Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Algérie : Du dialogue sécuritaire en Europe et en Afrique

Algérie : Du dialogue sécuritaire en Europe et en Afrique

mardi 15 mars 2022, par siawi3

Source : https://www.liberte-algerie.com/contribution/du-dialogue-securitaire-en-europe-et-en-afrique-374433

FACE AUX ENJEUXOSTRATÉGIQUES 2022-2030 ET LES TENSIONS EN UKRAINE
Du dialogue sécuritaire en Europe et en Afrique

Par : Abderrahmane MEBTOUL
Professeur des universités, expert international en management stratégique

le 07-03-2022 12:00

Les tensions actuelles en Ukraine et dans d’autres contrées du monde, notamment en Afrique et au Moyen-Orient, auront un impact important sur les futures relations internationales et notamment sur le dialogue sécuritaire face aux enjeux géostratégiques en Afrique du Nord et en Méditerranée.

1.-Le renforcement du dialogue méditerranéen en matière de défense et de sécurité
Qu’il s’agisse de crises régionales, de scissions d’États, de prolifération d’armes de destruction massive ou de conflits internes (ethniques, religieux, culturels ou autres), l’Otan est perçue par les Européens comme une organisation incapable de réagir à ces nouveaux types de menaces. C’est pourquoi revient à la surface le vieux rêve d’une Europe de la défense que caressent un certain nombre de pays du Vieux Continent. Aussi, les Européens se mettent à la recherche d’une alternative à l’Otan et à l’Union de l’Europe occidentale (UEO) laquelle, pour d’autres raisons, ne pouvait prétendre combler le vide de sécurité en question. Or, l’UEO est non seulement absente du théâtre européen mais aussi, elle connaît un phénomène “d’otanisation” qui rend difficile son autonomie et son usage donc en tant qu’instrument au service d’une politique européenne de sécurité et de défense autonome.

C’est dans ce cadre, que des tentatives sont faites pour redynamiser le dialogue euroméditerranéen avec deux initiatives : d’une part, la politique européenne de voisinage ; d’autre part, le partenariat stratégique entre l’Union européenne d’un côté et la Méditerranée et le Moyen-Orient de l’autre. D’ailleurs la stratégie de l’Union pour la Méditerranée, avait le même objectif stratégique bien que se différenciant sur les tactiques, de relance du partenariat méditerranéen, sous-tendant une prospérité partagée Europe-Afrique via la Méditerranée pour freiner l’émigration massive notamment de l’Afrique subsaharienne avec comme tampon pilier le Maghreb.

Par ailleurs, selon la Commission de Bruxelles et le Parlement européen entre l’Europe et la zone Méditerranée, il s’agit de faire bloc, de rapprocher les Européens et leurs voisins immédiats où en matière de défense et de sécurité, des consultations relatives à la mise en place d’un dialogue entre le Maghreb et l’Union européenne ont eu lieu sous forme de consultations informelles et de réunions formelles. Mais il serait souhaitable d’apporter des clarifications sur deux questions jugées fondamentales. D’une part, la valeur ajoutée de cette offre de dialogue par rapport au dialogue méditerranéen de l’Otan, d’autre part, la coopération en matière de lutte contre le terrorisme entre le Maghreb et l’UE dans le cadre de la PESD.

2.- L’Algérie, facteur de stabilité de la région méditerranéenne et africaine
Depuis des siècles, l’Algérie, et plus globalement le Maghreb, est liée à l’Europe beaucoup plus étroitement qu’avec ses voisins du Sud. Les relations entre les deux rives du Sahara et les dynamiques de la conflictualité saharienne actuelle interpellent l’Europe qui doit être attentive aux stratégies des pays du Maghreb en direction de leur Sud et sur les relations de toutes natures entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne. Et notamment la pénétration de l’islamisme radical à ne pas confondre avec l’islam religion de tolérance à l’instar du judaïsme ou du christianisme avec des menaces réelles tant au Maghreb, qu’en Europe. Et sans oublier qu’existent des influences religieuses autour de la conception de l’Islam qui influence largement les dirigeants politiques au Sahel. Nous avons assisté dans la région à de profondes mutations de la géopolitique saharienne après l’effondrement du régime libyen, avec des conséquences pour la région.

