Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Indignation en Iran après la décapitation d’une jeune femme par son (...)

Indignation en Iran après la décapitation d’une jeune femme par son mari

dimanche 13 février 2022, par siawi3

Source : https://www.20minutes.fr/monde/3232107-20220208-indignation-iran-apres-decapitation-jeune-femme-mari


Indignation en Iran après la décapitation d’une jeune femme par son mari

FEMINICIDE La diffusion en Iran d’une vidéo virale d’un homme exhibant dans la rue la tête de sa jeune épouse qu’il venait de décapiter a suscité ce mardi choc et indignation dans le pays.

20 Minutes avec AFP

Publié le 08/02/22 à 21h56 — Mis à jour le 08/02/22 à 21h56

Photo : La jeune femme a été assassinée dans la ville de Ahvaz — ATTA KENARE / AFP

Soupçonnée d’adultère, Mona Heidari, 17 ans, a été assassinée dimanche par son mari et son beau-frère à Ahvaz, capitale de la province du Khouzestan dans le sud-ouest de l’Iran, a indiqué l’agence de presse Isna. La vidéo de l’époux paradant dans la rue sourire aux lèvres avec la tête de sa victime est apparue peu de temps après sur le net iranien, bouleversant le pays. Lundi, les deux hommes ont été arrêtés par la police « lors d’un raid dans leur cachette », a annoncé la police locale, citée par l’agence officielle Irna.

« Un être humain a été décapité, sa tête a été exhibée dans les rues et le tueur en était fier. Comment peut-on accepter une telle tragédie ? Nous devons agir pour que les féminicides ne se reproduisent plus », a lancé le quotidien réformateur Sazandegi. « Mona a été victime d’une ignorance dévastatrice, nous sommes tous responsables de ce crime », s’est insurgée pour sa part la cinéaste féministe Tahmineh Milani, sur Instagram.

La loi a des « lacunes »

Réagissant au drame, plusieurs défenseurs des droits humains ont exhorté les autorités à réformer la loi sur la protection des femmes contre la violence conjugale et à augmenter l’âge minimum du mariage pour les filles, fixé actuellement à 13 ans.

Selon les médias locaux, la victime n’avait que 12 ans lors de son mariage et était mère d’un fils de 3 ans lors de sa mort.

Pour l’avocat Ali Mojtahedzadeh, cité par le journal réformateur Shargh, la loi a des « lacunes » concernant la protection des femmes. Elle ne leur octroie pas d’indépendance et échoue à « déterminer rationnellement l’âge légal du mariage afin de mettre fin au mariage d’enfants. » Tout cela « ouvre la voie aux crimes d’honneur », regrette-t-il.

« Il n’y a aucune mesure concrète pour garantir l’application des lois visant à empêcher la violence contre les femmes », a souligné la députée Elham Nadaf, citée par l’agence de presse Ilna. « Les femmes appellent le Parlement à prendre des mesures urgentes pour combler certaines lacunes juridiques et les autorités doivent s’efforcer parallèlement pour élever le niveau de conscience de la population », a déclaré sur Twitter la vice-présidente iranienne chargée des Femmes et des Affaires familiales, Ensieh Khazali.