Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Emmanuel Macron contaminé par le variant lyonnais de l’islamisme  (...)

France : Emmanuel Macron contaminé par le variant lyonnais de l’islamisme ?

jeudi 24 février 2022, par siawi3

Source : http://mlouizi.unblog.fr/2022/01/03/emmanuel-macron-contamine-par-le-variant-lyonnais-de-lislamisme/


Emmanuel Macron contaminé par le variant lyonnais de l’islamisme ?

3 01 2022

Illustration : 1-Macron-LIM-Kabtane

Par : Mohamed LOUIZI

Le jour de Noël, le « bien renseigné » Mohamed Sifaoui a publié dans le JDD un article intitulé « Le gouvernement réorganise le culte musulman ». On y apprend que l’Etat a acté officiellement la mort du CFCM (Conseil français du culte musulman), créé par Nicolas Sarkozy en 2003. Son poulain, Gérald Darmanin, s’apprête désormais à l’enterrer, faute de places en réanimation paraît-il, après l’avoir transformé en « coquille vide ». L’Etat songerait désormais à créer le FORIF (Forum de l’Islam de France), articulé autour de quatre axes : la gestion des aumôniers musulmans (des hôpitaux, des armées et des prisons), la formation des imams et autres cadres associatifs musulmans, l’application des règles du droit canonique islamique dans le respect de la loi du 24 août 2021 confortant « le respect des principes de la République » et le recensement des actes antimusulmans, comme s’il fallait ressusciter le CCIF

Si l’Etat a raison de reprocher au CFCM son immobilisme et de ne pas avoir joué pleinement son rôle depuis sa création – encore fallait-il que ce rôle eût été bien défini – l’Etat a tort d’imputer toute la faute à ce pauvre conseil. En effet, la responsabilité de l’Etat est pleinement engagée depuis sa naissance. N’est-ce pas l’Etat qui a décidé d’intégrer les intégristes, notamment les Frères musulmans, en son sein ? Ne les avait-il pas favorisés par l’instauration, entre autres mesures opaques, d’une règle de représentativité du culte musulman indexée sur la surface métrique des mosquées ? N’est-ce pas l’Etat qui a donné un pouvoir prépondérant aux islams consulaires algérien, turc et marocain ?

Cela étant dit, dans ce même article du JDD, et au sujet de la formation des imams, pour ainsi préparer l’échéance de 2024 et la fin du statut des « imams détachés »[1] (Algériens, Turcs et Marocains), on apprend que « le ministère de l’Intérieur pense s’appuyer sur l’expérience lyonnaise, jugée « satisfaisante » ». Et Mohamed Sifaoui d’ajouter : « La mosquée de Lyon, soutenue par des mécènes, a lancé, en partenariat avec une université lyonnaise, un diplôme universitaire garantissant aux imams une formation profane en plus de la formation théologique. »[2] Mais de quelle « expérience lyonnaise » parle-t-il ? Qui dirige « la mosquée de Lyon » ? Quels « mécènes » soutiennent-ils, financièrement et moralement, cette mosquée ? Dans quel but et pour quels intérêts ? Et de quelles « formations profane et théologique » parle-t-on ? L’article de Mohamed Sifaoui n’aborde pas ces questions, pourtant cruciales et capitales, qui permettraient au citoyen d’avoir les clefs pour apprécier au plus juste le nouveau « projet » islamique du couple Macron-Darmanin. Décryptage.

Illustration : 2-Inauguration IFCM 4 LIM

Pour comprendre de quelle « expérience lyonnaise » il s’agit, il faut d’abord retenir deux abréviations : GML et IFCMGML pour désigner « Grande Mosquée de Lyon ». IFCM pour désigner « Institut Français de la Civilisation Musulmane ». Ces deux structures sont pilotées, conjointement, par un certain Kamel Kabtane[3]. Un vieux briscard algérien de la cause islamique en France de l’acabit d’autres notables frérosalafistes, comme Amar Lasfar, Tareq Oubrou, Anouar Kbibech ainsi que d’autres émissaires de « l’islam consulaire », à l’image de l’Algérien Chems-Eddine Hafiz[4], du Marocain Mohammed Moussaoui et du Turc Ahmet Öğraş.

Kamel Kabtane coche plusieurs cases et cumule plusieurs titres. Il est le recteur de la GML, le président-fondateur de l’IFCM et le président-fondateur aussi de l’ARGML[5] : un organisme de contrôle et de certification « halal » des viandes, produits agro-alimentaires, produits d’hygiène et cosmétiques. En somme, un baron bien vu par des représentants français[6] comme par l’influenceuse saoudienne wahhabite : la Ligue Islamique Mondiale. Son secret ? Il sait parler aux médias, aux politiques et aux mécènes pétrodollars. Il met la culture au service du culte et le culte au service du marché.

À l’image de nombreux islamistes du courant frériste dont il demeure très proche, animé par une vision intégrale voire intégriste de l’islam, il a voulu depuis les années 80 que sa mosquée à Lyon ne soit pas simplement un lieu de culte, au strict sens de la loi 1905, mais un lieu qui inspire la vision globalisante d’une religion qui plus qu’une simple religion serait un mode de vie, une culture et une civilisation. Une mosquée qui, à dire vrai, est en phase en tout point avec la « Stratégie de l’action culturelle islamique à l’extérieur du monde islamique »[7], adoptée au Qatar en 2000, sous l’égide de l’ISESCO (Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture).

Dans cette stratégie visant la conquête de l’Occident par des moyens complémentaires aux moyens jihadistes, il est question de défendre l’image d’un « islam authentique » et de le présenter sous les traits d’une civilisation millénaire, brillante, de « paix et d’amour » et prétendument capable de dominer voire de remplacer, à terme et comme l’espèrent les islamistes, la civilisation occidentale. Jean-Frédéric Poisson interroge et analyse finement cette stratégie dans son essai L’islam à la conquête de l’Occident[8] dont je recommande vivement la lecture, pour approcher « l’expérience lyonnaise », en phase avec la stratégie précitée, qui séduit l’exécutif macronien.

Illustration : 3-ISESCO-LIM

Durant plusieurs années, la GML assurait cette double-fonction cultuelle et culturelle, sans que l’on puisse savoir exactement où commence la culture et où s’arrête le prosélytisme islamiste. Kamel Kabtane s’associait même au Ministère des affaires religieuses saoudiennes pour organiser en juillet 2013, un séminaire sur le thème de « L’accueil du Ramadan et le droit du jeûne », en présence d’un imam sulfureux du nom de Youssef Ibram. J’y reviendrai. Que vient faire l’Arabie Saoudite dans une mosquée à Lyon ?

Là où les fidèles se prosternent pour prier Allah, Kamel Kabtane organisait des conférences-débats, des colloques et des séminaires à l’empreinte et au contenu frérosalafiste évident. Au-dessus du tapis de prière, ses fidèles installaient des chaises et des tables pour que des conférenciers internationaux sulfureux, à qui l’on a l’habitude de sous-traiter la radicalisation islamiste, venaient prêcher les rudiments de l’islam politique.

