Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Algérie : La spirale infernale

Algérie : La spirale infernale

lundi 15 novembre 2021, par siawi3

Source : https://www.elwatan.com/chronique-de-a-merad/repere-la-spirale-infernale-2-02-10-2021


La spirale infernale

A. Merad

02 octobre 2021 à 10 h 00 min

Aujourd’hui, c’est à ciel ouvert. Plus personne ne peut dire qu’il ne savait pas. La spirale de la « harga » devient de plus en plus infernale et bien sûr incommensurablement douloureuse. Toujours plus de candidats à la tragique
aventure de l’impossible, et hélas toujours plus de corps de malheureux repêchés sans vie.

Les naufragés de la détresse ne se comptent plus, et seul un pourcentage minime du potentiel partant arrive à réaliser le rêve insensé : échouer enfin, épuisé mais indemne, sur une des berges de la Méditerranée où la vie prend une nouvelle tournure ou un autre sens. Ciel ouvert parce que nous ne sommes plus dans les scénarios clandestins dans l’une de ces crêtes secrètes qui accueillaient, dans le froid et l’obscurité de la nuit, des vagues intermittentes de téméraires, les yeux hagards, la tête ailleurs, leurs bardas de fortune en bandoulière, prêts à mettre en danger leur vie pour une hypothétique illusion.

Désormais, ce sont des plages à découvert qui sont envahies en plein jour par ces nouveaux migrants des temps modernes qui viennent par milliers s’y rassembler, mus par la même aspiration. Trouver une place en payant le prix fort dans les embarcadères qui s’organisent en réseaux mafieux pour ce type de voyage, et avoir le courage et la foi pour résister aux épreuves les plus bouleversantes de la traversée du diable. Des photos prises sur le vif par des
quidams pour fixer l’instant montrent une colonie d’aspirants à l’expédition attendant leur tour sur quelques-uns de nos rivages.

Postées sur la Toile, ces photos sont glaçantes de vérité parce qu’elles nous révèlent d’abord toute la dimension du drame humain que l’Algérie est en train de vivre, et nous mettent ensuite face à nos impuissances chroniques à pouvoir éviter une telle tragédie en tant que peuple, en tant que nation, en tant que gouvernants. Il y a deux éléments nouveaux qui interviennent dans cette déchirure humaine de plus en plus insupportable. D’une part, ce ne sont plus les « hitistes » d’hier, éternels désœuvrés qui veulent prendre le large, mais des postulants représentant toutes les catégories sociales, parmi lesquelles des gens qui ne manquaient de rien. D’autre part, si les jeunes fuguaient dans la discrétion, ce sont les parents qui les poussent désormais à partir pour un avenir meilleur. Dans les embarcations qui font la navette, s’entassent jeunes, enfants en bas âge, vieux et femmes enceintes. Les Espagnols ont même recueilli un homme handicapé en chaise roulante.

Ce sont des milliers d’Algériens qui sont ainsi pris dans l’engrenage de la harga avec l’immense espérance de passer entre les filets des gardes maritimes après avoir affronté les épreuves de la virée en mer où une tempête peut
tout faire basculer. Il ne s’agit plus de réagir avec les larmes pour décrire le drame qui se déroule sous nos yeux, mais plutôt de s’adresser aux consciences des responsables qui semblent complètement dépassés par l’ampleur de la catastrophe. Comment peut-on rester aussi impassibles et déconnectés de la réalité alors que le phénomène de la harga est en train de nous éclater à la figure comme un boulet foudroyant qui risque de nous entraîner dans une
vraie dérive humanitaire prompte à s’internationaliser.. Pourquoi les Algériens fuient-ils en masse leur pays, et que n’a-t-on pas fait pour les retenir ?

Chacun de nous ressent dans sa chair ce désespoir que vivent nos enfants alors que les causes de la brisure sont connues tournant autour du chômage, de la malvie, de l’absence de perspectives, de loisirs, du désir de vivre tout simplement en citoyen libre. L’ étouffement se généralise dans le pays des chimères. Le hirak qui avait ramené la courbe des harraga à sa plus simple expression, avait rendu l’espoir d’un changement vers le bien-être, hélas ce sont les conséquences de sa neutralisation que nous payons aujourd’hui.