Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Au Pakistan, un malade mental accusé de blasphème lapidé à mort

Au Pakistan, un malade mental accusé de blasphème lapidé à mort

dimanche 13 février 2022, par siawi3

Source : https://www.lefigaro.fr/international/au-pakistan-un-malade-mental-accuse-de-blapheme-lapide-a-mort-20220213

Au Pakistan, un malade mental accusé de blasphème lapidé à mort

Par Le Figaro avec AFP

Publié le 13.02.22 il y a 7 heures, Mis à jour il y a 7 heures

Photo : Une foule en colère a lapidé à mort au Pakistan un malade mental accusé d’avoir brûlé des pages du Coran. AFP

L’homme a été lynché par la foule dans un village du Pendjab, après avoir été accusé d’avoir brûlé des pages du Coran.

Une foule en colère a lapidé à mort au Pakistan un malade mental accusé d’avoir brûlé des pages du Coran, ont indiqué dimanche les autorités, dévoilant un nouveau cas de violence liée au blasphème.

Des dizaines de personnes ont été arrêtées à la suite de ce lynchage, qui s’est produit samedi soir dans un village reculé de la province du Pendjab, a précisé Tahir Ashrafi, représentant spécial du Premier ministre pour l’harmonie religieuse. « Qui pourrait justifier l’acte barbare consistant à lapider à mort un malade mental ? », a déploré Ashrafi lors d’une conférence de presse télévisée dans le district de Khanewal, où le lynchage a eu lieu.

À lire aussi : Le Vatican va étudier la cause d’Akash Bashir, mort en empêchant un attentat au Pakistan

« La famille de cet homme dit qu’il était malade mental et que sa santé mentale était défaillante depuis 10 à 15 ans », a-t-il commenté. « Tuer des gens en fonction de votre propre interprétation de la religion, cela n’est pas la religion de mon prophète », a-t-il ajouté.

Enquête à la demande du premier ministre

Le premier ministre Imran Khan a déclaré via Twitter que son gouvernement avait « une tolérance zéro pour quiconque fait sa propre loi », ajoutant que « les lynchages collectifs seront traités avec toute la sévérité prévue par la loi ». Il a diligenté une enquête portant notamment sur la police « qui a manqué à son devoir ».

Au Pakistan, la moindre suggestion d’une insulte à l’islam peut provoquer un lynchage. Les groupes de défense des droits civils expliquent que les accusations de blasphème sont souvent brandies pour régler des comptes personnels et que les minorités sont souvent prises pour cible.

À lire aussi : Pakistan : un Sri Lankais accusé de blasphème lynché à mort, une centaine de personnes arrêtées

Ce nouveau meurtre est survenu environ deux mois après l’assassinat d’un directeur d’usine sri-lankais également accusé de blasphème, qui a été battu à mort et brûlé par une foule dans la ville de Sialkot, également au Pendjab. En avril 2017, une foule en colère avait tué un étudiant, Mashal Khan, accusé d’avoir publié des contenus blasphématoires en ligne. Et 2014, un couple de chrétiens avait été brûlé dans un four au Pendjab, après avoir été faussement accusés de profaner le Coran.

À VOIR AUSSI - Pakistan : un Sri-lankais accusé de blasphème battu à mort et immolé par le feu par une une foule

La rédaction vous conseille
Mathieu Bock-Côté : « Asia Bibi, la vraie valeur du droit d’asile »