Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Voile dans le sport : Marlène Schiappa recadre Elisabeth Moreno sur (...)

France : Voile dans le sport : Marlène Schiappa recadre Elisabeth Moreno sur son soutien aux Hijabeuses

mercredi 16 février 2022, par siawi3

Source :https://www.nouvelobs.com/societe/20220215.OBS54501/marlene-schiappa-recadre-elisabeth-moreno-sur-son-soutien-aux-hijabeuses.html


Voile dans le sport : Marlène Schiappa recadre Elisabeth Moreno sur son soutien aux Hijabeuses

Photo : Le collectif Les Hijabeuses mène depuis le mois de novembre 2021 une action en justice contre la FFF, qui entend interdire le port de signes religieux ostentatoires durant les compétitions sportives. (Alliance Citoyenne)

L’ancienne ministre de l’Egalité femmes-hommes a clarifié la position du gouvernement sur la laïcité, contredisant au passage sa successeure. Les Hijabeuses militent pour le droit de porter le voile islamique durant les compétitions sportives.

Par Emma Poesy

Publié le 15 février 2022 à 12h58 · Mis à jour le 15 février 2022 à 13h06

Marlène Schiappa contredit Elisabeth Moreno après ses propos. En fin de semaine dernière, la ministre chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes avait apporté son soutien au groupe Les Hijabeuses, qui milite pour le droit à porter le voile pendant les compétitions sportives. Les femmes « ont le droit de porter le voile islamique pour jouer » au foot, assurait-elle alors.

Lire aussi : Où va la laïcité ? Le débat entre Patrick Weil et Jean-Michel Blanquer

Invitée ce mardi 15 février sur RMC, Marlène Schiappa a rectifié les propos de la ministre en évoquant une « maladresse », avant de rappeler que sa position, en tant que ministre déléguée en charge de la Citoyenneté – et de la laïcité –, constituait la ligne de l’ensemble du gouvernement. « Luttons contre l’islamisme radical, soutenons la FFF [Fédération française de Football, NDLR]. Nous ne soutenons pas l’action intentée en justice par Les Hijabeuses, le prosélytisme n’a pas sa place dans le sport », a-t-elle affirmé, avant d’évoquer la place à part du voile islamique, rappelant que des femmes dans le monde « fuient la lapidation » parce qu’elles refuseraient de le porter.

Lors d’un passage sur Europe 1, le 11 février dernier, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait déjà rappelé qu’Elisabeth Moreno « ne soutenait évidemment pas une association qui vise à faire du prosélytisme, qui viserait à mettre le port du voile comme une condition pour pouvoir pratiquer le sport ».

Fracture au sein de la majorité

Le dissensus perdure au sein de la majorité, qui marche sur un fil, entre volonté de soutenir l’action de la FFF, qui interdit « tout port de signe ou tenue manifestant ostensiblement une appartenance politique, philosophique, religieuse ou syndicale », et de se tenir à bonne distance des prises de position du groupe LR, qui a adopté le 19 janvier au Sénat un amendement interdisant « le port de signes religieux ostensibles » durant des « événements sportifs et compétitions sportives organisées par les fédérations sportives ».

Lire aussi : « La laïcité n’est pas une identité, et n’a pas la fonction d’exclure », par Olivier Abel

L’amendement initialement voté par le Sénat, abrogé par le groupe LREM à l’Assemblée nationale, a divisé les députés au sein de la majorité, qui ont, pour certains, soutenu la proposition de LR. A l’instar d’Aurore Bergé, présidente déléguée du groupe LREM à l’Assemblée nationale, qui a indiqué avoir voté contre l’abrogation de l’amendement « pour dire qu’il ne fallait aucun prosélytisme, ni politique ni religieux dans le sport ».

« Pour moi la question n’est pas juste la question du hijab : c’est que sur un terrain de sport, la religion n’a rien à y faire, n’a pas sa place » a martelé la députée. « En aucune manière le hijab est un facteur d’émancipation des femmes. Ceux qui veulent le faire croire sont des tartuffes », a-t-elle ajouté, en faisant référence aux propos tenus par Elisabeth Moreno.

« Le voile confère à l’islamisme une identité publicitaire »

La ministre avait toutefois souligné auprès de l’AFP ne pas croire « que le port du voile favorise l’émancipation des femmes » et précisé qu’elle ne défend « nullement l’existence d’associations sportives qui assumeraient explicitement de faire du port du voile une condition d’adhésion et une forme de revendication identitaire ».

Une position également soutenue par la ministre des Sports Roxana Maracineanu, qui expliquait au micro d’Apolline de Malherbe que la neutralité dans le sport était un « non-sujet » à ses yeux et que le port du voile ne posait pas de problème.

Par Emma Poesy