Illustration : 4-GML-IFCM-SEMINAIRE-2013

Le 28 mai 2011, Kamel Kabtane a organisé dans sa GML, en partenariat naturellement avec son IFCM, un séminaire international sur le thème « L’Islam dans l’espace Européen, sa pratique et ses limites ». Il y a invité, entre autres islamistes, le frère musulman tunisien, Noureddine al-Khadmi, issu du parti islamiste Ennahda et qui a occupé à Tunis le poste de ministre des affaires religieuses entre 2011 et 2014. En 2015, il a été limogé de son poste d’imam-prédicateur par ce même Ministère. On lui reprocha de faire partie « des imams qui ont encouragé les salafistes et leur discours radical »[9], enregistrement vidéo d’al-Jazeera à l’appui.

Aussi, les 21 et 22 juin 2013, Kamel Kabtane a organisé dans sa GML, toujours en partenariat avec son IFCM, un autre séminaire international sur le thème « L’islam dans l’espace européen : le texte divin, sa compréhension et sa pratique dans la société européenne ». Comme invités de marque, on note l’Egyptien frérosalafiste antisémite et misogyne notoire, Omar Abdelkafy[10], le Saoudien Abderrahmane Zénidi, le Marocain Youssef Ibram[11] précité, installé à Genève et dont les positions pro-charia sont légende. Le même Youssef Ibram continue d’ailleurs d’être invité par le recteur Kamel Kabtane, y compris en période de confinement. Le 5 mai 2020, présenté comme « ancien membre du Conseil européen de la fatwa » – officine des Frères musulmans en Europe, présidée il y a quelques années par Youssef al-Qaradawi – il a animé pour le compte de la GML une conférence, en distanciel, intitulée « Rôle et place de la jeunesse en Islam »[12].

Illustration : 5-GML-YOussef-IBRAM-2

Les liens du recteur Kamel Kabtane avec l’islam politique et les Frères musulmans, en particulier, ne se limitent pas aux invitations aux colloques et aux séminaires qu’organise la GML sous couvert de l’IFCM. La GML est main dans la main avec les Frères musulmans. Et ce, depuis plusieurs années. En 2006, Kabtane a manifesté avec des Frères musulmans devant le rectorat contre le refus du recteur de l’Académie d’autoriser l’ouverture du Lycée privé (islamiste) Al-Kindi[13], dont le fondateur est le frère musulman Nazir Hakim, impliqué dans un réseau de trafic d’armes en faveur d’une milice djihadiste syrienne, liée à al-Qaïda[14].

D’ailleurs, en 2011, une note Wikileaks avait révélé qu’une « dizaine de mosquées et centres islamiques [à travers le monde, ndlr] ont été utilisées par al-Qaida pour recruter, aider et entraîner ses militants, de Karachi à Montréal et de Lyon au Caire, selon une liste dressée par le Pentagone »[15]. Kamel Kabtane avait rejeté les accusations du Pentagone visant la GML. Il exigea un démenti[16] et menaça de porter plainte contre les Etats-Unis d’Amérique[17].

Sauf erreur de ma part, les Américains n’ont jamais publié de démenti. Question : pourquoi ? Kamel Kabtane n’a pas porté plainte contre le Pentagone. Question : pourquoi ? L’effet d’annonce aurait-il suffi pour traverser la tempête ? On peut le penser. Toutefois, il peut se réjouir de l’appui sans faille de la Préfecture du Rhône, en la personne de Jean-François Carenco – ex-préfet et actuel président de la Commission de la régulation de l’énergie – qui a publié un démenti blanchissant la GML de tout lien avec le terrorisme[18]. Circulez y’a rien à voir ? J’ouvre une parenthèse : il serait intéressant d’enquêter sur les responsabilités de certains préfets et hauts fonctionnaires dans l’accompagnement passif des islamistes dits « fréquentables », et dans leur implantation pérenne sur de nombreux territoires. Bien des élus et des maires se plaignent du manque d’informations et d’alertes suffisantes de la part des services préfectoraux au sujet des islamistes. Je ferme la parenthèse.

En 2018, la GML de Kamel Kabtane a également permis à l’organisation SIF (Secours Islamique France), dite « humanitaire » et affiliée aux Frères musulmans à travers l’Islamic Relief que finance la Commission Européenne, selon un rapport factuel datant d’octobre 2021[19], de collecter la somme de 140.000€ pour prétendument soutenir les Rohingyas[20]. Depuis plusieurs années, Kamel Kabtane forme un tandem avec le frère musulman Azzedine Gaci (membre-cadre de « Musulmans de France », ex-UOIF[21]) avec qui il a lancé un appel en 2017 pour soutenir cette minorité[22].

Illustration : 6-GML-SIF

Kamel Kabtane et le frère musulman Azzedine Gaci, presque inséparables, sont tous les deux décorés de la Légion d’honneur[23]-[24], à l’image d’autres activistes de l’islam politique (Rachid Lahlou[25], Anouar Kbibech[26], Tareq Oubrou[27], Abdelhaq Nabaoui[28], etc.), certainement pour loyaux services rendus à la République. Des décorations qui ne peuvent avoir lieu sans l’avis favorable et l’appui des préfets et des hauts fonctionnaires chargés du dossier du culte musulman et qui sont censés éclairer les choix des élus. Kamel Kabtane et Azzedine Gaci ont tous les deux cosigné un communiqué pour demander la libération de Tariq Ramadan[29]. Tous les deux, pour défendre le petit-fils d’Hassan al-Banna accusé de nombreux viols, ont fustigé un « régime d’exception et la sévérité appliquée à cet intellectuel de renom, reconnu et respecté au sein des musulmans de France »[30] disent-ils.

Illustration : CTIR-KABTANE-GACI

C’est à la GML que le tandem Kabtane-Gaci a réuni et fondé en 2018 le CTIR[31] (Conseil théologique des imams du Rhône) après avoir signé, à la Préfecture en 2016, une « charte » liant la Préfecture et des mosquée[32], y compris des mosquées frérosalafistes, un an après les attentats de Charlie Hebdo. Ce même tandem a refusé en janvier 2021 de signer la « Charte des principes de l’islam », pourtant voulu par Emmanuel Macron[33]. Kabtane et Gaci « ne se retrouvent pas dans cette charte établie sans consultation et sans concertation préalable avec la base »[34]. Malgré cela, l’Elysée serait désormais séduit par « l’expérience lyonnaise » ?

Illustration : 7-Tandem-Gaci-Kabtane

Par ailleurs, les positions de Kamel Kabtane ont de quoi interpeller. Déjà, en 2004, quand la justice française avait décidé de limoger l’imam algérien radical prêchant à la mosquée de Vénissieux, Abdelkader Bouziane, le recteur Kamel Kabtane avait critiqué la décision de l’Etat en défendant cet imam polygame : « Bouziane, je le connais depuis quinze ans, c’est tout sauf un activiste. Son seul centre d’intérêt, c’est le Coran. »[35].

