Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Home > fundamentalism / shrinking secular space > Le laboratoire tunisien

Le laboratoire tunisien

Friday 28 October 2011, by siawi3

Source : Quotidien algérien Liberté

Editorial Jeudi, 27 Octobre 2011

Que se passe-t-il en Tunisie ? Trois jours après le vote des Tunisiens pour une Assemblée constituante, personne n’ose prononcer les résultats largement acquis aux islamistes d’Ennahda qui ont raflé la mise sur des scores que l’Occident estime inavouables.

La révolution du Jasmin a été la première àse déclencher dans les pays arabes. Et c’est la première qui a abouti àun vote démocratique. Mais les choses ne semblent pas se dérouler de manière aussi transparente que le veut la communauté internationale qui s’est réveillée sur la désagréable sensation que l’expérience tunisienne est en train de virer au cauchemar.
Trois jours de tripotages électoraux, de faux suspenses et de tractations souterraines pour faire baisser le score d’Ennahda. C’est la triste réalité du processus électoral tunisien qui a accouché du plus prévisible mais inquiétant scénario politique. Les islamistes d’Ennahda ont gagné. Largement. Trop largement aux yeux de l’Occident. Dans les milieux politiques, tout le monde sait qu’Ennahda culmine entre 57 et 60%. Un score qui fait peur. Un résultat qui affole l’Occident et les démocrates tunisiens. Un raz-de-marée qui fait réfléchir le général tunisien Amar et son état-major sur la suite àdonner àune élection-pilote dans le monde arabe.
Les islamistes ont gagné. Mais les apprentis-sorciers européens et américains ne s’imaginaient pas l’ampleur de la débâcle de la démocratie tunisienne. Tous ces experts, qui admettaient le politiquement correct d’El-Ghannouchi et qui se gaussaient du fait que l’islamisme modéré a sa place dans le processus démocratique, font la grimace. La Tunisie a basculé avec armes et bagages dans les bras du fondamentalisme. Un point c’est tout.

La solution ? Aucune qui ne fasse pas de dégâts. Rached El-Ghannouchi, le Nahnah tunisien, se retrouve avec les clés du nouveau système tunisien. Il peut décider àlui seul et les islamistes ne veulent pas être privés de leur victoire totale par un cynique tripotage des chiffres. L’armée tunisienne et l’Occident ne sont pas prêts àadmettre une telle bérézina. Car ce n’est plus la Tunisie qui est concernée mais tout le processus de démocratisation arabe qui est fragilisé.

Si les islamistes gagnent en Tunisie, le pays qui était censé avoir le plus d’anticorps, qu’en sera-t-il alors avec les Frères musulmans en Égypte ou les salafistes en Libye ? Des États théocratiques sont en train de naître au Maghreb, tranquillement, àun jet de pierre de l’Europe et qui ne ressembleront pas au “modèle turc†. Il est évident que l’Occident s’imaginait des sociétés musulmanes gérables par un islamisme soft mais de lààce que le mouvement démocratique soit réduit àla seule expression islamiste. C’est un pas que les laborantins politiques occidentaux ont tout fait pour minimiser. En vain.

Mounir B.