêt immédiat des expulsions vers l’Afghanistan.

Signez notre pétition. Plus nous serons nombreux et nombreuses, plus nous aurons de poids pour que le Président de la République Emmanuel Macron agisse pour protéger les hommes, femmes et enfants d’Afghanistan. Des vies humaines sont en jeu.

Pour signer la pétition, cliquez sur le lien ci-dessous :

https://agir.lacimade.org/afghanistan

17 039 personnes ont déjà signé
Lettre-pétition au Président de la République

Monsieur le Président de la République,

Je vous écris pour vous faire part de ma profonde inquiétude vis-à-vis de la politique française concernant le traitement des personnes afghanes.

Depuis le 15 août, l’Afghanistan est aux mains des Talibans. L’aéroport de Kaboul est pris d’assaut par des milliers d’Afghans et d’Afghanes en danger souhaitant quitter le pays et fuir l’enfer que présage la prise de pouvoir par les Talibans.

En dépit des violences intenses et de l’urgence du drame humanitaire qui se joue, la France ne s’est pas prononcée en faveur d’une protection immédiate des ressortissants et ressortissantes afghan·e·s qui souhaiteraient rejoindre la France.

De même, la France renvoie, dans le cadre du règlement Dublin, des personnes afghanes vers d’autres pays européens qui procèdent à des renvois forcés vers l’Afghanistan. La France les expose donc à un possible refoulement vers leur pays dans lequel leur vie pourrait être en danger.

Je vous demande :

• De respecter les engagements de notre pays en faveur des droits humains en proposant la protection et l’accueil à toutes les personnes afghanes qui les sollicitent ;

• De protéger sur le long terme ces personnes qui risquent leur vie en Afghanistan ;

• De permettre aux familles afghanes de personnes réfugiées en France de rejoindre au plus vite le territoire français ;

• De ne procéder à aucun transfert de demandeurs et demandeuses d’asile vers un autre État européen lorsqu’il existe, un risque de renvoi vers l’Afghanistan.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

°°°

Source : http://europe-solidaire.org/spip.php?article59226

Communiqué collectif

Nous exigeons l’ouverture de voies légales et effectives d’accès à la France pour la protection des Afghanes et Afghans victimes de persécutions

mardi 17 août 2021,

par ADDE,
Cimade, GISTI,
LDH (France),
Syndicat de la magistrature,
Syndicat des Avocats de France (SaF)

Les propos d’Emmanuel Macron appelant à « anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants » après la chute de Kaboul entre les mains des Talibans sont indignes de la tradition française de l’accueil et de l’asile.

Indigne comme l’abandon des Afghanes et Afghans qui ont servi comme personnel civil de l’armée française de 2001 à 2014, accueillis au compte-gouttes par la France malgré les déclarations et promesses de François Hollande et d’Emmanuel Macron et à qui la France refusait encore il y a quelques semaines la délivrance de visas malgré leurs cris d’alerte. Indigne comme les atermoiements pendant des années pour accorder des visas aux milliers de membres de familles des Afghanes et Afghans à qui la France a accordé la protection. Indigne comme le harcèlement par la police dont sont victimes les exilé·es afghan·es dans les rues de nos villes. Indigne comme les campements de la honte régulièrement détruits par les forces de l’ordre. Indigne comme les renvois forcés de plus de 6 000 Afghans par la France entre 2004 et 2020.

Angela Merkel a annoncé le rapatriement de 10 000 Afghanes et Afghans, ne se limitant pas au personnel ayant travaillé pour les autorités allemandes en Afghanistan. Le Royaume-Uni a annoncé qu’il n’exigerait pas de passeport pour permettre aux demandeurs d’asile afghans de rejoindre le sol britannique. Deux avions militaires sont la seule mesure annoncée par la France. L’insuffisance des moyens que le gouvernement français entend déployer est insupportable, tout comme l’annonce de la fermeture des frontières européennes aux exilé·es afghan·es et la sous-traitance de l’asile aux pays limitrophes.

Nous, juristes, défenseurs des droits fondamentaux et des libertés, membres de la société civile, rappelons l’obligation du respect absolu et inconditionnel de la Convention de Genève sur l’asile et des textes de l’Union européenne de protection des populations persécutées. Le personnel civil ayant travaillé pour les autorités françaises et les magistrat·es et avocat·es afghan·es ne sont pas les seul·es que le France doit rapatrier. Contrairement à ce qui a été jugé il y a quelques mois par la Cour nationale du droit d’asile, il y a pour chaque Afghan ou Afghane un risque réel de menace grave contre sa vie et sa personne : il est impératif et urgent de renoncer aux décisions indignes aboutissant à l’expulsion de milliers d’Afghans.

Nous exigeons l’ouverture de voies légales afin que tou·tes les Afghanes et Afghans persécuté·es qui le sollicitent, ainsi que les familles de ceux qui sont déjà bénéficiaires de la protection internationale accordée par la France, puissent rejoindre rapidement le sol français directement depuis Kaboul. Nous exigeons l’arrêt des procédures issues du règlement Dublin, le retrait de toute mesure d’éloignement à l’encontre de demandeurs d’asile afghans et l’accord accéléré de la protection qu’ils doivent recevoir en France afin de leur permettre d’accéder à l’emploi et à un hébergement dignes. Le gouvernement d’Emmanuel Macron doit cesser de s’engager dans des politiques et discours empruntés à l’extrême droite. Sixième puissance économique mondiale, la France a les moyens d’accueillir les exilé·es d’Afghanistan. Surtout, nous en avons le devoir historique !

Paris, le 17 août 2021

Organisations signataires :

ADDE (Avocats pour la défense des étrangers)

la Cimade

Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigré⋅es)

LDH (Ligue des droits de l’Homme)

SaF (Syndicat des avocats de France)

Syndicat de la Magistrature