Quelques années plus tard, en 2012, rebelote, le recteur Kamel Kabtane a pris la défense de l’imam tunisien radical, Mohammad Hammami[36], prêchant à la mosquée Omar à Paris. Il aurait signé une pétition de soutien à cet extrémiste et l’aurait qualifié d’ « imam modéré »[37]. Le Ministère de l’Intérieur avait justifié cette expulsion dans un communiqué datant du 8 octobre 2012 en ces termes : « l’imam Mohamed HAMMAMI a tenu des propos ouvertement hostiles envers les valeurs de la République. Il a valorisé le djihad violent, proféré des propos antisémites et justifié le recours à la violence et aux châtiments corporels contre les femmes. »[38] Comment le recteur de la GML aurait-il pu signer une telle pétition ? La fraternité islamique justifie amplement une telle solidarité.

Illustration : 8-Bouziane-Hammami

Quand les locaux de Charlie Hebdo ont été incendié en 2011, Kamel Kabtane s’est illustré par un soutien avec deux « mais » fidèles à la rhétorique islamiste. En se disant « choqué » par des dessins satiriques, il a dégainé son premier « mais », je cite : « Je suis obstinément contre toute action qui utilise la violence pour se faire entendre et s’exprimer. Mais Charlie Hebdo joue aux pompiers pyromanes depuis des années en voulant utiliser les symboles importants de l’Islam pour s’attaquer aux musulmans. »[39] Et Kamel Kabtane de rajouter, en dégainant son deuxième « mais » : « J’approuve et je défends la liberté d’expression. Mais quand on s’attaque aux principes fondamentaux de la religion, c’est de la provocation. C’est s’attaquer à l’ensemble de la communauté musulmane. L’humour ne doit pas aborder les symboles forts de la religion. »[40] Les familles des victimes du terrorisme islamiste apprécieront.

Kamel Kabtane est aussi un imam qui fait de la politique et le fait savoir. En 2002, aux élections présidentielles, il a voté contre le socialiste Lionel Jospin en lui reprochant son « soutien fidèle et inconditionnel à l’Etat d’Israël »[41] sans avoir « un mot pour les souffrances du peuple palestinien »[42] disait-il. Fils d’un père algérien musulman et d’une mère d’origine juive, il n’est certainement pas antisémite. Toujours est-il que pour se dresser contre Israël[43], il s’est associé à des antisémites notoires comme en 2009. Récemment, en 2017, le tandem Kabtane-Gaci a annulé une invitation à l’ambassade des Etats-Unis pour contester la décision de Donald Trump de reconnaitre Jérusalem comme capitale d’Israël[44]. Qui a dit qu’un recteur d’une mosquée ne s’occupait pas, aux titres de ses fonctions cultuelles, de la politique internationale et du conflit israélo-palestinien ?

Illustration : 9-Jospin-Israël-2000

On l’a compris, Kamel Kabtane, comme tous les recteurs de toutes les mosquées-cathédrales dominées par l’idéologie des Frères musulmans, veut peser politiquement. En 2017, à la veille du premier tour, il a encouragé ses fidèles à aller voter. Au second tour, il a appelé à voter pour Emmanuel Macron, sans ambiguïté[45]. Il l’a aussi félicité pour sa victoire[46].

S’il est désormais établi qu’il veut peser politiquement, ce qui l’intéresse en priorité, en tant qu’homme fort de « l’expérience lyonnaise », et intéresse ses mécènes, notamment Saoudiens, s’est de peser et de gagner la bataille théologique et intellectuelle. La bataille des dogmes et des idées. Pour cela il faut former des hommes et des femmes. Il faut de l’argent, un grand bâtiment, des partenaires et des soutiens politiques et médiatiques solides.

Pour une question d’image, d’attractivité, mais pas que, l’IFCM devrait se séparer physiquement (mais pas idéologiquement) de la GML. La dernière décennie fut décisive pour son projet. Un travail acharné a été livré sur le front politique comme sur celui du financement. Kamel Kabtane a livré bataille et a gagné son pari. En 2016, c’est le socialiste Bernard Cazeneuve en personne, alors ministre de l’Intérieur, qui a posé la première pierre de l’IFCM à côté de Gérard Collomb, le maire de Lyon[47]. Le 19 septembre 2019, c’est au tour de Christophe Castaner, en sa qualité de ministre de l’Intérieur, d’inaugurer l’IFCM à côté de Mohamed ibn Abdelkarim al-Issa, le secrétaire général de la LIM saoudienne wahhabite, ainsi qu’à côté d’autres notables[48].

Illustration : 10-CAZENEUVEPose-Pierre-IFCM-1

On se souvient qu’Emmanuel Macron[49] était annoncé comme participant à une conférence coorganisée par la LIM, une semaine auparavant, au Palais Brongniart à Paris… La contestation sur les réseaux sociaux a eu raison de cette participation présidentielle. Toutefois, la question demeure entière : comment la présidence de la République avait-elle envisagé de se joindre au secrétaire général de la LIM qui justifie, dans sa thèse de doctorat, de faire couler le sang des apostats[50] ? On murmure sans certitude que le Saoudien Mohamed ibn Abdelkarim al-Issa aurait changé mais il manque des preuves. On attend toujours ses publications qui rejettent nettement, clairement, les textes qu’il a défendus dans sa thèse de doctorat et dans ses publications postérieures ainsi qu’au cours de son exercice judiciaire. On attend aussi qu’il réponde à la « lettre ouverte »[51], en arabe, que l’intellectuel soudanais Abdullah al-Faqi al-Bashir lui a adressé le 29 juillet 2020, demandant à la Ligue Islamique Mondiale d’abroger sa « fatwa » du 18 mars 1975 excommuniant, condamnant à la mort et conduisant à la pendaison le réformateur soudanais Mahmoud Mohamed Taha, le « Ghandi africain »[52], à l’âge de soixante-seize ans, un 18 janvier 1985. Va-t-il le faire ?

Illustration : 11-CASTANER-KABTANE-LIM-IFCM

Retour à Lyon. Selon une plaquette de l’IFCM, « le coût total du projet de construction et d’équipement de l’IFCM s’élève à 11,3 millions d’euros TTC. L’apport des institutions publiques est de 3 millions d’euros répartis entre l’Etat (1 million d’euros), la Ville de Lyon (1 million d’euros) et la Métropole de Lyon (1 million d’euros). La ligue islamique mondiale a participé dans un premier temps à hauteur de 1,5 million d’euros. Le financement sera complété par des fonds propres (à hauteur de 2 millions d’euros) et des partenariats publics extérieurs. »[53] Dans un article en arabe, on apprend que l’Algérie aurait financé ce projet à hauteur de 2 millions d’euros[54]. L’Etat, la Métropole lyonnaise et la ville de Lyon ont donc participé au financement de l’IFCM, l’autre facette de la Grand Mosquée de Lyon, à côté de la Ligue Islamique Mondiale saoudienne.

