Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Agressions dans les écoles : l’étude choc

France : Agressions dans les écoles : l’étude choc

mercredi 9 février 2022, par siawi3

Source : https://www.cnews.fr/france/2022-02-07/agressions-dans-les-ecoles-letude-choc-1179833

violences
Agressions dans les écoles : l’étude choc

Par CNEWS

Mis à jour le 07/02/2022 à 07:28 Publié le 07/02/2022 à 07:09

Le constat est alarmant. Une étude de la Fédération des délégués départementaux de l’Education nationale révèle que 44 % des directeurs d’école primaire ont été victimes d’insultes, et 5% ont été frappés, au cours de l’année 2020-2021.

L’étude relève plus précisément une explosion des conflits depuis la crise sanitaire.

Et, si la plupart des violences sont d’abord verbales, et en petite minorité physiques, l’enquête alerte également sur l’émergence de cyberviolences et d’atteintes à la laïcité.

« Chaque personne qui est agressée doit le signaler »

« Nous ne sommes pas sans réaction par rapport à ce phénomène », a réagi sur CNEWS dimanche le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer. « Chaque personne qui est agressée doit le signaler et il y a dans chaque rectorat de France de quoi recueillir ce signalement. Et ensuite au rectorat de réagir », a-t-il ajouté.

Les chiffres ont peu évolué depuis le début du quinquennat, même si certains changements ont eu lieu. « On ne constate pas des différences majeures sur le terrain. Ce que l’on constate en revance c’est que dans les affaires les plus sérieuses, il y a un certain nombre de réflexes qui commencent à être pris par l’institution », explique Jean-Rémi Girard, président du syndicat national des lycées et collèges (SNALC).

Pour résoudre cette lourde problématique, l’étude propose de renforcer le lien de confiance avec les parents en les faisant d’avantage participer à la vie de l’école.

°°°

Source : https://www.la-croix.com/Famille/A-lecole-primaire-pres-dun-directeur-deux-subit-insultes-2022-02-04-1201198641

À l’école primaire, près d’un directeur sur deux subit des insultes

Analyse

Une étude de la Fédération des délégués départementaux de l’éducation nationale révèle que 44 % des directeurs d’école primaire ont été victimes d’insultes au cours de l’année 2020-2021. Il en ressort aussi que 5 % d’entre eux ont été frappés.

Maxime Asseo,

le 04/02/2022 à 18:48

C’est un constat alarmant que dresse Georges Fotinos, ancien inspecteur général de l’éducation nationale. Son étude, menée auprès de 2 953 directeurs et directrices d’écoles pour la Fédération des délégués départementaux de l’éducation nationale, affirme que 44 % d’entre eux ont été insultés et que 5 % d’entre eux ont été frappés au cours de l’année 2020-2021.

RELIRE. Violences à l’école, l’émoi des enseignants

Un chiffre impressionnant mais pas nouveau selon lui. L’étude qu’il avait faite en 2018 révélait déjà que 40 % des directeurs étaient victimes d’insultes. « On ne parle pas souvent de la violence en primaire et le ministère s’y intéresse depuis peu. Pourtant, elle existe depuis des années. » Laurent Hoefman, président du Syndicat national des écoles (SNE), partage ce constat : « En étant moi-même directeur, je sais comment ça se passe et les remontées du terrain le confirment : les agressions verbales sont fréquentes. »

Explosion des différends

Georges Fotinos note toutefois quelques évolutions récentes, comme l’explosion des conflits entre directeurs et parents avec la crise sanitaire. Ainsi 47 % des fonctionnaires interrogés constatent une augmentation des différends sur l’année 2020-2021. « La fermeture des écoles et le protocole sanitaire flou accentuent les relations tendues. Le bouc émissaire, c’est le directeur et c’est vers lui qu’on va se défouler », abonde Laurent Hoefman. Certes, le directeur comprend l’agacement des familles. Mais « cela ne justifie pas les comportements violents », ajoute-t-il, proposant même des sanctions à l’encontre des familles. « Le ministère doit aussi donner plus de moyens aux directeurs pour agir et mieux se préserver », réclame-t-il.

À lire aussi : Comment les enseignants sont préparés à affronter l’agressivité des élèves

Autres nouveautés pointées par l’étude : les actes de cyber-violence à l’encontre des directeurs d’école, eux aussi en très forte augmentation depuis la crise sanitaire. Et les atteintes à la laïcité, « particulièrement à l’école maternelle », affirme Georges Fotinos. Dans son enquête, il précise que la présentation et l’explication de la Charte de la laïcité aux parents sont absentes dans 4 écoles sur 10. « Un frein au fonctionnement harmonieux de la communauté éducative », juge-t-il.

Renforcer la confiance

Face à la recrudescence de ces actes, l’ancien inspecteur général propose de renforcer le lien de confiance avec les parents, en les faisant davantage participer à la vie de l’école grâce à « des projets communs concrets ». Il imagine par exemple une journée avant la rentrée où les parents et les fonctionnaires pourraient partager des activités « pour mieux se connaître ».

À lire aussi : Violences scolaires, les approches qui marchent

La confiance passe aussi par une meilleure compréhension « du vocabulaire et du fonctionnement intérieur de l’école », souligne encore Georges Fotinos qui se veut optimiste : « Les solutions se trouvent toujours dans le collectif. »