De plus en plus nombreux, des migrants subsahariens s’installent désormais dans les pays du Maghreb avec l’intensification de la contrebande. Bien avant et surtout depuis la chute du régime de Kadhafi le Sahel est l’un de ces espaces échappant à toute autorité centrale, où se sont installés groupes armés et contrebandiers. Kadhafi disparu, des centaines de milliers d’armes, dont 15 000 missiles sol-air qui étaient dans les entrepôts de l’armée libyenne, ont équipé les rebelles au fur et à mesure de leur avancée et dont une partie a été accaparée par différents groupes qui opèrent au Sahel. Dès lors, la sécurité de l’Algérie est posée à ses frontières. La frontière algéro-malienne est de 1 376 km, la frontière entre l’Algérie et la Libye est de 982 km, la frontière algéro-nigérienne est de 956 km, la frontière algéro-tunisienne est de 965 km soit au total 4 279 km à surveiller.

Le problème est plus grave pour les frontières conjointes avec le Mali et la Libye. Il ne faut pas oublier que les terroristes étaient venus depuis cette région lors de l’attaque terroriste de Tiguentourine. Pour l’Algérie, Mme Amanda Dory, l’ex-secrétaire adjointe chargée des Affaires africaines auprès du département américain de la Défense, intervenant devant la sous-commission des affaires de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient relevant de la commission des affaires étrangères du Sénat, qui a consacré une audition sur la situation politique, économique et sécuritaire en Afrique, a dit : “De par sa situation géographique stratégique au Maghreb et sa longue histoire de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sur son territoire, l’Algérie constitue un pilier pour, non seulement lutter contre Aqmi et ses groupes affiliés, mais aussi pour ramener la stabilité dans la région.

L’Algérie est ‘un partenaire de sécurité crucial’ pour les États-Unis dans le cadre de la lutte contre les groupes terroristes dans la région.” Il s’agit dorénavant de mettre l’accent sur l’obligation d’appliquer une stratégie interrégionale qui associe l’ensemble des pays de la zone en plus des partenaires européens et internationaux, du fait que la région est devenue un espace ouvert pour divers mouvements terroristes et autres groupes qui prospèrent via le trafic d’armes ou de drogue, menaçant la sécurité régionale surtout récemment avec la venue de terroristes d’Irak et de Syrie. D’où l’urgence d’une coopération internationale dans la lutte contre la criminalité transnationale, nécessitant une amélioration des bases de données afin de lutter efficacement contre le crime transfrontalier et le terrorisme.

Il s’agit donc de lever les contraintes, du fait que la corruptibilité générale des institutions pèse lourdement sur les systèmes chargés de l’application des lois et la justice pénale en général, qui ont des difficultés à s’adapter aux nouveaux défis posés par la sophistication des réseaux du crime organisé. À terme, la stratégie vise à attirer graduellement les utilisateurs du système informel vers le réseau formel et ainsi isoler les éléments criminels pour mieux les cibler tout en diminuant les dommages collatéraux pour les utilisateurs légitimes.

Sur le court terme, les tensions dans la région – notamment pour la protection de ses frontières, la situation en Libye, au Mali et accessoirement les actions terroristes à sa frontière en Tunisie – ont imposé à l’Algérie des dépenses supplémentaires s’expliquant en partie par l’insécurité régionale. Il en ressort que l’Algérie est une puissance militaire régionale et un pays incontournable dans la problématique de la sécurité au Sahel et, de manière générale, un acteur important dans le contexte de la sécurité internationale en raison de son emplacement stratégique comme point de transit de l’Afrique du Nord vers l’Europe.

3.-La sécurité régionale implique la refonte des relations internationales
La crise actuelle en Ukraine devrait conduire à de profondes reconfigurations socioéconomiques, technologiques mais également sécuritaires, objet de cette présente contribution. En effet, privilégiant en premier lieu ses intérêts stratégiques propres, partie prenante du Dialogue méditerranéen, l’Algérie agit en fonction d’un certain nombre de principes et à partir d’une volonté avérée de contribuer à la promotion de la sécurité et de la stabilité dans la région.