Seule la région Rhône-Alpes, présidée par Laurent Wauquiez, a refusé de financer ce projet, non sur la base de considérations relatives à la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat de 1905, mais pour motif de refus des ingérences de puissances étrangères. Dans une lettre adressée au recteur de la GML, Laurent Wauquiez a expliqué que le Conseil Régional qu’il préside refuse « que viennent s’immiscer de manière significative des États étrangers par le biais du financement de l’IFCM »[55]. Kamel Kabtane n’était pas de cet avis. Il a adressé à son tour une lettre à Laurent Wauquiez. Il a mis l’accent sur une prétendue « indépendance » de l’IFCM, qui offrirait comme « garantie » le fait que sa gouvernance serait encadrée par la présence dans les organes décisionnels de représentants des pouvoirs publics, issus de la Ville de Lyon, de la Métropole lyonnaise ainsi que deux universitaires et trois personnalités[56]…

Illustration : 12-Laurent-Wauquiez-IFCM-REFUS-REGION

On devrait être rassuré, mais cette manœuvre n’est pas nouvelle. Le frère musulman Amar Lasfar que Kamel Kabtane connaît très bien, l’avait déjà utilisée, une décennie auparavant, pour ainsi donner quasiment les mêmes garanties aux pouvoirs publics, quand il a souhaité solliciter la signature du contrat d’association avec l’Etat, avec le Ministère de l’Education nationale, qui permet depuis 2008 aux enseignants du Lycée Averroès à Lille-Sud, géré par des islamistes, d’être payés par l’argent du contribuable et qui permet aussi à ce lycée de bénéficier, y compris par le concours de la justice et du Conseil d’Etat, de diverses subventions locales, départementales et régionales[57].

En effet, dans les organes décisionnels de l’association Averroès gérant ce lycée, on trouve de nombreuses « cautions » politiques élues au Conseil Départemental du Nord, aux conseils municipaux de certaines mairies de la Métropole lilloise. Aujourd’hui, avec le recul et les scandales successifs de la direction islamiste du lycée, depuis le procès[58] perdu par les Frères musulmans en 2017, en passant par les révélations de l’enquête Qatar Papers[59] de Christian Chesnot et George Malbrunot, on sait désormais ce que valent ces garanties de façade. Rien.

Illustration : 13-LASFAR-SOUSSAN-AVERROES

L’histoire retiendra que c’est sous la présidence d’Emmanuel Macron que l’IFCM a été inauguré en grande pompe en 2019. Elle retiendra aussi que c’est son ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner[60], qui a coupé symboliquement un bout du ruban devant la porte de ce bâtiment mais sans couper les liens avec le pétrodollar wahhabite saoudien, bien au contraire ! Au plus haut sommet de l’Etat, on cautionne donc un projet aux allures « culturelles » mais sous le contrôle d’un « lieu de culte » ravagé par l’idéologie frérosalafiste et d’une organisation internationale, la Ligue Islamique Mondiale, coupable depuis plus de quarante ans d’avoir propagé le wahhabisme et le frérosalafisme en France, en Europe et dans le monde entier.

Aujourd’hui, cet attelage islamiste voudrait aussi former des prétendus « imams républicains », en partenariat avec l’Université catholique de Lyon. L’avenir du mal nommé « islam de France » sourira certainement à celui qui formera des imams certifiés « républicains » : une nouvelle AOP est en marche mais qui pourrait s’en réjouir ? Kamel Kabtane et ses amis Frères musulmans, certainement.

Le recteur de la GML, soutenu par les Saoudiens, a très bien senti l’avènement de ce nouveau marché et les parts qu’il peut y prendre. Il l’a très bien compris depuis fort longtemps et a pris les devants. D’ailleurs, avant même la pose de la première pierre de l’IFCM, Kamel Kabtane a reçu un autre soutien de poids : celui de Manuel Valls. Lui aussi, quand il était ministre de l’Intérieur sous la présidence de François Hollande, s’était rendu en juillet 2013 à la GML, officiellement pour « la rupture du jeûne de Ramadan »[61]. Tout un symbole ! Ensuite, en octobre de la même année, Manuel Valls et Kamel Kabtane avaient trinqué ensemble dans les locaux de la Préfecture du Rhône[62]. Kamel Kabtane avait bu du jus d’orange. L’occasion ? Le ministre de l’Intérieur s’y était rendu pour remettre des certificats de « Connaissance de la laïcité »[63]-[64] à des présumés « cadres musulmans ».

Illustration : 14-VALLS-KABTANE-IFCM

Comme si les problèmes divers et variés, que pose l’islamisme à la France, étaient la conséquence directe d’une mauvaise connaissance du cadre laïque français et qu’il suffisait d’avoir l’AOP « connaissance de la laïcité » pour devenir un « imam républicain ». C’est de la foutaise ! Certes, le culte musulman et ses imams doivent connaître la culture française, la langue française, les coutumes et les traditions françaises, le cadre législatif de l’exercice du culte dans le respect de la Constitution française, de la loi du 9 décembre 1905 et de la loi du 24 août 2021. Cela est certes nécessaires mais pas suffisant.

Car « la maladie de l’islam »[65], comme l’explique à juste titre feu Abdelwahab Meddeb, dans un essai remarquable, est indissociable de son histoire propre depuis la Médine de Mahomet. Le principal enjeu est d’abord un enjeu de désarmement d’Allah, de désacralisation de tous les islams ancestraux hérités, sans exception, et de déconstruction au BRH de leurs fondations théologico-politiques. Le faire, sans autocensure, au risque de subir les anathèmes, l’excommunication et de risquer la mort, c’est s’inscrire, de facto, dans l’héritage des Lumières, de la modernité, de la laïcité. La laïcité, comme la démocratie, ne peut pas être un certificat. C’est d’abord un état d’esprit libre.

Le nouveau IFCM s’inscrit dans la dynamique de la certification « connaissance de la laïcité » des imams et autres cadres musulmans (aumôniers, enseignants d’arabe ou de théologie et les membres associatifs). Pour ce faire, il propose un cursus de deux ans. Une formation « En interculturalité, « laïcité et diversité » »[66] et aussi en langues (langue et culture arabe, langue française comme langue étrangère ou langue d’intégration). Pour y accéder, il faut un bac+2, y compris étranger, ou une expérience validée par un jury. La formation coûte 500€ et peut être « subventionnée (gratuite) pour les cadres religieux musulmans en poste dans une association 1901 ou 1905 ». Cette formation, lit-on sur le site de l’IFCM, vise à faire « connaître le contexte législatif et sociétal de la laïcité ; parfaire sa réflexion sur la présence de l’islam en France et en Europe, dans le contexte de sociétés modernes et sécularisées ». Cette certification « permet d’accéder au Diplôme d’université « Religion, liberté religieuse et laïcité » de l’Université Lyon 3 et de l’Université Catholique de Lyon. »[67]

Par ailleurs, l’IFCM propose d’autres séminaires de formation destinés presque à tout public mais sans lien apparent avec le cursus de certification. On y trouve un séminaire animé par l’islamologue Eric Geoffroy, « Le pluralisme en islam, ou la conscience de l’altérité ». Deux autres sont animés par l’astrophysicien converti à l’islam, Bruno (Abd al-Haqq) Guiderdoni, « Une introduction à l’histoire de la pensée musulmane » et « Raison et foi : une approche interdisciplinaire ». Yosra Garmi, spécialiste en histoire de la philosophie médiévale, anime trois séminaires : « Histoire de la philosophie arabe », « Les grands textes de la philosophie arabe » et « Religion, pouvoir et politique dans le monde arabe ». Makram Abbès, professeur à l’ENS de Lyon anime le séminaire « La question du Califat entre considérations théologiques et visions séculières ». Ali Mostfa, Vice-doyen de la faculté des Lettres et Langues à l’Université Catholique de Lyon, anime le séminaire « L’Islam en Europe, enjeux sociaux et évolutions culturelles ». Quant à Charles Bonn, professeur de littérature maghrébine à l’Université Lyon 2, il anime au sein de l’IFCM le séminaire « Introduction à la littérature algérienne francophone ». En somme, une palette de choix de séminaires qui, selon la qualité académique des intervenants, paraît séduisante et enrichissante à plusieurs titres. On ne sait pas si les imams inscrits dans le cursus de certification suivent aussi les cours de ces séminaires.

