Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Resources > Film Tchadien : « Les liens sacrés »

Film Tchadien : « Les liens sacrés »

Cinema

mardi 14 décembre 2021, par siawi3

Source : siawi.org

12.12.21

par Hakim Arzabdiou

BEAU FILM TCHADIEN :
LINGUI LES LIENS SACRES

De Mahamat-Saleh Haroun

Le film traite de l’interdiction de l’avortement au Tchad, comme dans tous les autres pays africains, à l’exception des cas particuliers, lorsqu’il s’agit d’une femme mariée ou en cas de grossesse faisant courir un danger pour la vie de la jeune femme concernée.

Amina (Achouackh Abacar) réside à N’Djaména, la capitale. Elle gagne sa vie avec la vente d’objets décoratifs, qu’elle fabrique à partir de pneus usés. Elle élève seule sa fille, Maria (Rihane Khalil Alio), 15 ans. Elle l’a conçue en dehors du mariage avec l’unique amour de sa vie, mais qui l’a lâchement abandonnée. Cela lui a valu aussi d’être reniée par sa famille et d’être considérée comme une femme sans honneur par la société.

Voilà qu’elle apprend avec stupeur que sa fille est renvoyée de son lycée, parce qu’enceinte. Maria refuse de lui faire savoir le nom de l’auteur de son viol et exige d’avorter. La maman est hostile à cette idée, car interdite par la loi et par l’islam. Elle finit cependant par céder devant la grande souffrance de son enfant et la tentative de suicide de celle-ci. Surtout, elle ne veut pas que sa fille connaisse le même son sort qu’elle.

Le médecin, à qui Amina s’adresse, refuse d’abord sa demande d’avorter la grossesse de son enfant. Il met en avant sa crainte de subir une lourde peine de prison et une mesure d’interdiction à vie d’exercer son métier, avant d’accepter à condition, qu’elle lui verse une somme exorbitante. Amina se démène pour se procurer ce montant, mais sans succès. Elle va jusqu’à proposer contre cet argent de se prostituer à lui au vieux et riche commerçant, dont elle a rejeté auparavant l’offre de l’épouser. En vain !

Miraculeusement, l’une de ses sœurs, qui avait rompu les liens avec elle depuis longtemps, vient paniquée lui demander secours pour éviter l’excision de sa fillette, comme l’exige son riche mari. Amina accepte de l’aider et lui fait part également de son grave problème. Sa soeur lui fait sur-le-champ don (en bijoux) d’un peu plus de la moitié de la somme requise. Le médecin accepte ce montant, ainsi que la promesse de percevoir le reste après l’acte médical.

Manque de chance, la veille de l’opération chirurgicale, la police débarque de nuit à la clinique clandestine. Maria parvient à s’échapper, grâce à l’infirmière assistante du médecin. C’est celle-ci aussi qui pratique, non sans grande hésitation, et gratuitement, l’avortement de la grossesse de l’adolescente, a qui elle remet un certificat médical de fausse couche, afin qu’elle puisse reprendre ses études. Elle rend également à la maman l’avance qu’elle lui avait remise pour qu’elle devait remettre à son tour au médecin véreux en échange de l’opération, qui n’a pu se réaliser. Maria révèle à cette occasion l’identité de son violeur, qui n’est autre que leur voisin, le vieux et riche commerçant. La maman ne manque pas alors d’infliger à ce dernier une raclée à l’aide d’un gourdin, dans une ruelle déserte, après sa sortie de la mosquée à l’issue de la prière de l’aube.

Pour autant, le film n’est pas pessimiste. On relève quelques germes de changement concernant ces pratiques rétrogrades. Outre l’humanité et l’ouverture d’esprit de l’infirmière, Amina prend ses distances d’avec la mosquée, malgré les remontrances de l’imam ; elle ne veut plus se cacher pour fumer. Le film nous fait voir l’exciseuse, qui pratique de fausses excisions sur des fillettes, comme elle l’a fait avec la nièce d’Amina, en vue à la fois de satisfaire en apparence la demande des parents, tout en préservant la santé des enfants. Maria s’habille de la même manière que les jeunes européennes de son âge à l’extérieur, et porte un short à la maison.

J’ai lu avant-hier une étude récente sur l’évolution démographique en Afrique subsaharienne. On y apprend la chute de l’indice de fécondité à moins de 5 enfants, le recul de la polygamie et de l’endogamie...

Voir plus : https://www.mk2.com/films/10011-lingui-liens-sacr