Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > France : Charonne, un crime d’État - 8 février 1962

France : Charonne, un crime d’État - 8 février 1962

jeudi 10 février 2022, par siawi3

Source :https://la-bas.org/la-bas-magazine/reportages/charonne-un-crime-d-etat

Reportage – Radio 41’37

Violences policières, impunité, une tradition française
Charonne, un crime d’État

Le 9 février 2022

8 février 1962. La police charge, les manifestants s’écrasent dans l’escalier du métro Charonne, les flics cognent et balancent des grilles d’arbres sur la foule. Une manifestation contre l’OAS et pour l’indépendance de l’Algérie. Neuf morts, dont trois femmes et un apprenti de 15 ans.Tous de la CGT. Et beaucoup de blessés. On estime à un million la foule silencieuse qui suit les cercueils, le 13 février.

Le 13 février, une foule immense de Parisiens accompagne le cortège funèbre, de la bourse du travail jusqu’au Père-Lachaise par Là-bas si j’y suis

Soixante ans aujourd’hui, il aura fallu soixante ans pour que l’État du bout des lèvres rende hommage aux victimes à travers un communiqué de l’Élysée. Mais qui est vraiment responsable de ce massacre ? Depuis soixante ans, témoins, militants, historiens, ou simples citoyens n’ont cessé de lutter contre l’effacement et pour la reconnaissance de ce crime d’État. Et ce combat continue.

Nous avons consacré plusieurs émissions sur Charonne. Voici celle de 2002, avec Pierre Vidal-Naquet, Alain Cuniot, Didier Daeninckx, et nos amis de la Compagnie Jolie Môme qui avaient créé une chanson pour ce reportage. Sans oublier Leny Escudero...

Écouter le reportage ici 41:37

Programmation musicale :
- Anna Marly : Avec l’Algérie Française, avec Massu & Salan
- Compagnie Jolie Môme : Charonne
- Leny Escudero : Je t’attends à Charonne

°

25/02/20
Texte à l’appui – Articles
CHARONNE, UN MASSACRE D’ÉTAT
Lire
Ni banderoles, ni slogans. Une marche funèbre au loin, les portraits des victimes et le silence innombrable des pas. Jamais Paris n’avait vu autant de fleurs, autant de foule, autant de visages graves. Nous sommes un million, disait (...)

Répression Mémoire