Illustration : 15-IFCM-LYON3-Kabtane-Gaci

Cependant, là où le bât blesse, encore une fois, c’est que les séminaires relatifs à l’étude des deux premières sources scripturaires de l’islam sunnite, à savoir le Coran et la Sunna de Mahomet, sont confiés à Tayeb Chouiref qui anime conjointement « L’exégèse du Coran (Tafsîr al-Qurʾân) : Histoire et méthodologie des courants exégétiques »[68] et le module « Les sciences du Hadith »[69]. Tayeb Chouiref, que j’ai croisé dans les rouages de l’UOIF quand j’y étais moi-même avant 2006, se présente comme un soufi, comme un mystique fan d’Al-Ghâzali – le pourfendeur des philosophes, tout un symbole de la décadence intellectuelle –, mais il est d’abord le produit et le compagnon de route des Frères musulmans en France. Comment peut-on être mystique et, en même temps, frère musulman ou influencé par leur idéologie ?

La vision intégrale et intégriste de l’islam des Frères musulmans englobe aussi une branche mystique. Il faut revenir à la définition même qu’avait donnée, dans les années 30, Hassan al-Banna à sa confrérie pour s’en rendre compte. « La confrérie des Frères Musulmans est un appel salafiste, une vérité soufie, une organisation politique, un groupe sportif, une ligue scientifique et culturelle, une entreprise économique et une idée sociale et sociétale »[70], avait-il écrit dans ses Epitres. C’est exactement ce que dit l’imam frériste de Bordeaux, Tareq Oubrou, presque un siècle plus tard, au Point : « Moi [Tareq Oubrou, ndlr] qui étais séduit par le soufisme, j’ai été fasciné par la figure d’Hassan el-Banna, le fondateur des Frères, un mystique engagé dans le monde et qui portait [une] cravate. »[71] Oui, on peut être, en même temps, frériste engagé, portant un costume italien trois pièces, et soufi. Il n’y a aucune incompatibilité entre les deux.

La présence de Tayeb Chouiref, en charge des principaux modules de la formation religieuse au sein de l’IFCM, est à mettre sur le compte de la continuité des confusions qu’entretient Kamel Kabtane avec les cercles fréristes. Il ne peut pas ignorer, à ce point, que Tayeb Chouiref tourne toujours comme un derviche engagé, à vitesse constante, dans l’orbite des Frères musulmans en France et en Europe. En 2011, il fut invité par une association frérosalafiste à Villiers-le-Bel[72] et partagea l’affiche avec Hani Ramadan. En 2015, il a donné une conférence au sein de la mosquée ACMR de Reismes, gérée par les islamistes Iquioussen[73]. Toujours en 2015, à quelques mois de l’attentat de Charlie Hebdo, il a partagé l’affiche de la Rencontre annuelle des Frères musulmans du « Havre de savoir » qui avait pour thème « J’aime mon Prophète »[74]. En 2016, il a coanimé à Villeneuve d’Ascq une « rencontre littéraire autour de l’islam »[75] à côté de deux frérosalafistes notoires : Tariq Ramadan et son poulain Soufiane Meziani qui veut « en finir avec la démocratie française »[76]. On note qu’il était présent à la RAMF des Frères musulmans en France au Bourget, en tant que conférencier[77], en 2017 et en 2018. En 2020, il a donné une visio-conférence sous le canal WebTV de « Musulmans de France », ex-UOIF[78]. Ses nombreuses conférences données aux réseaux LMB[79]-[80] des Frères musulmans en Belgique sont accessibles ici[81].

Illustration : 16-COUIREF-RAMADAN-MEZIANI

Ses écrits, ils ont à mon sens deux particularités. La première, c’est qu’ils sont lénifiants, tout comme ses conférences, et se limitent à introduire, en français, des aspects de l’héritage scripturaire sunnite orthodoxe sans oser les critiquer. Il reprend à son compte les maximes majoritaires dans les écoles de jurisprudence islamique sans prendre le moindre risque de les questionner. Prudent, il n’aborde pas de front les questions brûlantes que pose la confrontation entre la modernité et la charia islamiste bédouine. Que pense-t-il, par exemple, des versets antisémites et des hadiths qui appellent à faire couler le sang des apostats, entre autres textes misogynes, homophobes, liberticides, d’un autre âge ? Quand il parle de l’examen de l’authenticité des hadiths de Mahomet, par exemple, il établit une opposition simpliste et binaire entre « la tradition savante musulmane »[82], d’un côté, et « les chercheurs occidentaux »[83] de l’autre. Cela lui permet d’ignorer délibérément et de passer sous silence les nombreux travaux des penseurs musulmans iconoclastes qui rejettent les hadiths ainsi que ceux qui opèrent un réel aggiornamento des sources islamiques : Coran et Sunna.

La deuxième particularité, c’est que ses écrits, teintés d’un mysticisme frérocompatible, restent cantonnés à la sphère de la spiritualité et des rappels éthiques. La confrérie a aussi besoin de toucher la fibre sensible des fidèles notamment au moment des collectes d’argent. Elle a besoin de convaincre ses cibles et ses primo-arrivants qu’elle sait parler de spiritualité et pas simplement de politique nationale et internationale et des juifs…

Illustration : 17-CHOUIREF-Galaxie-Frères-Musulmans

Ainsi, « l’expérience lyonnaise » de Kamel Kabtane se caractérise par une sainte trinité : elle se conjugue au temps pseudo-cultuel à travers la GML, au temps pseudo-culturel à travers l’IFCM et au temps assurément mercantile à travers l’ARGML et la certification du « halal ». Au fond, elle ressemble, à bien des égards, aux expériences frérosalafistes qui pullulent un peu partout en France et en Europe, notamment en Autriche[84]. Ces expériences, qui veulent s’accaparer le dossier de l’islam au service d’un projet global transnational, sont le reflet d’une redoutable tenaille islamiste : sa première mâchoire représente les forces violentes et terroristes qui commettent les attentats et, sa deuxième mâchoire, représente les forces dites « modérés », « fréquentables », qui font en permanence du chantage à la France, à la stabilité de la France. La mâchoire hard s’articule, en opposition trompeuse, avec la mâchoire soft autour du même axe, du même projet : celui d’arracher à la France, à terme, sa civilisation, sa culture, ses symboles, son mode de vie et sa liberté.

