Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Announcements > France : Paris commémore le massacre féminicide de Montreal en (...)

France : Paris commémore le massacre féminicide de Montreal en 1989

endez-vous lundi 6 décembre 2021, à 19h, place du Québec, Paris 6e, près de Saint-Germain-des-Prés.

samedi 4 décembre 2021, par siawi3

Source : email, 2.12.21

MANIFESTATION A PARIS LE 6 DECEMBRE

Le 6 décembre 1989, à l’École Polytechnique de Montréal, un terroriste masculiniste a assassiné 14 femmes.

Un terroriste qui avait planifié l’extermination de ces femmes parce qu’elles avaient choisi une orientation professionnelle traditionnellement vue comme réservée aux hommes. Un terroriste qui les a tuées parce qu’elles étaient des femmes.

Pourtant, beaucoup ont voulu voir dans ce massacre l’acte d’un fou, et le dissocier de la réalité massive des violences masculines contre les filles et les femmes.

Il s’agit bien de féminicides, d’un acte de terrorisme patriarcal, commis par haine des femmes et des filles.

Pour garder la mémoire de ces 14 femmes, pour rappeler qu’aujourd’hui encore, partout dans le monde, des filles et des femmes sont tuées en raison de leur sexe, des féministes se réunissent chaque 6 décembre à Montréal, à Paris et ailleurs.

À Paris, le rassemblement est organisé par Cécyle Jung et ses amies qui vous donnent rendez-vous lundi 6 décembre 2021, à 19h, place du Québec, Paris 6e, près de Saint-Germain-des-Prés.

Voir https://www.facebook.com/events/316434229909075/

Avec Les Voix rebelles, nous chanterons des chants féministes, et nous nous unirons contre la haine, dans la solidarité féministe, dans le souvenir de ces 14 femmes. Pour qu’elles ne soient pas oubliées.

Je vous invite à y participer (de préférence avec des vêtements sombres), ou à vous unir en pensée avec nous.

Merci de répondre si vous pensez venir !

N’oubliez pas votre masque, dont le port est obligatoire pour ce type de rassemblement selon l’arrêté du préfet de police de Paris.

Adelphiquement,

Florence Montreynaud