Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Resources > Les deux vies d’Eva

Les deux vies d’Eva

Cinema

jeudi 9 septembre 2021, par siawi3

Source : Centre audiovisuel Simone de Beauvoir presse centre-simone-de-beauvoir.com via mailchimpapp.net

Projection rencontre exceptionnelle

Photo : Eva jeune.

Projection du film :

Les deux vies d’Eva France, 2005, 85 min

réalisé par Esther Hoffenberg

Mercredi 22 septembre 2021 à 20h

au Cinéma Le Luminor-Hôtel de Ville
20, rue du Temple 75004 Paris

La projection sera suivie d’une rencontre avec la réalisatrice.

Vous pouvez réserver vos places directement sur le site du cinéma

Extrait du film Les Deux vies d’Eva

Le film

Jeune fille polonaise élevée dans une grande famille industrielle de Sosnowiec, de culture allemande et protestante, Eva a quitté la Pologne en 1945, à l’arrivée des Soviétiques. En Allemagne, elle rencontre Sam, survivant du ghetto de Varsovie. Ensemble, ils partent à Paris et commencent une nouvelle vie. En épousant Sam, Eva épouse aussi son histoire, son identité et tire un trait sur la sienne. La réussite du couple est complète, la famille semble épanouie quand une première bouffée délirante marque, en 1970, l’apparition des troubles mentaux d’Eva.
En 1978, Eva, ma mère, traverse une nouvelle crise et se met à me raconter, d’un jet intense, la jeune fille qu’elle était avant de rencontrer mon père. Elle me révèle les tourments de sa conscience, liés à son identité allemande pendant la guerre. Je l’enregistre dans l’espoir de pouvoir démêler un jour une histoire qui me trouble.
Le film est construit à partir de cet enregistrement, de son récit et de sa réflexion autobiographiques, et de la question posée par sa maladie.
Quel est le lien entre la traversée de l’histoire, les changements d’identité de ma mère et sa détresse psychique ? J’ai tenté d’explorer cette question au cours d’un voyage entre territoires imaginaires et réels.
Amies intimes et cousins d’Eva nourrissent le récit d’un destin dont la dimension tragique est liée à la violence de la guerre en Europe.
Esther Hoffenberg

Coproduction : ARTE France, Les Films du Poisson, Lapsus
Image : Laurent Fénart, Son : Benjamin Bober, Montage : Anne Weil & Françoise Arnaud
Restauration sonore, montage son et mixage : Charles Schlumberger, Etalonnage, Eric Salleron
Citations musicales extraites de l’oeuvre de Michael Levinas.

En 2005, le film a reçu le Prix du Patrimoine au Cinéma du Réel.

°

Esther Hoffenberg

Réalisatrice et productrice, Esther Hoffenberg débute dans la réalisation en 1980 avec Comme si c’était hier, long métrage co-réalisé avec Myriam Abramowicz, premier film à s’intéresser au sort des justes et des enfants cachés en Belgique. Par la suite, elle produit des émissions pour les Nuits Magnétiques de France Culture et distribue des films, notamment pour l’Office National du Film du Canada de Paris. En 1989, elle crée sa société de production et distribution, LAPSUS, et produit en vingt ans une soixantaine de films documentaires, dont de nombreux « grands formats », les collections Design avec Arte-France et le Centre Georges Pompidou et Artistes avec la Réunion des Musées Nationaux et France 5. 2005 marque son retour à la réalisation avec Les deux vies d’Eva où elle s’intéresse à la figure de sa mère. En 2007 elle réalise Discorama, signé Glaser, Au pays du nucléaire et Récits de Sam en 2009. En 2013 elle fait de l’auteur de La Bâtarde l’héroïne de son documentaire dans Violette Leduc, la chasse à l’amour. En 2017, elle réalise Bernadette Lafont - Et Dieu créa la femme libre.

Save the Dates !

* Mardi 28 Septembre 2021 de 13h45 à 18h
Conférence finale du projet Wom@rts à la Cité internationale des arts à Paris
avec tous nos partenaires européens.
Participation sur inscription dans la limite des places disponibles.
La conférence se tiendra en anglais.

* Mardi 30 novembre à 20h au Forum des images
Projection suivie d’une rencontre avec la réalisatrice
The Archivettes de Megan Rossman
Etats-Unis, 2018, 61 min