Que peut-on attendre d’un centre de formation des imams si son réacteur idéologique est alimenté par une certaine lecture wahhabite et politique de l’islam ? Tel serait donc l’aboutissement de cinq années de tergiversations gouvernementales et de lobbying, exercé par divers soutiens des Frères musulmans, tantôt par le banquier Hakim el-Karoui et le grand rabbin de France Haïm Korsia, tantôt par le recteur de la mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz et son compatriote Kamel Kabtane ? Le « grand » discours[85] du 2 octobre 2020 d’Emmanuel Macron aux Mureaux, sur le thème de « la lutte contre les séparatismes », va-t-il accoucher d’une énième souris qui fera dangereusement perdre à la République un temps précieux et irrattrapable ? Pourquoi ne pas poursuivre la dynamique engagée après la décapitation de Samuel Paty ? Pourquoi s’arrête-t-on au début du chemin ? S’il est vrai que le gouvernement a dissous « le collectif du cheikh Yassine »[86], pourquoi n’a-t-il pas encore coupé la tête de l’hydre islamiste des Frères d’Hassan al-Banna ? S’il est vrai que le gouvernement a fermé des mosquées séparatistes et des écoles communautaristes, pourquoi finance-t-il toujours des lycées privés sous contrat d’association avec l’Etat que gèrent des Frères musulmans ? Serait-il sous pression du Qatar à tout hasard ?

Illustration : 18-LIM-KABTANE-OUBROU-KORSIA

Lors de la campagne des Présidentielles de 2017, je me suis intéressé à la vision du candidat d’En Marche !, Emmanuel Macron, au sujet de la lutte contre l’islamisme et j’ai formulé des interrogations légitimes et des doutes, exprimés et publiés entre les deux tours dans « Présidentielle : Emmanuel Macron, otage du vote islamiste ? »[87] Je me souviens que cela n’avait pas plu à une certaine bien-pensance qui s’est dépêchée, comme par réflexe pavlovien, de jeter l’anathème sur le propos et son auteur dans un papier intitulé « Une victoire de Marine Le Pen ferait l’affaire de l’islam politique radical misant sur le chaos en France ». Ce texte, signé par Sérénade Chafik et Jennifer Lempert, a été publié le 5 mai 2017, deux jours avant le second tour, sur le site de la revue littéraire « La règle du jeu », créé en 1990 par Bernard Henri Lévy. Maintenant que le quinquennat d’Emmanuel Macron vit ses derniers mois et que l’on s’apprêterait dans les coulisses de l’Elysée, à en croire le JDD, à faire triompher l’expérience de Kamel Kabtane, que soutient et finance la Ligue Islamique Mondiale, on peut légitimement se demander si la victoire d’Emmanuel Macron n’était pas une bénédiction pour l’islam politique. L’histoire jugera.

Durant ce long quinquennat, vraiment éprouvant et inquiétant, il a fallu redoubler de vigilance, nuit et jour, hiver comme été, pendant les vacances comme durant les week-ends des semaines ouvrées. Heureusement, une armée de fourmis, à qui il faut rendre hommage, sans moyens et sans soutiens, de gauche comme de droite, a su mutualiser ses efforts, ses ressources, sur les réseaux sociaux et dans certains médias pour que l’islam politique, qui a su insidieusement répartir ses œufs sur l’ensemble des projets en concurrence (AMIF[88], CFCM, CNI, IFCM, etc.), ne puisse atteindre ses objectifs et dérouler son agenda néfaste.

On aimerait que l’Elysée entende, enfin, la voix désintéressée de ces militants de l’ombre, qui n’est autre que la voix d’une France ô combien majoritaire. Une France qui chérit la liberté et refuse les jougs des obscurantismes. On aimerait qu’Emmanuel Macron ne s’entête pas à vouloir, quoi qu’il en coûte, donner les rênes de la réforme indispensable de l’islam et de son exercice, aux ennemis des libertés et à la Ligue Islamique Mondiale qui, certes, soigne mieux la façade depuis peu de temps, en y ajoutant des guirlandes lumineuses, mais dont l’arrière-boutique reste la même.

Illustration : 19-Terrorisme-&-Bonté-Française

On aimerait que la prise de cette décision soit soumise à un débat parlementaire et à un vote. Si l’on a pu renvoyer certaines réformes à la prochaine législature, qu’est-ce qui pourrait empêcher que cette question importante et cruciale qui engage l’avenir et le devenir de la France ne fasse pas d’abord l’objet d’un débat démocratique franc et transparent durant la campagne électorale et que la prochaine législature s’en occupe sans précipitation ?

Il est évident que si ladite « expérience lyonnaise », est adoptée et généralisée, – ce que l’on peut redouter puisque Kamel Kabtane a reçu la bénédiction et la reconnaissance de nombreux ministres de l’Intérieur (Nicolas Sarkozy[89], Manuel Valls[90], Bernard Cazeneuve[91], Bruno Leroux[92], Gérard Collomb[93], Christophe Castaner[94]) – elle bénéficiera sans aucun doute aux réseaux frérosalafistes qui quadrillent tout le territoire national. Gérald Darmanin, va-t-il suivre les traces de ses prédécesseurs ?

C’est une ineptie de faire croire que les fédérations islamistes ne seraient pas invitées à la table de la République puisque l’on sait que des islamistes détachés, soi-disant indépendants, ont pris part aux différentes « Assises de l’islam de France », et sont prêts à servir la cause de l’islam politique sans étiquettes encombrantes. Pour information, contrairement aux premières « Assises » qui se sont déroulées à la Préfecture du Rhône[95], les troisièmes « Assises » du Département du Rhône se sont déroulées, elles, au sein même de l’IFCM[96] que préside Kamel Kabtane et non au sein des locaux de la Préfecture. Était-ce un signe précurseur ? On peut en douter. Nicolas Sarkozy a commis l’erreur en 2003, « d’intégrer les intégristes » en tant que fédérations au sein du CFCM. Emmanuel Macron va-t-il commettre la faute impardonnable « d’intégrer les intégristes » en tant qu’individus au sein du futur FORIF annoncé dans le JDD ? La balle est dans le camp de l’Elysée. Emmanuel Macron, au crépuscule de son quinquennat, va-t-il faire l’affaire de la tenaille islamiste ?

Illustration : 20-Tenaille-Islamiste

.

.
.
Notes  :

[1] https://www.lefigaro.fr/flash-actu/france-fin-des-imams-detaches-programmee-pour-2024-20200219

[2] https://www.lejdd.fr/Societe/exclusif-le-gouvernement-reorganise-le-culte-musulman-4084592

[3] https://www.linkedin.com/in/kamel-kabtane-70b7931b/?originalSubdomain=fr

[4] https://twitter.com/MohamedLOUIZI/status/1475103897404555269

[5] https://argml.com/argml/

[6] https://www.leprogres.fr/rhone/2011/10/29/kamel-kabtane-le-grand-perseverant-de-l-islam-de-france

[7] https://fr.calameo.com/read/00030778315eac5c651cb

[8] Jean-Frédéric Poisson, L’islam à la conquête de l’Occident, Editions du Rocher, Monaco, 2018, 288 pages, 19€.