La fin de la guerre froide, marquée par l’effondrement du bloc soviétique et les attentats survenus aux états-Unis le 11 septembre 2001, représente un tournant capital dans l’histoire contemporaine. Le premier événement marque la fin d’un monde né un demi-siècle plus tôt et la dislocation d’une architecture internationale qui s’est traduite, des décennies durant, par les divisions, les déchirements et les guerres que nous savons.

Aujourd’hui, les menaces sur la sécurité ont pour noms terrorisme, prolifération des armes de destruction massive, crises régionales et délitement de certains États. Or, les défis collectifs nouveaux sont une autre source de menace : ils concernent les ressources hydriques, la pauvreté, les épidémies, l’environnement. Ils sont d’ordre local, régional et global.

Entre la lointaine et très présente Amérique et la proche et bien lointaine Europe, entre une stratégie globale et hégémonique, qui possède tous les moyens de sa mise en œuvre et de sa projection, et une stratégie à vocation globale qui se construit laborieusement et peine à s’autonomiser et à se projeter dans son environnement géopolitique immédiat, quelle attitude adopter et quels choix faire pour l’Algérie ? Interpellée et sollicitée, l’Algérie s’interroge légitimement sur le rôle, la place ou l’intérêt que telle option ou que tel cadre lui réserve ou lui offre, qu’il s’agisse du Dialogue méditerranéen de l’Otan, du partenariat euroméditerranéen, du traité stratégique qui la lie à Russie, où les nouveaux défis dépassent en importance et en ampleur les défis que cet espace a eu à relever jusqu’à présent.

La lutte contre le terrorisme implique de mettre fin à cette inégalité tant planétaire qu’au sein des États, où une minorité accapare une fraction croissante du revenu national, enfantant la misère et donc le terrorisme, renvoyant à la moralité de ceux qui dirigent la cité. Car le tout-sécuritaire pour le sécuritaire a des limites. Cela implique de s’attaquer à l’essence (un codéveloppement) et non aux apparences, comme le montre une étude du Forum économique mondial. Le fossé entre les riches et les pauvres se creuse davantage, tandis que l’écart des revenus renforce les inégalités en matière de richesse, l’éducation, la santé et la mobilité sociale sont menacées.

L’étude met en garde contre les conséquences pernicieuses du chômage : une génération qui commence sa carrière dans un désespoir complet sera plus encline aux politiques populistes, alors que l’ampleur de la récession mondiale et le rythme du rétablissement ont laissé des cicatrices profondes, spécialement parmi la jeunesse, avec un consensus croissant selon lequel la région Mena (Proche-Orient et Afrique du Nord) est à l’orée d’une période d’incertitude croissante, aux racines ancrées dans la polarisation de la société.

En conclusion, espérons le dialogue au lieu des conflits dans toutes les contrées du monde, en Amérique, en Asie, en Europe et en Afrique, afin de promouvoir l’esprit de paix, d’amitié et d’ouverture d’esprit nécessitant, en ce XXIe siècle, la promotion de la culture, fondement du dialogue des civilisations, source d’enrichissement mutuel, où chaque nation devra concilier la modernité et ses traditions.

C’est que l’ère des confrontations n’a eu cours que parce que les extrémismes ont prévalu dans un environnement fait de suspicion et d’exclusion. Connaître l’autre, c’est aller vers lui, c’est le comprendre, mieux le connaître. L’Algérie a toujours été au carrefour des échanges en Méditerranée. De saint Augustin à l’Émir Abdelkader, les apports de l’Algérie à la spiritualité, à la tolérance et à la culture universelle ne peuvent que nous prédisposer à être attentifs aux fractures contemporaines.

Face à un monde en perpétuel mouvement, tant en matière de politique étrangère, économique que de défense, actions liées avec les derniers événements, se pose l’urgence d’une coordination, internationale et régionale, afin d’agir efficacement sur les événements majeurs et faire du Bassin méditerranéen et de l’Afrique, espace naturel de l’Algérie, un lac de paix et de prospérité partagée.