Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > La Charte Olympique et les costumes des athlètes femmes

La Charte Olympique et les costumes des athlètes femmes

samedi 25 septembre 2021, par siawi3

Source : Courrier MMF N°394.pdf

Lettre sur la tenue vestimentaire des athlètes femmes à la directrice du CIO

Madame la directrice,

Le 30 juillet nous attirions votre attention sur le caractère sexiste de certaines tenues portées par des athlètes femmes : les uns dénudent au maximum leur corps (voir le beach-volley : les garçons portent short et T-shirt, les filles sont en bikini et haut minimum) ;les autres, à l’inverse, couvrent totalement leur corps à l’exception du visage au prétexte d’exigences religieuses.

Dans votre réponse du 14 septembre, vous nous indiquez, en citant la Charte Olympique, que ce sont les CNO qui « ont le pouvoir unique et exclusif de prescrire et de déterminer les tenues et les uniformes à porter et l’équipement à utiliser par les membres de leur délégation à l’occasion des JO et en relation avec toutes les compétitions et cérémonies qui y sont liées ».

Mais que faites-vous du document adopté le 6 février 2018 par le CIO, intitulé : « L’analyse du CIO sur la question de l’égalité des sexes », recommandant de « s’assurer que les tenues de compétition reflètent les spécificités techniques du sport et qu’il n’y a pas de différences entre les femmes et les hommes sans justification » (recommandation n°3).

En outre, comme le stipule la Charte Olympique « l’appartenance au mouvement olympique exige le respect de la Charte Olympique et la reconnaissance par le CIO ». Autrement dit leCIO a le devoir de s’assurer que les choix faits par les CNO dans leur domaine de compétence, ne contreviennent pas aux principes et règles de la Charte Olympique.

En l’occurrence, les fédérations et les CNOs concernés, en imposant ou en admettant que les athlètes femmes portent un costume qui promeut des stéréotypes sexistes et/ou un message politico-religieux, bafouent :
•Le principe de non-discrimination,
• La règle 50.2 prohibant toute expression politique ou religieuse sur les sitesolympiques,
•L’article 27.6 relatif aux missions des CNOs stipulant que « les CNO doivent préserver leur autonomie et résister à toutes les pressions politiques, juridiques, religieuses ou économiques qui pourraient les empêcher de se conformer à la Charte Olympique ».

Nous ignorons d’autant moins les efforts du CIO en vue de réussir une véritable égalité entre les femmes et les hommes dans le contexte olympique, que la Ligue du Droit International des Femmes est à l’origine de cette exigence par son combat mené sous la dénomination Atlanta+ dès le lendemain des JO de Barcelone 1992.

C’est la raison pour laquelle nous insistons sur cette question des tenues et des uniformes, nullement secondaire.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer Madame la Directrice, l’expression de notre considération distinguée.

Pour la LDIF :
Annie Sugier, Présidente,
Linda Weil-Curiel, Secrétaire Générale

Pour Libres Mariannes :
Laure Caille, Présidente, Françoise Thiriot, Secrétaire Générale

Pour Regards de Femmes :
Michèle Vianès, Présidente,
Christiane Large, Secrétaire Générale