[9] https://www.businessnews.com.tn/noureddine-khademi-limoge-de-la-mosquee-el-fath,520,58081,3

[10] Un passage lui est consacré ici : https://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/05/13/31003-20160513ARTFIG00149-congres-de-l-uoif-sous-couvert-de-deradicalisation-l-appel-au-djihad-arme.php

[11] https://www.lareference-paris.com/3841

[12] https://www.facebook.com/events/899582127136258/

[13] https://www.lemonde.fr/societe/article/2006/10/06/rassemblement-en-faveur-du-lycee-musulman-de-decines_820743_3224.html

[14] https://www.marianne.net/societe/pres-de-lyon-une-inquietante-ecole-musulmane-sous-contrat-et-sous-influence

[15] https://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/04/26/97001-20110426FILWWW00680-dizaine-de-mosquees-liees-a-al-qaida.php

[16] https://www.lyonmag.com/article/23375/grande-mosquee-de-lyon-kamel-kabtane-attend-un-dementi

[17] https://www.lyonmag.com/article/23408/vers-une-plainte-de-la-grande-mosquee-de-lyon-contre-le-pentagone

[18] https://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/04/27/97001-20110427FILWWW00612-mosquee-lyonwikileaks-le-prefet-dement.php

[19] https://ecrgroup.eu/files/MuslimBrotherhood.pdf : On aimerait qu’Emmanuel Macon profite de la présidence française du Conseil de l’UE pour s’attaquer de front au « Network of networks » que représente les Frères musulmans en Europe et en France. On aimerait qu’il convainque ses homologues de bannir les Frères musulmans et à minima d’arrêter de les subventionner. Est-il normal de subventionner les Frères musulmans de l’Islamic Relief de plus de 40 millions d’euros entre 2007 et 2019 ? Est-il normal que l’organisation des jeunes et étudiants Frères musulmans en Europe (FEMYSO) ait pu recevoir presque 290.000 € durant cette même période ? Pour ne citer que ces deux réseaux.

[20] https://www.secours-islamique.org/index.php/43-site/missions-france/1026-le-sif-a-lyon.html

[21] https://www.lyoncapitale.fr/actualite/azzedine-gaci-devient-chevalier-de-la-legion-d-honneur

[22] https://www.mizane.info/appel-des-imams-de-lyon-pour-soutenir-les-rohingyas/

[23] http://www.musulmansdefrance.fr/azzedine-gaci-promu-chevalier-de-legion-dhonneur/

[24] https://www.lyoncapitale.fr/actualite/Kamel-Kabtane-chevalier-de-la-legion-d-honneur

[25] https://www.saphirnews.com/Laurent-Fabius-decore-Rachid-Lahlou-de-la-Legion-d-honneur_a18590.html

[26] https://www.saphirnews.com/Bernard-Cazeneuve-remet-la-legion-d-honneur-a-Anouar-Kbibech-video_a23560.html

[27] https://www.saphirnews.com/Tareq-Oubrou-recoit-sa-legion-d-honneur_a18379.html

[28] https://www.dna.fr/actualite/2017/04/16/legion-d-honneur-les-alsaciens-de-la-promotion-de-paques

[29] https://www.lyonmag.com/article/93784/le-recteur-de-la-grande-mosquee-de-lyon-demande-la-liberation-de-tariq-ramadan

[30] https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/lyon-deux-responsables-musulmans-reclament-remise-liberte-tariq-ramadan-1428251.html

[31] https://www.saphirnews.com/Le-Conseil-theologique-des-imams-du-Rhone-voit-le-jour_a24883.html

[32] https://www.saphirnews.com/Rhone-une-charte-liant-la-prefecture-et-les-mosquees-adoptee_a22274.html

[33] https://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/le-conseil-francais-du-culte-musulman-adopte-sa-charte-de-principes-de-l-islam_2142908.html

[34] https://www.leprogres.fr/societe/2021/01/26/charte-des-principes-de-l-islam-les-recteurs-lyonnais-disent-non

[35] https://www.liberation.fr/societe/2004/05/10/cet-imam-qui-voulait-juste-vivre-comme-au-viie-siecle_478937/

[36] https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/01/22/01016-20120122ARTFIG00257-l-imam-radical-d-une-mosquee-parisienne-bientot-expulse.php

[37] https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/le-cfcm-et-la-petition-de-soutien-111376

[38] https://mobile.interieur.gouv.fr/Archives/Archives-ministres-de-l-Interieur/Archives-Manuel-Valls-mai-2012-avril-2014/Communiques-du-ministre/Expulsion-de-l-imam-Mohamed-HAMMAMI

[39] https://www.leprogres.fr/france-monde/2011/11/03/s-attaquer-aux-principes-fondamentaux-de-la-religion-c-est-de-la-provocation

[40] https://www.leprogres.fr/france-monde/2011/11/03/s-attaquer-aux-principes-fondamentaux-de-la-religion-c-est-de-la-provocation

[41] https://www.letemps.ch/monde/chirac-profite-depit-communaute-arabe-face-aux-socialistes-lexemple-lyonnais

[42] https://www.letemps.ch/monde/chirac-profite-depit-communaute-arabe-face-aux-socialistes-lexemple-lyonnais

[43] http://lyonbondyblog.fr/LBB/une-mobilisation-toujours-plus-forte-contre-israel/

[44] https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/trump-israel-visite-conseillere-diplomatique-annulee-aux-mosquees-lyon-villeurbanne-1381647.html

[45] https://www.lyoncapitale.fr/actualite/a-lyon-les-religions-avec-macron

[46] https://www.aa.com.tr/fr/politique/france-pr%C3%A9sidentielle-des-dirigeants-d-organisations-musulmanes-f%C3%A9licitent-macron/813597

[47] https://www.lepoint.fr/culture/cazeneuve-pose-la-premiere-pierre-de-l-institut-culturel-musulman-de-lyon-25-11-2016-2085809_3.php

[48] https://www.ifcm-lyon.org/ifcm-espace-de-connaissance-et-de-respect-ouvre-ses-portes-a-lyon/

[49] https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/politique/macron-a-la-ligue-islamique-mondiale-enquete-sur-les-dessous-dune-vraie-fausse-participation/

[50] https://ia800306.us.archive.org/34/items/waq61712/61712.pdf

[51] https://ssc-sudan.org/%D8%B1%D8%B3%D8%A7%D9%84%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D9%89-%D8%A7%D9%84%D8%A7%D9%85%D9%8A%D9%86-%D8%A7%D9%84%D8%B9%D8%A7%D9%85-%D9%84%D8%B1%D8%A7%D8%A8%D8%B7%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%B9%D8%A7%D9%84%D9%85-%D8%A7%D9%84%D8%A7%D8%B3%D9%84%D8%A7%D9%85%D9%8A-%D8%A8%D8%B4%D8%A7%D9%86-%D9%81%D8%AA%D9%88%D9%89-%D8%A7%D9%84%D8%B1%D8%AF%D8%A9-%D8%B9%D9%86-%D8%A7%D9%84%D8%A7%D8%B3%D9%84%D8%A7%D9%85-%D9%81%D9%8A-%D8%AD%D9%82-%D8%A7%D9%84%D8%AF%D8%A7%D8%B9%D9%8A%D8%A9-%D9%88%D8%A7%D9%84%D9%85%D9%81%D9%83%D8%B1-%D8%A7%D9%84%D8%B3%D9%88%D8%AF%D8%A7%D9%86%D9%8A-%D9%85%D8%AD%D9%85%D9%88%D8%AF-%D9%85%D8%AD%D9%85%D8%AF-%D8%B7%D9%87

