Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Leïla Slimani pense “aux gens qu’on appelle les musulmans” en France

Leïla Slimani pense “aux gens qu’on appelle les musulmans” en France

jeudi 3 février 2022, par siawi3

Source : https://www.huffingtonpost.fr/entry/leila-slimani-sinquiete-pour-les-gens-quon-appelle-les-musulmans-en-france_fr_61fbabdce4b0b69cfe8a6d16

CULTURE
03/02/2022 12:56 CET | Actualisé il y a 8 heures

Leïla Slimani pense « aux gens qu’on appelle les musulmans » en France

L’auteure de « Chanson Douce » a exprimé son ressenti sur les questions identitaires en France et la candidature d’Eric Zemmour, à l’aube de l’élection présidentielle de 2022.

Par Athena Rivas

Photo : Leïla Slimani aux César, le 28 février 2020, à Paris en France.
Pascal Le Segretain via Getty Images

RELIGION - Leïla Slimani se dit inquiète. L’autrice du prix Goncourt 2016, Chanson Douce, a donné une interview au Parisien ce jeudi 3 février, à l’occasion de la sortie de Regardez-nous danser, le deuxième tome de sa saga populaire : Le Pays des autres. Dans cette série de livres, la romancière raconte l’histoire du Maroc sur plus d’un demi-siècle. Et à l’occasion d’une question du journaliste, elle a confié ses craintes sur la situation identitaire en France.

“Ce qui m’inquiète énormément, c’est cette idée que l’identité serait quelque chose de fixe, qui vous serait donnée de manière presque génétique, que vous seriez Français parce que vous avez la bonne religion ou la bonne couleur de peau”, explique notamment Leïla Slimani au Parisien.

La romancière s’étonne surtout “qu’il y ait si peu de réactions, de colère”, notamment face à l’ascension du candidat Eric Zemmour dans les sondages. Le nom de son parti (Reconquête !), dévoilé en décembre lors de son meeting à Villepinte, heurte la romancière. ”On a quand même un candidat dont le parti a un nom qui fait référence à la Reconquista, une entreprise du XVe siècle qui consistait à mettre dehors une population, presque à la déporter, à moins qu’elle ne se convertisse”.

“Pardon, mais, une France dans laquelle on ne pouvait pas avorter, où l’homosexualité était interdite et où on mettait à la télévision des émissions racistes, moi ça ne me fait franchement pas rêver”, ajoute Leïla Slimani.

“Je pense beaucoup aux gens qu’on appelle les musulmans dans ce pays - je ne sais pas ce que c’est les musulmans, je ne crois qu’aux individus - et qui sont pris en étau entre cette haine raciste et les islamistes. Comme si on nous arrachait notre identité des deux côtés”, conclut-elle.

À voir également sur Le HuffPost : “Cnews n’est pas une chaîne d’opinion”, assure le président de Canal+ Maxime Saada au Sénat

LIRE AUSSI

Pour Leïla Slimani, s’attaquer à une femme voilée la réduit « à ce qu’elle a ou pas sur la tête »
On a relu le « Premier sexe » d’Eric Zemmour et on a quelques questions à lui poser