Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > France : Guerre en Ukraine : un accueil des réfugiés à deux vitesses  (...)

France : Guerre en Ukraine : un accueil des réfugiés à deux vitesses ?

vendredi 18 mars 2022, par siawi3

Source : https://www.ouest-france.fr/monde/migrants/guerre-en-ukraine-un-accueil-des-refugies-a-double-vitesse-en-france-d435dd16-a48d-11ec-8b09-96bbb686c6e7

Guerre en Ukraine : un accueil des réfugiés à deux vitesses en France ?

Alors que la guerre fait rage en Ukraine, l’arrivée de 15 000 réfugiés ukrainiens en France suscite un fort élan de générosité. Il met aussi en lumière le sort de ceux qui connaissent déjà l’exil. Accueillis différemment, estiment certains.

Photo : Arrivée d’Ukrainiens, à Dénée (Maine-et-Loire), vendredi 11 mars 2022. | FRANCK DUBRAY, OUEST-FRANCE

Ouest-France Marion DUBOIS. Publié le 16/03/2022 à 06h16

Dans un centre d’accueil pour réfugiés en Maine-et-Loire, Emmanuel Macron a confirmé, mardi 15 mars 2022, que la France est « en situation d’accueillir au moins 100 000 Ukrainiens » .

Protection temporaire

100 000, c’est aussi le nombre de demandes d’asile enregistrées sur toute l’année 2021 (103 000 exactement), par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). En tête, l’Afghanistan « avec 12 500 premières demandes » dans le contexte de la prise du pouvoir par les talibans, précise l’Ofpra.

Hier, la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, a confirmé que d’ores et déjà « quinze mille personnes sont arrivées d’Ukraine en France […], essentiellement des femmes et des enfants ».

La France, comme beaucoup d’autres pays européens, fait preuve d’une grande solidarité. Le déclenchement du statut européen de protection temporaire le 2 mars, une première depuis sa création en 2001, vise à accueillir dans les meilleures conditions les Ukrainiens. Ce statut valable six mois est renouvelable
pendant trois ans.

« Une solidarité à géométrie variable »

« La protection temporaire ouvre les mêmes droits que la demande d’asile, notamment l’allocation pour la demande d’asile de 426 €, la protection universelle maladie. Les Ukrainiens pourront aussi obtenir les aides pour le logement », explique à Ouest-France Didier Leschi, directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII). Différence notable : les Ukrainiens pourront travailler « alors que les demandeurs d’asile doivent attendre six mois (le temps de l’instruction de leur demande, NDLR).

Sur le terrain, des voix politiques ou citoyennes s’élèvent contre une « hiérarchisation » entre réfugiés européens et non-européens. Des élus La France Insoumise de Rennes métropole dénoncent même « une solidarité à géométrie variable » et de « nouvelles discriminations ».

En effet, des personnes qui ont aussi fui des conflits et ont le droit
de bénéficier d’une « mise à l’abri », vivent dans des conditions indignes en France. « C’est une polémique qui monte à mauvais escient , répond Didier Leschi. Nous utilisons les mêmes hébergements pour les Ukrainiens que pour les Afghans. »

Lire aussi : Migrants à Rennes. « La situation est devenue intenable et dangereuse »

Le directeur de l’Ofii admet observer une « émotion sans doute plus forte venant des particuliers et des communes » pour les Ukrainiens que pour d’autres exilés fuyant la guerre. « Mais au niveau de l’État, on ne fait pas de différence » assure-t-il.