[52] https://www.lemonde.fr/archives/article/1985/01/21/l-execution-publique-du-gandhi-africain_2762007_1819218.html

[53] https://mairie5.lyon.fr/sites/mairie5/files/content/restfiles/2020_05_20/plaquette_francais_BD.pdf

[54] https://ahdath.info/209058

[55] https://www.lyoncapitale.fr/Actualite/Wauquiez-ne-financera-pas-l-institut-de-civilisation-musulmane-de-Lyon

[56] https://www.lyoncapitale.fr/actualite/ifcm-lyon-kamel-kabtane-ecrit-une-lettre-ouverte-a-laurent-wauquiez

[57] https://www.marianne.net/societe/laicite-et-religions/les-hauts-de-france-contraints-de-verser-300-000-euros-au-lycee-prive-musulman-averroes

[58] https://www.lepoint.fr/justice/lycee-musulman-averroes-un-ex-enseignant-relaxe-07-02-2017-2103074_2386.php

[59] https://www.lavoixdunord.fr/564085/article/2019-04-05/le-qatar-voulu-racheter-le-lycee-averroes-de-lille-comme-il-s-est-offert-le-psg

[60] https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/lyon-ministre-interieur-christophe-castaner-inaugure-institut-francais-civilisation-musulmane-1724867.html

[61] https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/2013/07/19/manuel-valls-la-grande-mosquee-de-lyon-pour-la-rupture-du-jeune-290077.html

[62] https://www.liberation.fr/societe/2013/10/10/valls-pour-que-se-construise-un-islam-de-france_938595/

[63] https://www.saphirnews.com/Des-imams-diplomes-en-laicite-salues-par-Manuel-Valls_a17703.html

[64] https://www.saphirnews.com/Cours-de-laicite-pour-imams-l-islam-de-France-en-vue_a15202.html

[65] https://www.seuil.com/ouvrage/la-maladie-de-l-islam-abdelwahab-meddeb/9782020788472

[66] https://www.ifcm-lyon.org/produit/en-interculturalite-laicite-et-diversite/

[67] https://www.ifcm-lyon.org/produit/en-interculturalite-laicite-et-diversite/

[68] https://www.ifcm-lyon.org/produit/lexegese-du-coran-tafsir-al-qur%ca%bean-histoire-et-methodologie-des-courants-exegetiques/

[69] https://www.ifcm-lyon.org/produit/les-sciences-du-hadith/

[70] Hassan Al Banna, Épîtres de l’imam martyr Hassan Al-Banna (en arabe), Dãr Al-Hadarah Al-Islamiyyah, p. 121-123

[71] https://www.lepoint.fr/societe/tareq-oubrou-le-musulman-ne-doit-pas-s-exposer-13-06-2019-2318668_23.php

[72] http://www.pageshalal.fr/agenda/rencontre_annuelle_de_l_afmv_forum_sur_l_eduction-fr-4679.html

[73] http://www.mosquee-acmr.fr/article/lire-et-comprendre-le-coran-tayeb-chouiref_566

[74] https://www.havredesavoir.fr/jaime-mon-prophete-4-eme-rencontre-annuelle-des-musulmans-du-havre-ramha/

[75] http://www.pageshalal.fr/agenda/rencontre_litteraire_autour_de_l_islam_avec_tayeb_chouiref_tariq_ramadan_sofiane_meziani-fr-10614.html

[76] https://www.saphirnews.com/En-finir-avec-la-democratie-francaise_a22213.html

[77] https://fr.wikipedia.org/wiki/Rencontre_annuelle_des_musulmans_de_France

[78] https://m.facebook.com/104470392924603/videos/959271031297784/?__so__=watchlist&__rv__=video_home_www_playlist_video_list&locale=ms_MY&_rdr

[79] https://www.facebook.com/pg/lmbelgique/videos/?ref=page_internal

[80] https://www.levif.be/actualite/belgique/le-qatar-et-le-koweit-financent-la-ligue-des-musulmans-de-belgique/article-normal-476829.html?cookie_check=1641136818

[81] https://www.egnews24.com/upload/libfiles/0/0/2.html?video=NTTHgMHhWQQ

[82] Lire par exemple sa contribution intitulée « Les paroles du Prophète sont-elles authentiques ? » dans le dossier « Mahomet et les origines de l’islam. Au-delà de la légende » : Le Monde des religions, hors-série n°28, juin 2017, p.53

[83] Ibid.

[84] http://mlouizi.unblog.fr/2020/12/06/islamisme-ce-que-lautriche-apprend-a-macron/

[85] https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/10/02/la-republique-en-actes-discours-du-president-de-la-republique-sur-le-theme-de-la-lutte-contre-les-separatismes

[86] https://www.lefigaro.fr/politique/islamisme-macron-annonce-la-dissolution-du-collectif-cheikh-yassine-et-promet-d-intensifier-les-actions-20201020

[87] http://mlouizi.unblog.fr/2017/04/29/presidentielle-emmanuel-macron-otage-du-vote-islamiste/

[88] http://mlouizi.unblog.fr/2018/12/09/hakim-el-karoui-et-les-freres-musulmans-ici-et-maintenant/

[89] https://www.alamy.com/l-to-r-french-interior-minister-nicolas-sarkozy-rector-of-mosque-of-paris-dalil-boubakeur-and-rector-of-mosque-of-lyon-kamel-kabtane-after-he-has-been-awarded-the-legion-dhonneur-medal-in-lyon-february-13-2003-image380974506.html

[90] https://www.saphirnews.com/Des-imams-diplomes-en-laicite-salues-par-Manuel-Valls_a17703.html

[91] https://www.lexpress.fr/actualites/1/politique/cazeneuve-pose-la-premiere-pierre-de-l-institut-culturel-musulman-de-lyon_1854251.html

[92] https://www.liberation.fr/france/2016/12/12/l-islam-de-france-sur-les-rails-de-la-reforme_1534788/

[93] https://mobile.interieur.gouv.fr/Archives/Archives-ministres-de-l-Interieur/Archives-Gerard-Collomb-mai-2017-octobre-2018/Interventions-du-ministre/Diner-de-rupture-du-jeune-a-la-Grande-Mosquee-de-Lyon

[94] https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/lyon-ministre-interieur-christophe-castaner-inaugure-institut-francais-civilisation-musulmane-1724867.html

[95] https://www.rue89lyon.fr/2018/09/13/stephane-bouillon-le-rapport-montaigne-est-une-contribution-pas-une-conclusion/

[96] https://www.rhone.gouv.fr/Actualites/Troisiemes-Assises-Territoriales-de-l-Islam-de-France-a-Lyon

« Le jihad des minarets112 propositions destinées aux candidats à l’élection présidentielle 2022 »

Date : 3 janvier 2022