Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Inde : Cessez d’infecter les campus universitaires avec le poison (...)

Inde : Cessez d’infecter les campus universitaires avec le poison communautariste

Communiqué de presse : Les Musulmans Indiens pour une Démocratie Laïque

lundi 14 février 2022, par siawi3

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Source : siawi.org le 14.02.22

Musulmans Indiens pour une Démocratie Laïque - IMSD
Communiqué de presse

11.02.22

Cessez d’infecter les campus universitaires avec le poison communautariste

Les Musulmans Indiens pour une Démocratie Laïque condamnent fermement la tentative menée par les forces hindouistes et le gouvernement BJP du Karnataka d’entrainer les campus éducatifs dans l’incendie communautariste qui ravage déjà cet Etat.

La question de savoir si les élèves musulmanes devraient ou pas être autorisées à porter un hijab dans les collèges où le port d’un uniforme est requis, c’ est une question qui doit être résolue entre les filles musulmanes qui font de l’agitation et la direction des collèges concernés. Mais en un clin d’œil le conflit a été transformé en un conflit entre Hindous et Musulmans par les jeunes manifestants hindouistes porteurs d’écharpes safran (couleur de l’Hindutva). Les campus ont ainsi été transformés une nouvelle fois en terrain de jeu pour le BJP et autres extrême-droite hindouistes tenants de la majorité.

Les Musulmans Indiens pour une Démocratie Laïque acceptent le principe de l’uniforme dans les collèges et établissements d’enseignement pré-universitaires pourvu que ceux-ci soient religieusement neutres et non discriminatoires. Cependant nous soupçonnons fortement que la décision abrupte et unilatérale de certains de ces collèges d’interdire l’entrée des classes aux filles musulmanes portant le hidjab est moins inspirée par des principes élevés que par la capitulation devant des politiques de division.

En même temps, les Musulmans Indiens pour une Démocratie Laïque sont en désaccord avec les manifestantes musulmanes sur le fait que leurs demandes s’appuient sur les droits fondamentaux garantis par la Constitution de liberté religieuse. Il se peut que ce soit là les croyances de religieux orthodoxes et patriarcaux, mais tous les érudits musulmans modernes, femmes et hommes, affirment à juste titre que le hidjab n’a rien à faire avec les enseignements du Coran et du Prophète. Le voile, autrement dit, n’est pas une obligation en Islam.

Tout ce que le Coran requiert des musulmans, hommes et femmes, est de porter un vêtement « modeste » et « décent ». En dehors de ceci, le Coran ne prône aucun style de vêtement en particulier. La façon de se vêtir des hommes et des femmes diffère selon les pays et les cultures. Pour autant qu’ils soient « modestes » et « décents », les musulmans sont libres d’adopter tout style de vêtement.

Il faut noter que des vents de changement ont soufflé sur l’ensemble du monde musulman au cours des dernières décennies. Même le très controversé Prince Mohamad Bin Salman de l’autrefois très conservatrice Arabie Saoudite s’est publiquement prononcé, avec le soutien des religieux saoudiens les plus érudits, sur le fait que les femmes de ce pays n’avaient pas l’obligation de se couvrir la tête ( hidjab) ni de porter l’abaya couvrant entièrement le corps, pour autant que leur vêtement reste « décent et respectueux ».

Les Musulmans Indiens pour une Démocratie Laïque respectent le droit des femmes de choisir leurs vêtements. Mais ce choix ne peut s’opposer au droit de la direction de établissements d’enseignement à prescrire un uniforme religieusement neutre et non discriminatoire sur les campus. De plus, nous sommes conscients que les obscurantistes parmi les musulmans imposent le hijab à des fillettes de 5 ans.

Les Musulmans Indiens pour une Démocratie Laïque en appellent à toutes les sections de la société indienne pour soutenir les principes laïques et progressistes inscrits dans notre Constitution et aspirent à maintenir la paix et l’harmonie sur nos campus et dans la société en général.

Traduit de l’anglais
par marieme helie lucas

14.02.22