Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > À la frontière pakistanaise, les talibans bloquent l’exode des (...)

À la frontière pakistanaise, les talibans bloquent l’exode des Afghans

samedi 2 octobre 2021, par siawi3

Source : https://www.lefigaro.fr/flash-eco/a-la-frontiere-pakistanaise-les-talibans-bloquent-l-exode-des-afghans-20210930

À la frontière pakistanaise, les talibans bloquent l’exode des Afghans

Par Le Figaro avec AFP

Publié hier à 15:42, Mis à jour hier à 16:10

Ces dernières semaines, Zakariullah a tenté d’y passer « cinq ou six fois ». À chacune, les gardes-frontières talibans l’en ont empêché, plus ou moins brutalement « Ils nous ont dit qu’ils ne laissaient passer que les gens de la région ou qui font l’aller-retour » comme les commerçants, dit-il à l’AFP, assis sur le trottoir d’une rue en terre. Depuis quelques semaines, les gardes-frontières talibans refusent de laisser passer les Afghans qui veulent fuir au Pakistan et n’ont pas de visa pour. « Chaque jour, 8000 à 9000 personnes essaient de traverser la frontière sans avoir les papiers pour, donc ils sont éconduits », explique l’un des officiers talibans à la frontière, le mollah Haqyar. Les talibans tentent aussi d’asseoir leur légitimité et d’éviter la fuite redoutée des forces vives du pays. « Ils leur disent : “C’est votre pays, vous ne devez pas le quitter” », raconte Rahmadin Wardak, 25 ans, qui vend ses fruits à proximité.

« L’émirat islamique demande aux familles de ne pas quitter le pays, parce qu’en faisant cela, elles ne respectent pas la culture afghane », confirme à l’AFP le mollah Noor Mohammad Saeed, l’un des responsables talibans de la province, celle de Kandahar. L’économie afghane est en partie paralysée depuis le retour au pouvoir des islamistes à la mi-août. Beaucoup d’Afghans ont perdu leur travail, et un tiers de la population est menacée par la famine selon l’ONU. « Ici il n’y a plus aucun boulot », explique Zakariullah, qui était paysan dans sa province de Kaboul, à 600 km de là. Une fois installé au Pakistan, dit-il, il fera venir sa famille, restée à Kaboul.